Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Noureev, l'insoumis : biographie

Couverture du livre Noureev, l'insoumis : biographie

Auteur : Ariane Dollfus

Date de saisie : 19/01/2007

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Flammarion, Paris, France

Prix : 24.00 €

ISBN : 978-2-08-068651-0

GENCOD : 9782080686510

Sorti le : 19/01/2007

  • Le journal sonore des livres : Alban Guyon - 12/04/2007

Alban Guyon - 12/04/2007


Sylvain Elie - 02/04/2007


Mélanie Couillaud - 21/03/2007


  • Les présentations des éditeurs : 15/03/2007

Le 16 juin 1961, l'Occident découvrait une nouvelle étoile étincelante Rudolf Noureev, jeune danseur soviétique, venait de faire défection avec fracas, à l'aéroport du Bourget.
Star du jour au lendemain, Noureev allait le rester jusqu'à sa mort en 1993, devenant le plus célèbre danseur de tous les temps. Pourquoi Rudolf Hametovitch Noureev voulait-il fuir son pays ? Comment ce jeune Tatare d'origine musulmane, issu d'une famille démunie, et arrivé d'une Sibérie coupée du monde a-t-il pu se métamorphoser en danseur planétaire, richissime et adulé, icône des médias, enfant chéri d'une jet-set mondiale et d'un public sous le charme ? C'est ce fabuleux destin que raconte Ariane Dollfus dans ce " portrait sensible " qui n'a rien d'une biographie purement chronologique.
Grâce à de très nombreux témoignages, documents et une multitude d'anecdotes, cet ouvrage montre l'homme extravagant et excessif qu'il fut, ainsi qu'un Noureev plus intime, entouré mais seul, théâtral et mélancolique, grand séducteur souvent éconduit, personnage arrogant mais courageux, admirable et insupportable, éternel exilé dont la seule patrie était la scène mais qui ne rêvait que de revoir sa mère.
L'auteur dévoile comment Noureev l'insoumis, habité par la danse, osa braver son père, défier le pouvoir soviétique et le KGB, s'imposer dans un milieu artistique qui ne l'attendait pas. Elle explique comment le danseur a su révolutionner un art désuet en rendant soudain Giselle, Le Lac des cygnes ou La Belle au bois dormant formidablement modernes. Elle revient sur ses rôles mythiques, sur le couple de légende qu'il formait avec Margot Fonteyn, sur son passage riche et tumultueux à la tête du Ballet de l'Opéra de Paris.
Voici une biographie de référence qui atteste à quel point Noureev colla à son époque. Entre stalinisme, guerre froide, libération sexuelle et années sida, c'est un demi-siècle d'histoire que l'on revisite.

Ariane Dollfus, née en 1966, est diplômée de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris. Elle a été critique de danse et de théâtre à France-Soir de 1988 à 2006. Elle collabore à plusieurs revues de danse et fut chroniqueuse au " Fou du roi " sur France-Inter.



  • La revue de presse - Le Monde du 6 avril 2007

Fondé sur une centaine de témoignages, la consultation de très riches archives et l'analyse de la presse internationale, Noureev l'Insoumis est une somme récapitulative, plus de cinq cent pages, organisée autour d'une vingtaine de chapitres développés chronologiquement : la désertion de l'Union soviétique le 16 juin 1961, le partenaire de Margot Fonteyn, la "rudimania", l'amour entre Noureev et le danseur danois Erik Bruhn, etc. Le lecteur, pris par la main, guidé, trouvera tout ce qu'il cherche : dates, lieux, bibliographie, filmographie, chorégraphies, rôles, notes éclairantes, sources... Du très sérieux...
Mais, contre toute attente, quand on referme ce pavé, on a le sentiment d'avoir plongé dans un roman d'amour. Ariane Dollfus a aimé Noureev. C'est bien là l'essentiel, non ?


  • La revue de presse - Télérama du 4 avril 2007

Une histoire romanesque à souhait. Celle d'un jeune Tatar, musulman, pauvre, né dans un train en pleine Sibérie, qui devient l'un des plus grands danseurs du XXe siècle : Rudolf Noureev...
Pourtant, le livre d'Ariane Dollfus ne se contente pas d'exploiter ces puissants ressorts dramatiques. Mieux qu'une simple biographie, elle a entrepris un impressionnant travail de fond...
D'une androgynie assumée, il a rendu à la danse masculine le pouvoir qu'elle avait perdu au XIXe siècle. Et, bien sûr, popularisé le ballet classique.


  • La revue de presse Laurence Liban - L'Express du 15 mars 2007

Mais, dissident, Noureev se défendit toujours de l'être. Il voulait juste danser en toute liberté. C'est ce malentendu que dissipe Ariane Dollfus dans une biographie aux airs de polar, fondée sur des faits recueillis dans les archives du ministère français de l'Intérieur et à travers maintes confessions resurgies après l'effondrement du bloc communiste...
Enquêtrice irréprochable, Ariane Dollfus, longtemps critique de danse à France Soir, considère le héros de son enfance avec fermeté et tendresse...
Et l'étoile sans domicile fixe luit doucement dans les pages de ce portrait. Insoumis, certes, mais libre.


  • Les courts extraits de livres : 25/03/2007

Dissi-danse

«Vouloir, c'est pouvoir.» Rudolf Noureev

«Jeune homme ! Soit vous deviendrez un très grand danseur... Soit vous serez un raté... Et il y a de plus grandes chances que vous deveniez un danseur raté...»
Lorsque tombe le verdict de Vera Kostravitskaïa, à l'issue du concours d'entrée à l'École Vaganova, Rudolf Noureev comprend immédiatement que rien n'est joué. Certes, la redoutée pédagogue de Leningrad l'a tout de même admis à l'École, mais tout est à faire. Le nouvel élève a déjà dix-sept ans et, malgré son petit bagage technique, il lui faut convaincre à tout prix qu'il peut encore devenir le meilleur danseur du monde. Rudolf, plus que jamais, est dans l'urgence. Et dans la rage de réussir. Rudolf sait qu'il ne sait rien. Mais il sait qu'il est unique. Il mérite sa place et, en vrai conquérant dominateur, va le prouver.
Ce ne sera pas facile. Lorsqu'il arrive dans la classe d'Alexandre Pouchkine, il voit très vite qu'il n'est pas à la hauteur. Les autres garçons du cours le lui font bien comprendre, le jour où ils le mènent devant le miroir du studio de travail et lui disent cyniquement : «Regarde-toi, Noureev... Tu ne seras jamais capable de danser. C'est impossible. Tu n'es pas bâti pour ça. Tu n'as rien. Pas d'école, pas de technique. Comment peux-tu avoir la prétention de travailler avec nous, en huitième division ?»
Noureev venait en effet de demander à changer de cours, quinze jours à peine après son arrivée à l'École. Chelkov, le directeur de l'École, l'avait pris dans sa classe, la sixième division. Rudolf estimait qu'il méritait d'être dans la huitième, et ne supportait plus le mépris avec lequel Chelkov le traitait. Il avait surtout fait ses calculs : s'il restait en sixième, le service militaire allait le guetter à la sortie de l'école et briserait net sa carrière. Il exigea du professeur-directeur de le mettre dans le cours de Pouchkine. Et il obtint satisfaction ! Deux semaines après son arrivée, Rudolf Noureev commençait déjà à défier une nouvelle autorité, autre que son père. Au risque de se faire expulser.
*
Pourtant, Noureev l'arrogant arrive à ses fins et entre au cours du très réputé Alexandre Pouchkine. Ce dernier n'avait pas fait une grande carrière de danseur mais il était un excellent pédagogue. Rudolf, qui comprend tout très vite, sent que Pouchkine est le professeur qu'il lui faut. Et il voit juste.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia