Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Les mémoires d'Elizabeth Frankenstein

Couverture du livre Les mémoires d'Elizabeth Frankenstein

Auteur : Théodore Roszak

Traducteur : Edith Ochs

Date de saisie : 22/02/2007

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : le Cherche Midi, Paris, France

Collection : Neo

Prix : 23.00 €

ISBN : 978-2-7491-0491-1

GENCOD : 9782749104911

Sorti le : 22/02/2007

Joachim Salinger - 26/04/2007


Marie Nicolle - 12/03/2007


  • Les présentations des éditeurs : 06/03/2007

Après La Conspiration des ténèbres, Les Mémoires d'Elizabeth Frankenstein, roman gothique et féministe, d'une intelligence diabolique, est le nouveau chef-d'oeuvre de Théodore Roszak.

Recueillie par la baronne Frankenstein, la jeune Elizabeth est introduite dans le monde secret des sorcières et initiée à l'alchimie, aux lois de la nature et à celles du corps humain. De son côté, Victor, fils légitime de la baronne, tournant le dos à cet univers féminin respectueux de la «loi naturelle», est pris du vertige de la science. Il prétend pouvoir créer une vie meilleure, une vie qui ne serait pas née du ventre de la femme mais de la science, nouveau maître du monde.
Alors que Victor s'égare dans sa quête et crée un monstre, Elizabeth essaie de trouver sa place en pleine révolution scientifique... voire scientiste. Peu à peu, leur univers se délite jusqu'à leur tragique nuit de noces.

Théodore Roszak nous entraîne dans une folle aventure romanesque, riche en péripéties, mettant en scène une héroïne forte et complexe dans un monde dominé par la raison et l'intellect masculins. Cet émouvant portrait est à la fois un hommage à la féminité, un roman historique haletant et une réflexion passionnée et passionnante sur la science et ses dérives.

Essayiste, historien et romancier, Théodore Roszak est né en 1933. Il vit à Berkeley, enseigne l'histoire à l'université de Californie, et collabore régulièrement au New York Times.

«Avec cet hommage à Shelley, Roszak prend tous les risques et gagne son pari haut la main. Passionné, lyrique, ensorcelant...» PUBLISHERS WEEKLY

À propos de La Conspiration des ténèbres :

«Une méditation épique sur le potentiel diabolique du cinéma.» BRETEASTON ELLIS

«Un grand bonheur pour ceux qui aiment le mystère et la littérature.» MARTIN WINCKLER



  • La revue de presse - Télérama du 25 avril 2007

A travers les confidences sensibles et sensuelles de celle-ci, ce sont les fondations psychologiques de la science occidentale qu'il rappelle, les lois de la nature et de la féminité qu'il encense, l'obsession scientifique des hommes qu'il réprouve comme premier révélateur du sexisme...
Dire que ce roman lyrique, gothique, féministe et féminin est l'oeuvre d'un universitaire sexagénaire...


  • La revue de presse Claire Julliard - Le Nouvel Observateur du 19 avril 2007

A l'époque, l'éditeur trouva le manuscrit trop scandaleux pour être signé par une femme. Il publia le récit en 1818 sous une forme anonyme. C'est pour refaire émerger le féminisme sous-jacent du texte de Mary que Theodore Roszak, historien et romancier, s'est emparé du récit pour offrir la version d'Elizabeth, la fiancée tragique de Victor Frankenstein.
Le résultat est passionnant. Roszak se délecte à rendre le climat d'étrangeté gothique qui règne dans le château de Belrive, en Suisse.


  • Les courts extraits de livres : 06/03/2007

Bien qu'elle eût déjà par elle-même quatre bouches à nourrir, cette âme simple, qui s'appelait Rosina Lavenza, fit de son mieux pour remplir la place qui lui était échue ; mais à vrai dire, cela ne valait guère mieux que d'être orpheline. Bien que cette bonne et brave femme me donnât le sein en même temps qu'à son propre nourrisson, elle n'était ni de mon rang ni de ma race, comme elle s'empressa elle-même de me le faire savoir. Le sang que j'avais hérité de mon père était celui de la noblesse milanaise ; ma mère descendait vaguement de la maison royale d'Angleterre. D'elle, j'ai hérité mon teint clair et mes cheveux dorés qui me distinguaient de façon saisissante des Lavenza au teint mat. Les enfants de Rosina, surtout, en vinrent à me traiter avec méfiance et mépris ; à leurs yeux, j'étais vouée à demeurer une intruse, qui se distinguait d'eux par la délicatesse de ses traits. Même si je partageais leur roulotte surpeuplée et portais les mêmes guenilles - et si ma première langue fut le dialecte romanichel de la famille -, leur mère m'apprit à considérer que j'étais au-dessus de leur condition. «Souvenez-vous, rappelait-elle à ses enfants en ma présence, Elizabeth est une princesse. Son père gouverne tous les royaumes du Sud.» Quoique la brave femme fût bien intentionnée, mes nouveaux frères et soeurs ne devaient pas se laisser désarmer par les déclarations exaltées qu'elle faisait à mon sujet ; en fait, ces galopins n'en étaient que plus portés à me traiter avec hargne, allant jusqu'à remettre en cause ma haute naissance. D'une manière blessante, ils me révélèrent le honteux secret que leur mère leur avait confié : j'étais une enfant illégitime et avais été abandonnée. Cela me faisait apparaître, à leurs yeux envieux par nature, non plus comme une personne privilégiée, mais comme leur inférieure, et ils ne perdaient aucune occasion de me blesser en me traitant de bâtarde.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia