Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. De soie et de sang

Couverture du livre De soie et de sang

Auteur : Xiaolong Qiu

Traducteur : Franchita Gonzalez Battle

Date de saisie : 10/05/2007

Genre : Policiers

Editeur : Liana Levi, Paris, France

Collection : Policier

Prix : 19.00 €

ISBN : 978-2-86746-444-7

GENCOD : 9782867464447

Sorti le : 10/05/2007

L'inspecteur Chen Cao est de plus en plus insatisfait de son métier et suivant la parole de Confucius - "Il y a des choses qu'un homme peut faire, et d'autres qu'il ne peut pas faire" - il décide de s'inscrire à l'Université de Shanghai en littérature classique. Mal lui en prend, on lui donne à résoudre "l'affaire du qipao rouge" : des femmes sont assassinées et vêtues de qipao, ces robes, "autrefois condamnées comme symbole de la décadence capitaliste, aujourd'hui redevenues à la mode". C'est le premier cas de meurtres en série pour la brigade et Chen est présenté comme le policier le plus à même de résoudre l'affaire. Mais cela ne cadre pas vraiment avec ses aspirations universitaires. C'est ainsi que l'inspecteur Yu va se retrouver - en sous-mains - responsable de l'enquête que Chen suivra à distance...
Les livres de Qiu Xiaolong présentent l'intérêt de toujours se renouveler. Les personnages vieillissent, évoluent, prennent plus ou moins de l'importance, en se remettant toujours en question (les considérations de Chen sur son métier, sur la littérature...). La Chine "un pays, deux vitesses" est méthodiquement (et avec finesse) passée au crible (pèriode actuelle ou révolution culturelle), c'est un bonheur de lecture. La fin avec les méthodes toujours aussi peu orthodoxes de l'inspecteur Chen Cao est redoutable. Comme à l'accoutumée on attend le prochain, en espérant que Chen ne raccroche pas son insigne.


Charlotte Thomas - 20/03/2007


  • Les présentations des éditeurs : 17/03/2007

Une femme en qipao rouge. Assassinée. Le vêtement est le symbole de l'élégance bourgeoise des années trente. Un symbole à renverser, pour les tenants de la pensée révolutionnaire. Est-ce la clé du meurtre, et de ceux qui vont suivre ? L'inspecteur principal Chen, aux prises avec ce tueur en série, le premier de l'histoire de Shanghai, se raccroche à Confucius : Il y a des choses qu'un homme fait, et d'autres qu'il ne fait pas. Mais dans une époque de transition aussi mouvante que celle de la Chine post-Mao, peut-on avec certitude différencier le bien du mal ? Car la Révolution culturelle, et son cortège de meurtrissures, est passée par là...

Qiu Xiaolong est né à Shanghai. Lors de la Révolution culturelle, son père est la cible des révolutionnaires et lui-même est interdit d'école. Il réussit néanmoins à soutenir une thèse sur T.S. Eliot et poursuit ses recherches aux États-Unis. Les événements de Tian'an men le décideront à y rester. Il choisit alors d'écrire en langue anglaise et publie successivement Mort d'une héroïne rouge, Visa pour Shanghai, Encres de Chine et Le Très Corruptible Mandarin. Ses romans sont aujourd'hui traduits dans une douzaine de pays.



  • La revue de presse Gérard Meudal - Le Monde du 31 mai 2007

Si tous les livres de Qiu Xiaolong s'attachent à dénoncer les travers de la société chinoise contemporaine, comme le tandem Sjöwall et Wahlöö, créateur de l'inspecteur Martin Beck, analysait la société suédoise des années 1960, l'auteur insiste généralement sur les traumatismes engendrés par la Révolution culturelle, dont il fut lui-même victime...
Son personnage fétiche, l'inspecteur Chen Cao, dont c'est ici la cinquième aventure, est une des créations les plus originales du roman policier contemporain. Flic intègre, mais pas trop tout de même, il ne pourrait survivre sans quelques compromissions et a besoin d'amis haut placés. Il s'efforce de louvoyer dans les méandres d'une société autoritaire et corrompue où les nouveaux riches étalent un luxe extravagant, où les trafics prospèrent tandis que la police a pour fonction essentielle non pas de faire régner l'ordre, mais de permettre au pays d'afficher une image honorable aux yeux de l'étranger.


  • Les courts extraits de livres : 17/03/2007

L'inspecteur Yu rentra chez lui plus tard que de coutume. Peiqin se lavait les cheveux dans une bassine en plastique sur une table pliante à l'extérieur, près de l'évier collectif, dans la cuisine qu'elle partageait avec cinq familles du rez-de-chaussée. Il s'arrêta près d'elle. Elle releva la tête, couverte de mousse, et lui fit signe d'entrer.
Dans la pièce l'attendait sur la table un plat de gâteaux de riz frits accompagnés de porc émincé et de chou macéré. Il avait déjà mangé deux brioches à la vapeur, mais il décida de prendre un gâteau avant de se coucher. Leur fils Qinqin restait tard au lycée, comme d'habitude, pour préparer son examen d'entrée à l'université.
En voyant le lit avec son édredon de coton brodé d'un dragon et d'un phénix, et le traversin moelleux posé à la tête, il se sentit épuisé. Sans ôter ses chaussures, il se laissa tomber dessus. Deux ou trois minutes plus tard, il se redressa, reposa la tête contre le bois dur et tira une cigarette de sa poche. Qinqin n'allait pas revenir tout de suite, et il avait besoin de réfléchir.
Malgré la fumée, il trouva ses pensées aussi figées que dans un seau de colle glacée.
Il essaya de récapituler.
Tout le service était en ébullition. On avait avancé des théories sur l'affaire, cité des cas, défendu des points de vue. Tout le monde paraissait bien informé.
L'insistance du secrétaire du Parti Li à «compter sur le peuple» était stérile. Les comités de quartier avaient interpellé un grand nombre d'habitants aperçus dans le voisinage et leur avaient demandé de fournir un alibi, mais ça n'avait mené à rien.
Pas étonnant. Ces comités avaient été des chiens de garde efficaces dans les années soixante et soixante-dix à cause des conditions de logement et du système des coupons de rationnement.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia