Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Michou d'Auber

Couverture du livre Michou d'Auber

Auteur : Thomas Gilou | Messaoud Hattou

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Intervista, Paris, France

Collection : Cinéma

Prix : 14.50 €

ISBN : 978-2-910753-44-3

GENCOD : 9782910753443

Claire Lamarre - 02/03/2007


  • Les présentations des éditeurs : 20/02/2007

Nous sommes en 1963. Messaoud, 8 ans, est un enfant d'Aubervilliers. Parce que sa mère est gravement malade, son père Akli doit se résigner à le confier à l'Assistance publique avec son frère Abdel. Emmenés à l'hospice Saint Vincent-de-Paul, les deux enfants sont ensuite placés respectivement dans une famille d'accueil du Berry. En butte aux préjugés de l'époque, Gisèle la mère nourricière, décide de changer l'identité de Messaoud.

Contraint de dissimuler son origine algérienne et d'ignorer le lien qui l'unit à Abdel, Messaoud devient alors Michel Le Franc dit Michou...

L'histoire de cet enfant et de sa découverte de la France profonde est évoquée sur un mode simple et émouvant. Porté par l'amour que lui prodigue sa famille d'accueil, ce sera pour lui une initiation à la nature, aux premiers émois amoureux, au sentiment mystique...

C'est le récit véridique à la première personne sur le cheminement entre deux cultures. Michou d'Auber nous enseigne que l'amour, malgré les événements dramatiques, permet de se forger sa propre identité...

Thomas Gilou est réalisateur, on lui doit Black Mie Mac ou encore La Vérité si je Mens 7 et 2... Michou d'Auber est son deuxième livre après Voyage au bout de Râpa Nui (éditions Horizon Illimité). Messaoud Hattou est acteur et assistant réalisateur. Il est le coscénariste du film de Thomas Gilou : Michou d'Auber.


  • Les courts extraits de livres : 20/02/2007

Tout a commencé un jour de 1963. J'avais combien déjà ? Je suis de 56, donc 66 cela fait 10 moins 3. 7 ans... C'est bien ça, 7 ans. Nous habitions au deuxième étage d'un vieil immeuble. Ma chambre donnait rue de Solferino, à Aubervilliers. J'étais donc un Albertivillarien ! Autant dire un extraterrestre ! Juste en face, au rez-de-chaussée, un bougnat.

Je passais beaucoup de temps à ma fenêtre, à observer, comme si déjà, pour moi, l'enjeu était dehors. Mon regard fixe, évasif, mélangeait la réalité à ma rêverie - images d'Epinal et soldats de plomb napoléoniens - et me donnait la posture d'un enfant raidi. J'attendais l'arrivée du camion de charbon. Son va-et-vient régulier me fascinait. L'homme à la gueule noircie, enfoui dans son sac de jute, me permit d'inventer ma première légende.
J'ai raconté à mon frère Abdel que sous la rue de l'Union se trouvait une mine qui s'étendait jusqu'au canal ; et que rue des Trois Lions, il y avait des diamants, des rubis, des émeraudes et de l'or dans une grande salle octogonale. Alors je l'ai emmené, nous avons rampé au fond d'un boyau et découvert, de façon triomphante, une salle plus petite qui nous réservait une merveilleuse surprise : des peintures de mammouths et d'autres bestioles du même genre, des dessins de pierres précieuses incrustées dans la roche, tout droit venus de Cro-Magnon. L'eau ruisselait sur la paroi, balayée par un léger faisceau de lumière et transportait les couleurs de ces précieux joyaux.
Je me souviens de la façade de notre immeuble. À la hauteur de ma fenêtre, il y avait un lampadaire qui fonctionnait au gaz, dont la lumière jaunâtre baignait notre chambre. Et j'avais dit à mon père : «Tu vois, papa, il n'y a que dans notre rue que le soleil ne se couche jamais.»
Mon père entreprit de repeindre la chambre. À l'origine, les murs étaient d'un blanc presque ivoire, trop brillant. Ça ne me gênait pas. Au contraire, j'aimais cette atmosphère lumineuse ; et la nuit, cette lumière artificielle. Mon père passa deux jours, avec mon oncle Salah, à étaler l'horrible couleur qu'il avait choisie, un noir épais semblable à du goudron, à de l'ébène désannexé, désanobli.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia