Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Je vais mourir cette nuit

Couverture du livre Je vais mourir cette nuit

Auteur : Fernando Marias

Traducteur : Raoul Gomez

Date de saisie : 15/03/2007

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Cénomane, Le Mans, France

Collection : Littérature

Prix : 15.00 €

ISBN : 978-2-916329-05-5

GENCOD : 9782916329055

Sorti le : 15/03/2007

Quand il reçoit une lettre lui annonçant qu'il va se suicider après l'avoir lue, Delmar, policier espagnol n'en croit pas ses yeux et se remémore au fil de la lecture tous les évènements de sa vie qui ont entraîné sa déchéance.
La vengeance est un plat qui se mange froid, Fernando Marias nous le démontre au fil des pages de ce polar machiavélique qui fera date !
Ne passez pas à côté de ce roman à couper le souffle !


Xavier Brossard - 09/05/2007


  • Les présentations des éditeurs : 19/03/2007

«LA PIRE DES ANGOISSES, LE PIRE... CONCEPT RELATIF.»

Je me suis suicidé il y a seize ans. C'est un laps de temps plus que suffisant pour que vous m'ayez oublié, Delmar, ou tout au moins pour que se soit estompée la précision de vos souvenirs. Avant toute chose j'aimerais me présenter convenablement, c'est pourquoi je vais vous demander de faire un effort, d'obliger votre esprit à surmonter l'ivresse - parce que vous êtes ivre, n'est ce pas ?, ivre comme toujours- et de revenir vingt ans en arrière, jusqu'aux derniers jours de 1970, alors que vous étiez un jeune et brillant commissaire de police, le plus décoré de la ville et aussi le plus content de lui-même et de son inébranlable brutalité, le plus fier de ses succès, et même le préféré de la presse du coeur, qvii plus d'une fois vous a élu comme l'idéal de séduction masculine, quoiqu'en ce qui me concerne, votre propension à imiter les détectives du grand écran m'ait toujours semblé ridicule. À cette époque on vous a affecté, pour notre plus grand malheur, le vôtre et le mien, sur le secteur où j'exerçais mes activités...

Ni en 1958, à Bilbao, Fernando Marias a étudié le cinéma à l'Université des Sciences de l'Information de Madrid et d'abord écrit des scénarios pour la télévision. Il a obtenu en 2001 le prestigieux prix Nadal pour son roman El niño de los coroneles. Publié en 1996 en Espagne, Je vais mourir cette nuit est le premier livre de l'auteur traduit en français.



  • La revue de presse Martine Laval - Télérama du 18 juillet 2007

Fernando Marias, Prix Nadal en 2001, est pour la première fois traduit en français. Il est tout aussi virtuose que son narrateur. Il explore avec maestria les frontières indicibles qui définissent - ou non - ce qu'est l'art, la littérature, l'humanité. Je vais mourir cette nuit est un roman dangereux : il se lit comme sous hypnose.


  • Les courts extraits de livres : 19/03/2007

Les secondes s'écoulaient impitoyablement à la grande horloge du poste de police où l'équipe sous vos ordres luttait contre le temps. Aucun des agents ne parvenait à comprendre quelle force vous plongeait à chaque échec dans le désespoir le plus profond pour, subitement, en raison d'une nouvelle piste possible, vous emporter de nouveau dans le tourbillon de vos souvenirs personnels et de vos fichiers. Vous seul -à part moi, bien sûr- connaissiez l'origine d'une telle obsession. Vous l'imaginiez... Griffant et mordant le bois, assourdie par ses propres cris, devenant folle à l'intérieur d'un fragment de ténèbres hermétique à peine plus grand qu'elle. Ne plus voir la lumière, mourir dans cette solitude, mourir ainsi. Abandonnée pour mourir ainsi... Puis cédant à l'épuisement, recroquevillée dans les limites de la caisse, secouée par ces sanglots d'enfant qui déchirent les coeurs paternels, jusqu'à ce qu'elle récupère des forces pour griffer et mordre encore, mais cette fois ses poignets et son cou, et face à l'échec de cette fuite, de nouveau le cri. C'était ce cri qui, encore et encore, vous donnait les forces d'essayer de nouvelles pistes qui, comme les précédentes, finiraient par ne mener nulle part... J'ai envisagé, entre autres, cette possibilité, celle de vous abandonner à votre sort dans ce naufrage d'incertitude, mais j'ai finalement fait un autre choix. C'est pour cette raison, et pour cette raison seulement, que le supplice de ne pas savoir a duré un nombre de semaine précis. Approximativement, le temps que met un corps à mourir d'inanition plus le temps de se décomposer. Quand on vous a prévenu que le corps avait été découvert par hasard, vous n'avez probablement pas remarqué la similitude -dernier maillon alors, d'une chaîne de similitudes- entre ce dénouement et celui que vous aviez manigancé ensemble pour être riches et heureux... Si vous aviez pensé à ce plan, il vous aurait semblé bien lointain au moment de l'exhumation du corps, face au bâtiment à demi en ruines encerclé de voitures de police et d'ambulances inutiles... On devinait les visages graves, professionnels ou consternés - médecins légistes, juges, agents, le mari - derrière les masques à oxygène imposés par la puanteur. Le vôtre vous servirait de chapelle improvisée face au spectacle de chair décomposée et de rictus désespéré.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia