Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le Tunnel

Couverture du livre Le Tunnel

Auteur : William Howard Gass

Traducteur : Claro

Date de saisie : 01/03/2007

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : le Cherche Midi, Paris, France

Collection : Lot 49

Prix : 26.00 €

ISBN : 2-7491-0551-X

GENCOD : 9782749105512

Sorti le : 01/03/2007

CharlotteThomas - 03/04/2007


Marie Nicolle - 02/04/2007


Charlotte Thomas - 09/03/2007


  • Les présentations des éditeurs : 07/03/2007

William Frederick Kohler, le narrateur du Tunnel, est un historien reconnu qui vient d'achever la rédaction d'un énorme ouvrage intitulé Culpabilité et innocence dans l'Allemagne de Hitler. Mais, au moment d'en rédiger l'introduction, Kohler se met à écrire un tout autre texte, une tout autre histoire la sienne. Délaissant l'objectivité de son projet initial, Kohler raconte tour à tour son enfance malheureuse (un père sectaire et arthritique, une mère alcoolique), sa liaison avec Lou, sa passion pour la chanteuse Susu, ses vicissitudes d'enseignant, ses collègues et le cauchemar conjugal qu'il vit avec son épouse Martha. Craignant que cette dernière découvre ces pages intimes, Kohler les dissimule entre celles de son ouvrage historique. Dans le même temps, il entreprend la construction d'un tunnel dans le sous-sol de sa maison. Creuser et écrire se répondent alors, comme si Kohler pratiquait un trou dans le langage même, afin de lui arracher ses pires secrets. À la fois méditation sur l'histoire et ceux qui l'écrivent, pastorale américaine et cauchemar non climatisé, Le Tunnel est une prodigieuse et terrifiante plongée dans la noirceur de l'humain, une tentative pour exposer au plein jour cette part maudite que Gass appelle «le fascisme du coeur». Considéré par George Steiner comme «l'un des stylistes les plus remarquables des États-Unis», et admiré de toute une génération d'écrivains, William H. Gass est né à Fargo en 1924. Il a étudié à la Cornell University avant d'enseigner pendant vingt ans la philosophie à la Washington University, de Saint-Louis. Dès la publication de son premier roman, La Chance d'Omensetter, en 1966, il est reconnu comme l'un des écrivains les plus prometteurs depuis Faulkner. Il faudra attendre 1995 pour lire son second roman. Le Tunnel, ouvrage hors norme auquel il a travaillé près de trente ans.



  • La revue de presseFrançois Busnel - L'Express du 29 mars 2007

L'un des plus grands écrivains américains est un illustre inconnu...
La publication du chef-d'oeuvre de Gass, Le Tunnel, permet de comprendre un peu mieux l'engouement spectaculaire d'une Amérique lettrée qui n'a jamais réussi à hisser son héros jusqu'aux listes des meilleures ventes...
Le Tunnel est une oeuvre magistrale. D'une audace folle. Totalement en marge des genres romanesques. Cette confession d'un vieux prof «semble chaotique, tout en étant aussi tenue qu'un buste dans un corset», souffle, amusé, William Gass. Le Tunnel est une célébration des ténèbres tenue par une écriture à la beauté sombre. Et c'est le style, précisément, qui a érigé Gass au rang des maîtres de la fiction. Ses admirateurs louent - avec raison - la fluidité de sa plume, sa capacité de convoquer les métaphores et de cogner le lecteur page après page, sans jamais lui laisser de répit, sans jamais le lasser.


  • La revue de presse Eric Loret - Libération du 8 mars 2007

Il s'appelle le Tunnel et excave l'histoire d'un prof qui creuse un tunnel sous sa maison et, par la même occasion, dans sa conscience qui est aussi la nôtre, qui est celle du siècle dernier troué par l'Holocauste, qui est la nature humaine. Pourquoi ? On l'ignore...
Au bout, la certitude que l'humain est fasciste et peut-être le morceau de pied nu échappé d'un chef-d'oeuvre inconnu...
Le narrateur du Tunnel, William Frederick Kohler, semble un double de l'auteur, mais c'est un piège. Le roman commence au moment où il doit parachever d'une introduction sa monumentale thèse sur Culpabilité et innocence dans l'Allemagne de Hitler.
La question éthique est au centre du roman de Gass, et toute interrogation récente à propos de Günther Grass, Heidegger ou Jonathan Littell y est d'un coup résolue. C'est qu'il vaut mieux regarder dans son coeur, quand on s'intéresse au mal, que dans celui du voisin...
C'est le coeur qui doit être rafistolé, pas les faits.


  • La revue de presse André Clavel - Lire, mars 2007

Et pourtant, même s'il a de nombreux épigones, Gass n'appartient à aucune école. Il est son propre maître, et son propre disciple : un défricheur solitaire, qui tire une partie de son inspiration de cet obscur et cafardeux Middle West où il a grandi, au fil des années 1920-1930...
Il est beaucoup question des crimes du XXe siècle, dans Le tunnel, mais aussi de tourments intimes qui ressemblent à ceux que l'auteur a vécus...
Dans ce roman aux allures de gigantesque éboulis, Gass creuse un tunnel au coeur même du langage. Cela explique les obscurités d'un récit qui, parfois, s'effondre sous les coups de boutoir dont il est la proie. En s'y aventurant, on a la sensation de pénétrer dans les entrailles les plus noires de notre condition. «Mon livre, a dit Gass, est une méditation sur la servitude humaine.» On en ressort sonné. Déboussolé. Enchanté. C'est dangereux, la littérature : une odyssée dans les ténèbres. De ces ténèbres-là, le romancier a tiré une musique funèbre, envoûtante et envoûtée, comme un oratorio d'outre-tombe.


  • La revue de presse Didier Jacob - Le Nouvel Observateur du 1er mars 2007

Ancien prof de philo, William H. Gass a travaillé trente ans sur «le Tunnel», l'un des romans les plus noirs jamais écrits sur la condition humaine. Il est enfin traduit en français. C'est une somme qui ressemble à une soustraction. Prenez l'humain. Retranchez le superflu - l'humanité elle-même. Que reste-t-il ? Sept cents pages d'un délire violent, méchant, rancunier, vengeur, qui fit dire au critique du «Village Voice», lors de la sortie du «Tunnel» aux Etats-Unis, il y a dix ans : «Gass a écrit un livre qui s'immisce en nous et gémit comme une bête, un livre qui injecte directement au cerveau toute la terreur d'un siècle.»


  • Les courts extraits de livres : 20/03/2007

Margot la Folle dans le Maelström

Si je peignais chaque cheveu sur la tête de l'histoire dans le même sens, son crâne serait joyeux et bouclé.
Ma foi, je l'ai vu souvent par la suite : chez lui, de temps en temps dans le parc où il déambulait, et bien sûr dans cette grande salle absurde où il donnait ses cours.
Regarde-moi, Kohler. Je suis petit, hein ? tout petit, même, pourrait-on dire. Et pourtant j'ai des os de géant. Je boite. Tu vois ? Je boite. Et pourtant je suis extrêmement rapide. Ma voix est haut perchée, ja ? Féminine, disent certains - très bien -j'ai entendu leurs blagues - elle est légère, elle est fine. Mais elle frappe comme une matraque. Et ma tête, Kohler - tu vois ça ? - mon crâne est blanc là où il n'est pas dégarni ; mon visage est tordu et ridé et pas mal crevassé. Et mes yeux saillent ; mon nez est poilu. Ha - merde - bon sang. Laid, ja ? Et j'ai cette maladie qui me mine. Mais je suis beau comme un prince prussien, et comme lui, immodérément aimé. Oh, Kohler - la grandeur - laisse-moi te dire une chose, Kohler, parce qu'ils se trompent du tout au tout - la grandeur - la grandeur n'a rien à voir avec la santé ou la taille ou la foulée ou le port. Hou -non - hi hi, William, que nenni - c'est absurde. Courir, sauter, lancer des lances ou graver des stèles... bon-dieu-non. La Grandeur ne repose pas sur une qualité de pensée ou un type d'esprit telle une petite cuiller sur une table : sur la subtilité - youpi youpin non - sur la précocité ou la vivacité - nenni de la vie ! quel concept, mes petits ! - ah ! sur l'étrange, l'unique, l'original, le profond, alors - des saints esprits, hein ? - ou sur le vaste et menaçant Sublime - quel immaculé baratin !
Je me souviens que je devais allonger le pas pour le suivre. Tabor dérapait presque, il moulinait des bras, tordait son torse dans tous les sens - l'orientant vers moi quand j'essayais de rester à son niveau. Il était comme un bâton pointu qu'on roule entre les paumes pour faire jaillir la flamme.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia