Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Babyji

Couverture du livre Babyji

Auteur : Abha Dawesar

Traducteur : Isabelle Reinharez

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Ed. Héloïse d'Ormesson, Paris, France

Prix : 22.00 €

ISBN : 978-2-35087-049-6

GENCOD : 9782350870496

Hélène Lausseur - 15/05/2007


Agathe L'huillier - 15/03/2007


Sylvain Elie - 15/03/2007


  • Les présentations des éditeurs : 09/03/2007

Dehli, années 1990. La violence des castes déchire le pays, les étudiants s'immolent lors de manifestations contre le gouvernement.

Elles sont trois - une lycéenne, une divorcée, une bonne - à graviter autour de Babyji, petite lolita indienne qui, inspirée par ses cours de physique quantique, conjugue la passion du savoir avec le plaisir des sens. Au travers du jeu des possibles entre ces femmes que tout devrait séparer, c'est l'Inde moderne - loin du folklore et des clichés -qui est décodée.

Roman initiatique aux accents érotiques et subversifs, Babyji témoigne de l'émergence d'une nouvelle vague indienne.

Née en 1974 en Inde, à Delhi, Abha Dawesar est diplômée de Harvard.
Elle a travaillé dans la finance à New York avant de se consacrer à l'écriture. Elle vit entre Dehli et Paris et vient d'être élue par India Todaj, le premier magazine du pays, comme l'une des vingt-cinq personnalités de l'année.

Un livre-culte où la jeunesse indienne est dévoilée.



  • La revue de presse Françoise-Marie Santucci - Libération du 10 mai 2007

Abha Dawesar est une jeune Indienne qui vient de publier, dans l'effervescence du récent Salon du livre consacré à l'Inde, un roman intitulé Babyji, qui raconte (entre autres) l'éveil sexuel d'une adolescente de New Delhi, Anamika...
Avec sa charmante crudité, qui en ferait une sorte de Houellebecq des jeunes filles en fleurs (Houellebecq que Dawesar lit en français, ainsi que Duras), Babyji évoque aussi les héroïnes de l'auteur de bandes dessinées américaine Alison Bechdel. Même gaucherie, mêmes questionnements prises de tête, même obsession de la «chose»...
En arrière-plan de ces affaires intimes se dessine le Delhi des années 90, époque à laquelle se situe le roman. Un monde où une jeune fille qui appelle un homme par son prénom, fût-il le père de son meilleur ami, commet un sacrilège ; un monde où il est normal que les domestiques, quand ils sont conviés, et c'est rare, à partager le thé avec la famille, s'asseyent par terre ; un monde où l'arrivée d'une loi instaurant des quotas pour les basses castes provoque des immolations des membres des hautes castes.


  • La revue de presse Raphaëlle Rérolle - Le Monde du 23 mars 2007

Libre" : voilà le mot qu'Abha Dawesar pourrait afficher non seulement au fronton de ses livres, mais à celui de sa vie. Née en 1974, cette jeune Indienne originaire de New Delhi ne tient pas spécialement à enfreindre les règles, pas plus qu'elle ne se cantonne dans une posture agressive. Simplement, elle a décidé une bonne fois pour toutes que son comportement et son écriture ne seraient pas dictés par les interdits et les cloisonnements de la société dont elle est issue. Telle est aussi Anamika, surnommée Babyji, la jeune héroïne de son livre. A travers l'initiation sexuelle (et surtout homosexuelle) de cette adolescente intrépide, Abha Dawesar décrit à la fois son pays et les changements qui le travaillent, derrière son apparent immobilisme...
Son point de vue, comme celui de son héroïne, est toujours à la fois proche, enthousiaste, intense et en même temps distancé. Dans le cas de Babyji, c'est le savoir livresque qui joue le rôle d'un levier. La mécanique quantique ou le principe d'incertitude de Heisenberg sont les éléments qui permettent à la jeune fille d'analyser le monde et de sortir du schéma imposé par la société autour d'elle.


  • Les courts extraits de livres : 09/03/2007

A VELO LE SAMEDI

Avant de partir chez Linde, le lendemain matin, je me ron­geai les sangs pour savoir comment j'allais m'habiller. Pour la plupart, mes vêtements faisaient encore très petite fille. Je choisis ma chemise de garçon rayée et un jean. J'enfilai des chaussures noires de modèle masculin, m'appliquai dans le cou un peu d'Old Spice chipé dans les affaires de toilette de mon père, et enfourchai mon vélo. J'y allai à dix heures car elle ne m'avait pas dit quand passer. Neuf heures me semblait trop tôt pour un samedi. J'avais l'estomac noué, et le dos terriblement contracté.
Linde était superbe et elle m'attendait. J'avais la langue coincée au fond de la gorge. Ce qui rendait les échanges polis quelque peu malcommodes. Quand elle proposa de me préparer un café glacé, je la suivis à la cuisine et à sa demande sortis les glaçons du frigo. Nous emportâmes nos grands verres dans la véranda, à l'arrière de la maison. Je m'assis sur le sol cimenté, les épaules contre les pieds de son fauteuil de jardin en rotin. J'avais peur de me retourner et de croiser son regard. J'étais gênée par mes pensées de la veille au soir. Peu importait que j'aie dégrafé les corsages de toutes les autres femmes. Avec Linde seulement cet acte avait quelque chose d'indécent.
Nous discutâmes de mon école et de son fils pendant un petit moment. Jamais encore je n'avais abordé un sujet de cette façon avec une grande personne. Mes parents, leurs amis et mes professeurs me traitaient comme une gamine, mûre certes, mais tout de même. Linde me parlait comme à une adulte.
- Où est votre fils, m'informai-je.
- Tant qu'il n'aura pas changé d'école, il restera chez son père. Elle était divorcée, et nous étions seules. Ces deux faits provoquèrent en moi une excitation irraisonnée.
- Combien de temps peux-tu rester ? demanda-t-elle.
- Environ une heure.
Je faisais toujours une heure de vélo le samedi matin. Si je m'étais attardée davantage, ma mère m'aurait à coup sûr demandé où j'étais.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia