Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La chute de Constantinople, 1453

Couverture du livre La chute de Constantinople, 1453

Auteur : Steven Runciman

Date de saisie : 24/09/2012

Genre : Histoire

Editeur : Tallandier, Paris, France

Collection : Texto

Prix : 8.00 €

ISBN : 978-2-84734-427-1

GENCOD : 9782847344271

Sorti le : 22/03/2007

La chute de Constantinople, le 29 mai 1453, est une date capitale dans l'histoire de l'Europe. Elle marque symboliquement le passage du Moyen Age à la Renaissance, et l'implantation durable des Turcs en Europe. Elle représente aussi la lutte acharnée d'une capitale d'empire qui ne voulait pas mourir, une ruine en sursis défendue par un empereur et son peuple contre un adversaire aux forces gigantesques. L'auteur nous fait partager les angoisses des habitants de Constantinople, conscients de leur faiblesse, disposant de peu de moyens, mais galvanisés par l'envoi d'une poignée de renforts européens. En suivant jour après jour les péripéties du siège jusqu'au massacre final, le lecteur finit lui aussi par tomber avec la ville. La rigueur historique de ce grand médiéviste anglais se marie ici avec un excellent talent de conteur.


Xavier Brossard - 09/05/2007


  • Les présentations des éditeurs : 22/03/2007

Le 29 mai 1453, Constantinople, capitale de l'Empire romain d'Orient depuis sa fondation en 330, tombe aux mains des Turcs. Le choc est terrible pour l'Occident chrétien, qui a pourtant négligé de secourir la ville. L'année 1453 a longtemps symbolisé, peut-être de manière excessive, la fin du Moyen Âge et le début des Temps modernes aux yeux des historiens. Elle fut, de fait, décisive pour deux peuples : les Turcs, qui y gagnèrent une capitale et s'établirent durablement sur le sol européen ; les Grecs, qui virent se clore le long chapitre byzantin et dont les humanistes vinrent nourrir l'élan de la Renaissance occidentale. 1453 : année heureuse pour les uns, funeste pour les autres, que raconte Steven Runciman à travers les fiévreux préparatifs du siège, la violence de l'assaut, la résistance dramatique d'une poignée de héros et l'effondrement sans surprise d'une cité depuis longtemps moribonde.

Sir Steven Runciman (1903-2000), professeur à Cambridge, a été l'un des plus grands médiévistes du XXe siècle. Il est l'auteur de nombreux ouvrages de référence sur le monde méditerranéen, dont Le Grand Schisme d'Orient (Les Belles Lettres, 2005) et Histoire des croisades (Tallandier, 2006).
Nouvelle édition revue et augmentée.


  • Les courts extraits de livres : 22/03/2007

MONTÉE DU SULTANAT

Jadis, en ses plus beaux jours, la prospérité de Byzance était liée à la possession de l'Anatolie. L'immense péninsule, que les Anciens appelaient Asie Mineure, avait été à l'époque romaine une des régions les plus peuplées du monde. Le déclin de l'Empire romain, la peste et la malaria puis les invasions perses et arabes du VIIe et du VIIIe siècles, avaient décimé la population. Le calme revint au IXe siècle. Un dispositif de défense bien conçu diminuait le risque de raids ennemis. L'agriculture avait repris et trouvait un marché à Constantinople et dans les villes prospères de la côte. Les riches vallées de l'Ouest regorgeaient d'olives, d'arbres fruitiers et de céréales. Les troupeaux de moutons et de bovins paissaient sur les plateaux ; et partout où l'on pouvait irriguer, s'étendaient de vastes champs de blé. Les empereurs n'aimaient pas la grande propriété terrienne ; ils préféraient que la terre fût exploitée par des communautés villageoises, qui payaient leur tenure en fournissant des soldats à l'armée impériale ou à la milice locale. Le gouvernement central assurait son contrôle par de fréquentes inspections et en réglant le salaire des fonctionnaires provinciaux sur le budget de l'Empire.
La condition de cette prospérité était d'avoir des frontières bien gardées. Là-bas, aux confins de l'Empire, on vivait autrement. La défense était confiée aux barons de la frontière, les akritai, des hommes qui passaient leur temps à faire des raids en territoire ennemi ou à repousser les attaques de leurs adversaires. C'étaient des individus insoumis, indépendants, refusant d'être aux ordres du gouvernement ; ils ne voulaient pas payer d'impôt, et s'attendaient à être récompensés de leurs services. Leurs recrues étaient des aventuriers de toutes sortes, car il n'y avait ni vie sédentaire, ni cohésion raciale dans ces régions sauvages, sauf aux endroits où les Arméniens s'étaient établis et conservaient leurs traditions. L'état de guerre était permanent, que la paix régnât ou non, officiellement, entre les gouvernements byzantin et arabe ; mais les barons n'étaient pas hostiles à leurs rivaux, de l'autre côté de la frontière, qui menaient le même genre de vie. Les seigneurs musulmans de la frontière, étaient peut-être plus fanatiquement attachés à leur foi, mais leur fanatisme n'empêchait pas les liaisons voire même les mariages mixtes. Des deux côtés de la frontière, la religion officielle n'était pas très populaire. Beaucoup d'akritai étaient membres de l'Église arménienne séparée, et la plupart d'entre eux prenaient volontiers les hérétiques sous leur protection, tandis que les hérétiques de l'islam étaient assurés de trouver un refuge auprès des seigneurs musulmans de la frontière.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia