Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. L'imagination chez l'enfant : comment elle permet le développement cognitif et affectif

Couverture du livre L'imagination chez l'enfant : comment elle permet le développement cognitif et affectif

Auteur : Paul Harris

Préface : Michel Deleau

Date de saisie : 22/03/2007

Genre : Psychologie, Psychanalyse

Editeur : Retz, Paris, France

Collection : Forum éducation culture

Prix : 27.30 €

ISBN : 978-2-7256-2592-8

GENCOD : 9782725625928

Sorti le : 22/03/2007

  • Le journal sonore des livres : Alban Guyon - 12/04/2007

Alban Guyon - 12/04/2007


  • Les présentations des éditeurs : 06/04/2007

Préface de Michel Deleau

«Dans ce livre plein d'imagination, Paul L. Harris nous promène dans le monde de l'enfance à travers une multitude d'expériences qui mettent en scène les rapports de l'enfant à l'imaginaire. On y découvre un petit être en développement, les pieds bien sur terre, mais capable de raisonnements bien plus complexes que prévu quand il s'agit de défier, par la pensée, les lois ordinaires du réel pour suivre fées et psychologues dans des récits provocateurs. Comment les enfants font-ils pour ne pas confondre le réel et l'imaginaire ? Pourquoi l'art suscite-t-il en nous des émotions ? La fiction peut-elle aider à résoudre des problèmes ? Comment l'enfant déchiffre-t-il les attentes du discours scolaire, de la pensée analytique, du raisonnement scientifique ? Paul L Harris entraîne le lecteur dans une réflexion philosophique et psychologique en suivant pas à pas les conquêtes de l'enfant. En cela, Paul L. Ham's est à la fois l'héritier direct de Piaget, mais il se révèle aussi être un savant contradicteur de bien des thèses de l'illustre auteur.»

Anne-Nelly Perret-Clermont, directrice de l'Institut Psychologie et éducation, Université de Neuchâtel

«Comment poser les difficiles questions sur un sujet qui touche au plus profond de l'humain, et y répondre sans simplisme ni dogmatisme, avec élégance et clarté, en s'appuyant à chaque pas sur une analyse rigoureuse des explications possibles et sur des expériences ingénieuses permettant de les départager... Ce livre, à la fois sobre et merveilleux, est une leçon d'intelligence qui ouvre des horizons et montre jusqu'où l'on peut aller dans la résolution d'énigmes qui relèvent à titre égal de la philosophie et de la psychologie.»

Daniel Andler, philosophe, Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), ancien directeur du Département d'études cognitives, École normale supérieure.

«Paul L. Harris, l'un des meilleurs spécialistes au monde de la psychologie des enfants, aborde ici le rôle si important de l'imagination, à la fois dans le développement des individus et dans l'histoire de l'humanité. Ce livre novateur, d'une lecture aisée et agréable, fait réfléchir à chaque page et passionnera aussi bien les spécialistes que le grand public.»
Dan Sperber, anthropologue et psychologue, directeur de recherche au CNRS.

À propos de l'auteur : Paul L. Harris est professeur de psychologie, spécialiste du développement de la cognition, de l'émotion et de l'imagination. Après avoir enseigné plus de vingt ans à l'Université d'Oxford, il est actuellement professeur à l'Université de Harvard.


  • Les courts extraits de livres : 06/04/2007

LA SUSPENSION DE LA VÉRITÉ OBJECTIVE

Dans les épisodes des deux cochons rapportés plus haut, l'adulte décrivait l'un des cochons comme «sale» ou un endroit du sol comme «mouillé». En répondant de façon correcte, les enfants montraient qu'ils comprenaient ces descriptions non littérales. Mais nous nous sommes demandé s'ils pouvaient produire seuls de telles descriptions. Nous voulions découvrir en particulier comment ils réagiraient en voyant un partenaire adulte faire semblant dans un épisode qui impliquerait une transformation ; comment ils répondraient si l'adulte leur demandait alors de décrire ce qui s'était produit. Les enfants opteraient-ils pour une description objective de la situation ? Ou bien suspendraient-ils la vérité objective et fourniraient-ils une description non littérale de ce qui s'était passé à l'intérieur du monde imaginaire ? S'ils optaient pour une description non littérale de l'épisode - en invoquant diverses conséquences - cela prouverait que les enfants utilisent leur imagi­nation pour combler les parties d'un épisode imaginaire qui sont invisibles, mais impliquées causalement. Ceci confirmerait en outre le fait qu'une fois entraînés à l'intérieur d'un monde imaginaire, les jeunes enfants mettent en suspens la vérité objective en faveur de la vérité du faire-semblant lorsqu'ils en offrent une description.
Les épisodes que nous avons conçus étaient similaires à ceux qui avaient été utilisés dans d'autres expériences, et dans lesquels Vilain Ours prenait pour victimes divers animaux à l'aide de substances imaginaires. Vilain Ours répandait ainsi du dentifrice imaginaire sur l'oreille d'un lapin ou versait du thé imaginaire sur la tête d'un singe. Nous posions alors aux enfants une question simple et générale : «Que s'est-il passé ? Qu'a fait Vilain Ours ?» En principe, les enfants auraient pu répondre à cette question en décrivant ce qu'ils avaient réellement vu. Par exemple, dans la réalité, ils avaient vu l'ours saisir une théière vide, la soulever au-dessus de la tête du singe, la pencher légèrement, puis la reposer. Les enfants n'ont pratiquement jamais offert de descriptions aussi littérales. Ils ont proposé une description de l'épisode imaginaire et non pas une description littérale des mouvements accomplis dans cette scène. Les enfants de 2 ans, particulièrement les plus âgés d'entre eux, ont proposé des descriptions dans lesquelles ils se référaient à divers éléments de l'épisode qui étaient sous-entendus et non pas objectivement visibles : le type d'action accompli par Vilain Ours («presser», «verser», etc.), la substance imaginaire en question («dentifrice», «thé», etc.) et la façon dont cette substance avait été déplacée («sur» la victime). Ils affirmaient, par exemple, que Vilain Ours «avait versé du thé sur le singe». (Harris & Kavanaugh, 1993, expérience 6)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia