Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Morgue : enquête sur le cadavre et ses usages

Couverture du livre Morgue : enquête sur le cadavre et ses usages

Auteur : Jean-Luc Hennig

Date de saisie : 22/02/2007

Genre : Sociologie, Société

Editeur : Verticales-Phase deux, Paris, France

Prix : 25.00 €

ISBN : 978-2-07-078233-8

GENCOD : 9782070782338

Sorti le : 22/02/2007

Xavier Brossard - 09/05/2007


  • Les présentations des éditeurs : 20/03/2007

«La morgue, c'est la ville en dessous. Le boulevard du fait divers. L'administration de ses violences, de ses suicides et de ses suspicions. Mort métropolitaine, mort défigurée. Les morgues, c'est tout ça. De Paris à New York, d'instituts médico-légaux en dépositaires hospitaliers, c'est la même ténacité du cadavre. Colorié et silencieux. Entre les cars de police, les sirènes et les gyrophares, la pompe violette et les outils des garçons d'autopsie.»
Jean-Luc Hennig saisit sur le vif ce territoire imaginaire à force d'entretiens minutieux, d'extraits d'archives, de reportages in situ et de portraits bouleversants, savoureux ou glaçants. Autrement dit, en matérialiste déjanté et sensualiste non moins raffiné, il nous restitue les décors, gestuelles, rituels, trafics, odeurs, rêveries, phobies, folies qui hantent ces travailleurs de l'au-delà.

Romancier et essayiste, Jean-Luc Hennig est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages chez Albin Michel, Zulma et Gallimard. Morgue est d'abord paru dans la collection «Illustrations» des éditions Libres/Hallier en 1979. Ce livre culte revoit le jour chez Verticales un quart de siècle plus tard.


  • Les courts extraits de livres : 20/03/2007

PARIS, 1886
LA PETITE MORTE
DE LA RUE DU VERT-BOIS
(...)
C'était en août 1886, L'affaire, qui d'abord n'avait pas paru retenir l'intérêt, fit bientôt le tour de Paris. La rumeur des drames terribles et sanglants. Il fallait absolument aller à la morgue, quai de l'Archevêché. C'était une enfant, trouvée sous une porte cochère, sans doute une naissance illégitime. Elle était si pâlotte, si émouvante avec ses grands cheveux défaits, et ses taches de son. Vingt fois pourtant, depuis le début de l'année, la Seine avait rejeté de ces petits cadavres, cent fois des vidangeurs avaient apporté dans les commissariats de malheureux petits êtres jetés dans les fosses d'aisance par une mère dénaturée. Mais la vie de Paris est ainsi faite que certains spectacles marchent, d'autres pas. Et la morgue était un spectacle. Toujours imprévu, il remuait l'âme, énervait les sens. Bref, on s'y précipitait à la première occasion. Le même mois justement, on vit une jeune fille assassinée dont la tête avait disparu.
Quand la morgue n'était encore que la Basse Geôle du Grand Châtelet, on s'attroupait déjà autour du soupirail qui donnait sur cette cave infecte et sombre, comme après tout on allait à Montfaucon voir les corps des suppliciés, dans leur sac de treillis ou de cuir, se balancer aux chaînes de fer du gibet. On pourrait même faire toute une histoire des spectacles de morgue, des succès de curiosité, voire d'estime. Le 1er mars 1734, les corps de seize petits enfants, qu'on supposait avoir été tués par leurs mères, avaient été exposés, on s'aperçut bientôt qu'ils venaient de la salle de dissection du professeur d'anatomie, au Jardin des Plantes. Le 10 mars 1741, une tête d'homme cuite avec du gros sel et du lard était présentée dans un vaisseau de terre : elle fut du plus bel effet. Le 18 octobre 1767, il y eut une énorme affluence pour voir dans une grande boîte un corps desséché qu'on croyait être celui d'un jeune homme étouffé à dessein. Hélas ! ce n'était qu'une momie qu'un particulier avait rapportée du Grand Caire ! Ce qui fit beaucoup rire aux dépens de la police. En 1814, Louise Leroux, la belle écaillère, assassinée par son amant Montreuil, fut exposée au Marché neuf. Tout Paris vint voir l'infortunée que sa beauté et sa fin déplorable rendaient doublement intéressante


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia