Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Sophia Pétrovna

Couverture du livre Sophia Pétrovna

Auteur : Lidia Korneevna Tchoukovskaïa

Date de saisie : 01/03/2007

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Interférences, Paris, France

Prix : 18.00 €

ISBN : 978-2-909589-14-5

GENCOD : 9782909589145

Sorti le : 01/03/2007

Xavier Brossard - 09/05/2007


  • Les présentations des éditeurs : 17/03/2007

Un classique de la littérature russe du XXe siècle épuisé depuis des années
Sophia Pétrovna est une femme sans histoires. Elle élève seule son fils, un garçon sérieux et travailleur, et ne s'intéresse absolument pas à la politique. Mais en Russie, dans les années 30 du XXème siècle, personne n'est à l'abri de l'arbitraire de l'État, même ceux qui n'ont rien à se reprocher...

Ce récit paru en français en 1975 sous le titre La Maison déserte aux éditions Calmann-Lévy et devenu introuvable depuis des années, est l'un des premiers textes sur la Terreur et les répressions staliniennes écrits sur le vif.
Il raconte, dans un style sobre et pudique, la vie quotidienne d'une Soviétique ordinaire brusquement confrontée à l'arrestation de son fils, et sa descente progressive dans ce qu'Oleg Volkov a appelé «les ténèbres», cette longue nuit dans laquelle ont été plongés tant de Russes au cours du XXe siècle.
A côté des récits sur les camps soviétiques comme ceux de Chalamov, à côté des études historiques, ce texte simple et poignant éclaire l'autre côté des barbelés, le monde de ceux et surtout de celles qui attendaient désespérément des nouvelles de leurs proches arrêtés et condamnés sans raison ni explication - celles-là mêmes auxquelles Akhmatova a rendu hommage dans son Requiem. Il décrit leurs doutes, leur désarroi et leurs angoisses.

Ecrit à la fin des années 30, à la même époque et dans le même contexte que le recueil d'Anna Akhmatova (La Maison déserte, titre sous lequel il est paru en Occident dans les années 60, est d'ailleurs tiré d'un des poèmes du Requiem), ce récit méritait d'être de nouveau accessible au public français, sous le titre et avec les corrections que souhaitait l'auteur.

L'auteur
Fille du célèbre critique et traducteur Korneï Tchoukovski, Lydia Tchoukovskaïa, une femme d'une grande culture et une personnalité hors du commun, est surtout connue en France comme l'auteur des Entretiens avec Anna Akhmatova (Albin Michel). 2007 sera l'année du centenaire de sa naissance.


  • Les courts extraits de livres : 17/03/2007

A présent, elle était parfaitement d'accord avec Kolia quand il lui expliquait la nécessité pour les femmes d'avoir un travail socialement utile. D'ailleurs tout ce que disait Kolia, tout ce qui était écrit dans les journaux, lui paraissait désormais parfaitement naturel, comme si on avait toujours parlé et écrit ainsi. Il n'y avait que son ancien appartement qu'elle regrettait beaucoup, maintenant que Kolia était devenu grand. On avait réduit leur surface habitable pendant la lamine, au tout début de la révolution. La famille du milicien Degtiarenko avait été installée dans l'ancien cabinet de Fiodor Ivanovitch, celle du comptable dans leur salle à manger, et on leur avait laissé, à Kolia et à elle, l'ancienne chambre d'enfant. Maintenant que Kolia avait grandi, il avait absolument besoin d'une chambre indépendante, ce n'était plus un enfant !
«Enfin, maman, tu trouvais ça juste que Degtiarenko et ses enfants vivent dans un sous-sol, et nous dans un grand appartement ? Tu trouves que c'était juste ? Dis-moi ?» demandait Kolia d'un air sévère en lui expliquant le sens révolutionnaire de la réquisition des appartements bourgeois. Et Sophia Pétrovna était bien obligée d'en convenir : c'est vrai, ce n'était pas très juste, en effet. Seulement, il était regrettable que la femme de Degtiarenko soit une telle souillon - on sentait l'odeur aigre qui venait de sa chambre jusque dans le couloir. Elle avait peur d'ouvrir son vasistas. Et puis, ses jumeaux avaient déjà seize ans, et ils faisaient encore des fautes d'orthographe !
Sophia Pétrovna avait été consolée de la perte de son appartement par un nouveau titre : les habitants l'avaient élue déléguée de l'appartement à l'unanimité. C'était comme si elle était la maîtresse de maison, la responsable de son propre appartement, en quelque sorte. Elle faisait des remarques délicates, mais fermes à la femme du comptable à propos des malles qui encombraient le couloir. Elle calculait les sommes que chacun devait payer pour l'électricité avec autant de soin qu'elle ramassait les cotisations syndicales au bureau. Elle assistait régulièrement aux réunions des délégués d'appartements au JAKT, la Coopérative du Logement, puis faisait à ses voisins un rapport détaillé sur ce qu'avait dit le gérant de l'immeuble. Dans l'ensemble, elle était en bons termes avec eux.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia