Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Mémoire cavalière

Couverture du livre Mémoire cavalière

Auteur : Philippe Noiret

Préface : Daniel Rondeau

Date de saisie : 01/03/2007

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Robert Laffont, Paris, France

Prix : 21.00 €

ISBN : 978-2-221-10793-5

GENCOD : 9782221107935

Sorti le : 01/03/2007

Charlotte Thomas - 20/03/2007


  • Les présentations des éditeurs : 16/03/2007

" J'ai toutes les apparences d'un bourgeois, l'allure d'un bourgeois, le parfum d'un bourgeois, mais je ne me suis jamais senti un bourgeois.
Qu'on ne se méprenne pas : le mot n'a pas de sens péjoratif dans ma bouche, bien au contraire. Mais je ne me sens pas en phase avec cet esprit-là. Je me considère d'abord comme un saltimbanque. Ce n'est pas le mode de vie qui compte, mais la façon dont on envisage l'existence en général. " P. N. Enfant rêveur, Philippe Noiret a connu les affres du métier de cancre, avant qu'un professeur attentionné ne décèle en lui un comédien-né.
Admirateur de d'Artagnan, il a mené sa vie avec l'enjouement et la générosité du héros d'Alexandre Dumas que Bertrand Tavernier lui a permis d'incarner sur le tard dans sa carrière - l'une des plus impressionnantes de la scène française, jalonnée de cent vingt-cinq films, et de nombreux chefs-d'oeuvre et succès populaires comme Alexandre le bienheureux, Le Vieux Fusil, Que la fête commence, Les Ripoux, Cinema Paradiso ou Le Facteur.
Philippe Noiret a traversé l'existence avec légèreté, entrain et élégance, faisant des allers-retours entre le théâtre et le cinéma, mêlant compositions comiques et tragiques. Sa trajectoire hors normes a croisé celles de Jean Vilar et de Gérard Philipe, qui fut comme son ange gardien, mais aussi celle de Françoise Sagan, d'Alfred Hitchcock, de Philippe de Broca ou de certaines de nos plus belles comédiennes telles que Romy Schneider ou Catherine Deneuve.
De Gabin à Mastroianni ou Fred Astaire, sans oublier ses deux complices, Jean Rochefort et Jean-Pierre Marielle, il a été l'ami et le partenaire des plus grands. Juste avant de tirer sa révérence, Philippe Noiret raconte de sa voix si reconnaissable les mille et une histoires d'une vie exceptionnelle. Une chevauchée à travers le siècle.



  • La revue de presse François-Guillaume Lorrain - Le Point du 15 mars 2007

Peu de révélations surgissent de ces souvenirs...
L'intérêt est ailleurs, dans le portrait d'un homme singulier : un mélancolique attaché à sa famille, un élégant qui, entre tweed et charentaises, avait trouvé son style, un gai luron qui profita de la vie avec ses amis de cinéma. On le voit donc s'attarder sur sa chevalière, les mouchoirs de Marco Ferreri, de jolies bottes faites sur mesure chez John Lobb ou un tournage aux Grands-Chézeaux avec Hitchcock...
Avant d'aller chevaucher d'autres immensités, l'artiste nous a laissé une dernière ballade, tendre et apaisée.


  • Les courts extraits de livres : 17/03/2007

En 1945, les patrons de la société pour laquelle travaillait papa, MM. Audrain et Courant, décidèrent de l'envoyer à Paris. Nous étions tous contents de ce déménagement. Papa quittait la direction des magasins pour devenir acheteur. C'était désormais à lui d'approvisionner la chaîne en matières premières. Quant à moi, je connaissais déjà un peu la capitale : l'école Montalembert était arrivée en finale du championnat de natation des écoles catholiques. Je m'étais spécialisé dans le quatre fois cinquante mètres nage libre. Au jour fatidique, rien ne s'était passé comme prévu : en bon cancre qui se respecte, je m'étais trompé d'heure pour la compétition. Je n'ai donc jamais connu les joies du podium. Nous nous sommes installés rue Michel-Ange, près de la porte de Saint-Cloud. L'appartement était banal, mais très agréable.
À peine inscrit au lycée Janson-de-Sailly, j'ai immédiatement repris mes bonnes vieilles habitudes. Paris ne changeait rien à l'affaire. J'étais indiscipliné, je chahutais, je n'avais aucun résultat. Mon frère m'engueulait, mais ne pouvait guère m'aider. On me donnait des cours particuliers, en pure perte. Je cultivais l'insolence. Je ne voudrais surtout pas donner l'impression que j'étais quelqu'un d'intéressant; ou alors seulement au sens où l'entendait maman lorsque je rentrais collé : «Tu as encore fait ton intéressant...» Il y avait là quelque chose de pathétique.
N'ayant aucun succès dans les études, j'avais besoin d'être reconnu autrement. Je ne me sentais pas bien dans ma peau. Le visage orné d'un pif qui avait surgi sans crier gare, à la puberté, je ne savais que faire de ce corps maladroit de grand gars poussé trop vite. Cette tendance à faire mon intéressant, selon l'expression si juste de ma mère, a duré encore quelque temps, y compris après que je suis devenu comédien. J'en faisais trop. Le père Tardiveau, préfet des études à Juilly, allait bientôt résumer tout cela dans une formule lapidaire, dont j'imagine qu'il n'était pas l'auteur : «Noiret, votre suffisance n'a d'égale que votre insuffisance...» Aussi l'épisode Janson fut-il bref. Ils n'ont pas tardé à me virer.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia