Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Sur la dune

Couverture du livre Sur la dune

Auteur : Christian Oster

Date de saisie : 08/03/2007

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Minuit, Paris, France

Prix : 13.80 €

ISBN : 978-2-7073-1979-1

GENCOD : 9782707319791

Sorti le : 08/03/2007

Joachim Salinger - 26/04/2007


  • Les présentations des éditeurs : 10/03/2007

J'étais en route vers la côte landaise, où je devais aider des amis à désensabler leur maison.
Plus tard, je m'installerais à Bordeaux, c'était décidé. En attendant, j'avais l'intention de vivre un peu, juste assez pour que ça me laisse des souvenirs. Il y avait peu de chances, toutefois, que quelque chose m'arrive sur la dune déserte, entre deux pelletées. Puis, à l'hôtel, j'ai rencontré Charles Dugain-Liedgester, qui ne dormait plus avec sa femme et qui lisait tard le soir.



  • La revue de presse Patrick Kéchichian - Le Monde du 20 avril 2007

Chaque romancier est le porteur, le héraut d'une question, qu'il module, affine, infléchit dans la suite de ses livres, avec plus ou moins de bonheur. Parfois, il tâtonne, mais la question demeure. Celle que Christian Oster se pose - et nous pose -, dans la douzaine de romans qu'il a publiés depuis 1989, est obsédante, sans solution. Elle pourrait se formuler ainsi : comment raconter une histoire vraisemblable à l'aide d'un langage qui, au lieu de témoigner de la réalité, nous la dérobe sans cesse, nous en éloigne par mille complications et chemins ?...
Christian Oster a cet art singulier, hérité du Nouveau Roman, de conférer à la banalité et aux détails infimes de la vie une profondeur vertigineuse. Le soin maniaque qu'il met à examiner chaque potentialité du langage a pour effet de dérober sans cesse le sol sous nos pieds - là où l'on devrait marcher en terrain connu. Chez lui, le rire et la loufoquerie ne sont jamais de sûrs appuis mais des agents amplificateurs d'une abyssale perplexité : celle qui nous saisit au moindre examen un peu attentif de la réalité.


  • La revue de presse Jean-Louis Ezine - Le Nouvel Observateur du 22 mars 2007

«Sur la dune», son nouveau roman, est un régal de burlesque mélancolique. Et qui ne s'enlise jamais...
Les dunes. C'était un sujet pour lui. La vie racontée par Oster, depuis maintenant douze romans, est un spectacle brownien. Des êtres s'y croisent, s'y éboulent en douceur, font le dos rond et quand ils vont voir plus loin, c'est sous la seule action dynamique de l'aléa. Les couples n'y paraissent qu'ensablés...
«Sur la dune» est un ballet dédié à la frustration, au manque, à la solitude. Et Oster est bien le maître de l'aléa, le suspense des temps modernes.


  • La revue de presse Jean-Baptiste Harang - Libération du 8 mars 2007

Souvent, les héros des romans de Christian Oster empruntent la nationale 10. Parfois, ils s'appellent Paul. Et pas que la nationale, ils empruntent des voitures, des maisons, des femmes, des vies, les héros de Christian Oster sont des coucous, ils s'approchent poliment de la vie des autres, ils pensent qu'elle vaut bien la leur (dont, en général, ils ne pensent pas grand-chose, sinon s'en éloigner), elles les rassurent, ces vies des autres, puisque, jusque-là, elles ont tenu, sans qu'ils aient eu à s'en mêler, eux, les héros. Le coucou s'installe dans le nid des autres, la femelle pond ses oeufs dans celui des bruants, des bergeronnettes, des fauvettes...
Non, ce qu'il faudrait dire et que ce qui précède ne dit pas, c'est la façon dont l'écriture de Christian Oster vous embobine, vous enroule dans des précisions tellement inutiles que, sans elles, il n'y aurait plus rien, tellement saugrenues qu'elles vous ressemblent, que tous ces Paul sont des tergiversateurs d'élite, des ergoteurs de première classe, et des biaiseurs qui ne pensent qu'à ça.


  • Les courts extraits de livres : 16/03/2007

Je sélectionnai sur mon téléphone le numéro de Jean, qui ne répondit pas. Je laissai un bref message où je l'informai de mon arrivée en la couplant avec leur absence, à tous les deux, puis raccrochai.
Je ne sais pas où ils sont, expliquai-je.
Us vont peut-être arriver, m'encouragea le récep­tionniste.
Parfois, lui expliquai-je, quand j'attends des gens, ils n'arrivent pas.
Je comprends, me répondit le réceptionniste.
Il vous reste des chambres ? lui demandai-je.
Je vais voir ce que je peux faire, me dit-il.
Il avait l'air compréhensif, en effet. C'était un homme jeune, le cheveu blond, raide, l'oeil clair, qu'on imaginait vieillir plutôt ailleurs, à l'intérieur des terres, ou alors vers Arcachon, épargné par la sensation, donc, comme il arrive parfois à Saint-Girons, d'attendre la fin.
Je suis venu aider mes amis, expliquai-je. Ils auraient dû me retenir une chambre. Normalement. Et en prendre une.
Désolé, reprit le réceptionniste, je viens de vous le dire, je n'ai personne de ce nom sur mes listes, mais on va essayer de vous trouver quelque chose. Avec quelqu'un, ça vous gêne ?
J'hésitai. Quelque chose avec quelqu'un, au fond, me dis-je, ça pourrait être pire. Et je ne voulais pas revenir en arrière, vers Vielle-Saint-Girons, pour y chercher un hôtel. Trop loin. Trop tard. D'ailleurs, où qu'ils fussent, Catherine et Jean allaient peut-être se manifester.
C'est gentil, dis-je. Non, ça ne me gêne pas.
Le stylo du réceptionniste descendit le long d'une colonne. Il s'arrêta à mi-chemin.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia