Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Les vies de Pierre Naville

Couverture du livre Les vies de Pierre Naville

Auteur : Françoise Blum

Date de saisie : 08/03/2007

Genre : Sciences humaines et sociales

Editeur : Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve-d'Ascq, France

Collection : Temps, espace et société. Histoire et civilisations

Prix : 23.00 €

ISBN : 978-2-85939-966-5

GENCOD : 9782859399665

Sorti le : 08/03/2007

Mélanie Couillaud - 13/04/2007


  • Les présentations des éditeurs : 17/03/2007

Pierre Naville (1903-1993) fut une figure du surréalisme, puis un militant professionnel, avant d'entamer la rédaction de ses oeuvres majeures, et d'acquérir une légitimité scientifique dans le champ de la sociologie. Pour autant, il ne cessa jamais d'être un militant et un écrivain.

Cet ouvrage se propose d'analyser une série de rencontres essentielles, réelles et/ou intellec­tuelles, dans la vie de Naville : rencontre avec André Breton et les surréalistes, avec Léon Trotsky, avec Georges Friedmann, mais aussi avec Paul Thiry d'Holbach ou John Broadus Watson....

Cette démarche permet ainsi de mieux com­prendre la position de ce riche héritier en capital social et culturel dans les différents champs du savoir (politique, littéraire et sociologique), et la façon dont il se situe au coeur de réseaux qui se recoupent, se croisent et s'alimentent les uns les autres.

Ce livre offre donc, outre une archéologie des savoirs, des pratiques et des affinités de Pierre Naville, une contribution à la connaissance de la construction, du fonctionnement et de l'imbri­cation de ces réseaux eux-mêmes : réseaux fa­miliaux, réseaux militants, réseaux intellectuels, réseaux professionnels.

Françoise Blum (éd.) du Centre d'histoire sociale du XXe siècle (CNRS/Paris-l) a longtemps été responsable de la bibliothèque du CEDIAS-Musée social à laquelle Pierre Naville a légué ses archives. Spécialiste du mouvement social et de l'histoire des femmes et du féminisme, elle anime des réseaux nationaux et internationaux dans le domaine de la Labour History. Elle a notamment fondé le Collectif des centres de documentation en histoire ouvrière et sociale et est actuellement secrétaire générale de l'International Association of Labour History Institutions.


  • Les courts extraits de livres : 17/03/2007

LES SURREALISTES ET LA TRADUCTION

Le moment où Denise Lévy commença à pratiquer la traduction, dans les années 1920, coïncida avec celui de sa socialisation dans le groupe surréaliste. Celui-ci publia les toutes premières traductions de la jeune femme dans les revues Littérature (septembre 1922) puis La Révolution surréaliste (1925). C'est le même réseau qui la fit entrer en contact avec l'éditeur qui fut tout au long de sa vie son principal employeur : Gallimard.
Mais il faut d'abord insister sur un fait remarquable : il n'existe qu'un lien ténu entre les surréalistes et la traduction. Alors que celle-ci fut fréquemment, au XXe siècle en tout cas, une activité compatible avec une carrière d'écrivain et surtout de poète, non seulement parce qu'elle procurait un revenu d'appoint, mais aussi et surtout parce qu'elle pouvait permettre à de jeunes écrivains d'associer leur nom à celui d'un auteur canonique, ou encore leur offrir une voie d'accès à des revues et à des maisons d'édition, le groupe des surréalistes se distingue justement par un taux remarquablement faible de pratique de la traduction. Plus précisément, lorsque cette pratique intervient, elle est toujours postérieure à la période de l'investissement dans le surréalisme et reste en outre relativement marginale dans le parcours de chacun. Les revues surréalistes, depuis Littérature jusqu'à La Révolution surréaliste et Le surréalisme au service de la révolution, ne contenaient d'ailleurs qu'un nombre infime de textes traduits, alors que la plupart des revues littéraires de l'époque accordaient une grande place aux traductions, aussi bien du côté des revues les plus «l'art pour l'art» (Commerce, Mesures, etc.) que de celles qui étaient plus politisées (Europe, Commune, etc.).

Le non-recours des surréalistes à la traduction s'accompagna paradoxalement d'une forte valorisation de certains patrimoines littéraires étrangers, à commencer par celui du romantisme allemand (au sens large consacré en 1937 dans un livre très apprécié des surréalistes, L'Ame romantique et le rêve d'Albert Béguin), qui fut justement un des domaines privilégiés de Denise Naville.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia