Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Vies citadines

Couverture du livre Vies citadines

Auteur : Elisabeth Dorier-Apprill | Philippe Gervais-Lambony

Date de saisie : 15/02/2007

Genre : Urbanisme

Editeur : Belin, Paris, France

Collection : Mappemonde

Prix : 25.00 €

ISBN : 978-2-7011-4354-5

GENCOD : 9782701143545

Sorti le : 15/02/2007

Sylvain Elie - 02/04/2007


  • Les présentations des éditeurs : 26/03/2007

Cet ouvrage est le fruit, original, d'une écriture et d'une réflexion collectives de quinze chercheurs et enseignants-chercheurs de diverses disciplines et institutions, travaillant à partir de terrains très variés, du Nord comme du Sud, sur ce qui fait la ville aujourd'hui pour ceux qui l'habitent. Il entend répondre au discours commun sur l'évolution univoque des organismes urbains dans le contexte de la mondialisation, comme à l'inquiétude suscitée par ce que seront les villes du XXIe siècle. Les textes présentés analysent, à travers l'observation des vies citadines, les interactions contemporaines entre les recompositions spatiales et sociales urbaines. Ils proposent des éléments de réponse aux débats actuels se rapportant à la question de la dissolution de la ville dans l'urbain, à la déconnexion, annoncée par certains, des liens entre citadinité et urbanité, ainsi qu'à la notion de fragmentation urbaine.
À l'image de certaines rues de nos villes, le plan de l'ouvrage invite plutôt à la flânerie. À chacun donc son itinéraire citadin au fil des pages. Ce qui fait le lien d'un texte à l'autre, c'est la recherche com­mune de ce qui fait ville malgré tout, pour le meilleur ou pour le pire.

Virginie Baby-Collin, Claire Bénit-Gbaffou, Isabelle Berry-Chikhaoui, Florence Bouillon, Guénola Capron, Elisabeth Cunin, Sophie Didier, Elisabeth Dorier-Apprill, Bénédicte Florin, Philippe Gervais-Lambony, Boris Grésillon, Sonia Lehman-Frisch, Christian Rinaudo, Cécile Van den Avenne, Dominique Vidal.


  • Les courts extraits de livres : 26/03/2007

Le voisinage est-il mort ?

Les quartiers ouvriers ont été l'objet de nombreuses recherches dans les années 1950 et 1960, qui ont toutes convergé pour démontrer la force des sociabilités populaires. Ces espaces, dont on déplorait alors surtout la vétusté de l'habitat, la surpopulation des logements, la modestie des revenus des habitants et l'insuffisance des infrastructures, se révèlent pourtant être le support insoupçonné d'un riche tissu de relations sociales. L'analyse de ces relations de voisinage se réfère indubitablement au modèle de la communauté villageoise des anthropologues, d'où la qualification de ces quartiers de «villages urbains» (urban villages) qui sont alors étudiés notamment en Grande-Bretagne, aux États-Unis et en France.
L'East End de Londres, un quartier habituellement décrit en termes négatifs, est révélé par Young et Willmott (1983) comme une communauté organisée autour des groupements familiaux et du voisinage. Le 13e arrondissement de Paris, à l'environnement dégradé, est aussi, après analyse, une unité sociale à forte capacité d'intégration, grâce à un réseau de relations sociales denses reposant sur le voisinage et l'entraide (Coing, 1966-a). Le West End, un slum de Boston, constitue une communauté relativement solide, où un intense voisinage se développe à partir des groupes de pairs, parents ou amis (peer group society). Ces groupes se rencontrent plusieurs fois par semaine, dans la cuisine ou le salon des uns et des autres, et fréquentent également assidûment certains endroits convenus de la rue (tavernes pour les hommes, magasins et coins de rues pour les adolescents par exemple, etc.). Des nouvelles y sont échangées, qui constituent le moyen à la fois d'un puissant contrôle social et d'une entraide efficace. La stabilité de résidence a permis l'enracinement de ces traditions de voisinage (Gans, 1962).
Dans tous ces exemples, le voisinage constitue le véritable pilier de la sociabilité des citadins et il prime sur le quartier comme espace physique : le plus difficile à assumer pour les habitants du West End suite à la destruction de leur quartier, a bien été la perte de la proximité de leurs parents, amis et voisins qu'ils fréquentaient quotidiennement, plutôt que la disparition de leur environnement physique.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia