Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Les sables de Mésopotamie

Couverture du livre Les sables de Mésopotamie

Auteur : Fawaz Hussain

Date de saisie : 01/03/2007

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Rocher, Monaco, France

Collection : Littérature

Prix : 17.50 €

ISBN : 2-268-06144-2

GENCOD : 9782268061443

Sorti le : 01/03/2007

Marie Nicolle - 02/04/2007


  • Les présentations des éditeurs : 21/03/2007

«Les Sables de Mésopotamie, récit d'une enfance, est un beau récit d'une grande fraîcheur. Le ton est juste, primesautier et dans le regard que l'enfant porte sur le monde apparaît la faculté de s'étonner et un ardent désir d'y participer.
Il se trouve que l'auteur est né kurde, donc issu d'une société minoritaire et qu'il nous initie, chemin faisant, à toute une tradition, avec ses codes, ses croyances, sa réalité quotidienne et ses rapports avec les autres groupes ethniques. Il nous donne à voir, avec beaucoup de talent et dans un style plein de charme ce qu'était la société kurde de Syrie dont les frontières furent fixées par la France lorsque celle-ci, au lendemain de la Première Guerre mondiale, devint puissance mandatrice du Levant.
À mes yeux, Les Sables de Mésopotamie, qui charrie tout un univers inscrit dans des strates anciennes dans un style tout à la fois précis et poétique est une réussite littéraire. Fawaz Hussain est un écrivain français, d'origine kurde, dont la patrie s'est réfugiée dans le langage.»

Gérard Chaliand

Fawaz Hussain est notamment l'auteur du Fleuve (Méréal 1997, réédition Motifs, 2006), Chroniques boréales (L'Harmattan, 2000) et Prof dans une ZEP ordinaire (Le Serpent à Plumes, 2006).


  • Les courts extraits de livres : 21/03/2007

CHAPITRE DEUX

dans lequel il est question d'un fleuve, d'une drôle d'union entre deux pays se trouvant dans des continents différents, de l'incendie d'un cinéma qui fait des centaines d'enfants martyrs et enfin d'un recensement ubuesque qui fait le malheur de dizaines de milliers de familles.

Un an après notre arrivée à Amoudé, le fleuve de la ville commença à écrire en grosses lettres la chronique de sa mort annoncée. En 1958, la Turquie voisine avait décrété la strangulation de tous les cours d'eau qui prenaient leur source sur son sol et qui descendaient vers le sud pour se jeter dans le Golfe persique. Elle procédait à une culture massive de coton dans les régions frontalières et projetait la construction d'une série de barrages sur le Tigre et l'Euphrate. Elle menaçait même de détourner les deux fleuves bibliques ne serait-ce que pour narguer les régimes arabes. En été, comme la plupart des cours d'eau qui descendaient la plaine steppique de Mardin, le fleuve Daré subissait un régime draconien. Comme un homme atteint d'une maladie grave, il devenait méconnaissable, squelettique. Dans les innombrables flaques d'eaux qui ponctuaient son parcours, les grenouilles vertes lâchaient leurs têtards. La nuit, elles ajoutaient leurs concerts de coassement aux aboiements des chiens errants. Le sommeil haché des riverains disparaissait définitivement avec le puissant appel des muezzins et le chant des coqs.
Certains hivers, les pluies torrentielles sur les mon­tagnes et la fonte des neiges transformaient le fleuve en un océan de flots. Devant nos yeux médusés, les eaux se gonflaient et coupaient la ville en deux. Les enfants ne pouvaient plus aller à l'école, la vie se paralysait. À la surface boueuse et tourbillonnante, on voyait souvent des vaches et des brebis mortes, des poutres et des planches de bois arrachées à la toiture des maisons. Parfois même, des mines extraites de la bande frontalière flottaient dangereusement à la surface. Ceux qui habitaient à proximité des rives se réfugiaient chez des proches ou des voisins qui étaient à l'abri des crues du fleuve. À leur retour chez eux, de mauvaises surprises les attendaient souvent. Les eaux avaient goulûment léché les murs en pisé. Elles avaient investi les chambres et il fallait des semaines pour que tout redevînt normal.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia