Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Cahiers de l'Herne, n° 87. Carlos Fuentes

Couverture du livre Cahiers de l'Herne, n° 87.  Carlos Fuentes

Auteur : Claude Fell | Jorge Vol

Date de saisie : 05/10/2006

Genre : Littérature Etudes et théories

Editeur : Herne, Paris, France

Prix : 36.00 €

ISBN : 2-85197-147-6

GENCOD : 9782851971470

Sorti le : 05/10/2006

Nathalie Brutiaux - 13/04/2007


  • Les présentations des éditeurs : 06/04/2007

Textes de :

Hector Aguilar
Camin Rosa Beltrân
Karim Benmiloud
Jean-Michel Blanquer
Steven Boldy
Maria José Brima Bragado
Adolfo Castanon
Gérard de Cortanze
Edmond Cros
Jean Daniel
John Elliott
Claude Fell
Caria Fernandes
Bernard Fouques
Juan Ramôn de la Fuente
Gabriel Garcia Marquez
Felipe Gonzalez
Nadine Gordimer
Juan Goytisolo
Marie-José Hanaï
Carmen Iglesias
Fernando Iwasaki
Cauti Milan Kundera
Ricardo Lagos Escobar
Tomás Eloy Martinez
Seymour Menton
Osvaldo Obregón
Rafaël Olea Franco
Florence Olivier
Julio Ortega Ignacio Padilla
Daniel-Henri Pageaux
Pedro Ângel Palou
Edmundo Paz Soldân
Ana Pellicer Sergio
Ramirez Guy Scarpetta
Ignacio Solares
Hugh Thomas
Eloy Urroz
Jorge Volpi

Correspondance avec :

Luis Bunuel
Gabriel Garcia Marquez
José Donoso
Julio Cortâzar/G. Garcia
Marquez
Julio Cortâzar
Pablo Neruda
Severo Sarduy
William Styron
Arthur Miller
Günter Grass
Henry Miller
José Luis Cuevas
Alejo Carpentier

Textes de Carlos Fuentes :

Un jour de mai (1981)
Rencontre hivernale avec André Malraux
Chili - 1. Cent ans avec Neruda
- 2. Ricardo Lagos, 2000
- 3. José Donoso
Le drame profane de Jean Genêt
Nuria Amat : nous sommes tous Kafka
Luis Bunuel : le cinéma comme liberté
Nazarin
Macbeth, l'enfant
Balzac
L'art de José Guadalupe Posada
1968, défaite à la Pyrrhus
Machado de la Manche
Juvenilia : Le pantin (nouvelle)
Comment j'ai écrit certains de mes livres
Le visage de la création
Juan Goytisolo et l'arbre de la littérature
Révolution : Annonciation
Des visions plein les yeux
Transformations culturelles
XXIe Sermon inaugural taurin.
Séville, 2003


  • Les courts extraits de livres : 06/04/2007

Chili

Cent ans avec Neruda

J'ai croisé trois fois Pablo Neruda. La première fois, lors de rencontres - inégalables - organisées par le poète Gonzalo Rojas à l'Université de Concepcion en 1962, auxquelles assistaient des écrivains venus de tout le continent ibéro-américain. Neruda présidait comme s'il venait d'émerger de l'océan, un Neptune en vacances. Patriarche des tempêtes, il les calmait par la lente majesté de ses mouvements. L'intelligence ironique de l'ange déchu se dissimulait derrière son regard somnolent et ses paupières de tortue. On aurait dit un animal hors du temps. Il pouvait être aussi vaste et aussi anonyme que l'océan. Il pouvait être aussi long et coupant que le territoire chilien qui pend comme une épée entre le Pacifique et les Andes, du désert d'Atacama à la Terre de Feu.
Neruda emportait partout quatre choses : en premier lieu, la terre chilienne («Un homme est né parmi beaucoup d'autres... et ceci n'a pas d'histoire, mais une terre, la terre centrale du Chili») ; son père cheminot («Bien qu'il soit mort depuis si longtemps/mon père doit hanter cet endroit/avec son poncho ruisselant de pluie/et sa barbe couleur de cuir») ; sa mère mourut un mois et demi après la naissance de Neruda. L'enfant adora la seconde épouse de son père, mais il refusa de l'appeler «belle-maman» : «Oh douce mamaman - je n'ai jamais pu dire belle-maman... j'ai vu la bonté vêtue de pauvres fripes sombres...» ; et la langue espagnole, le mot : «... les mots lumineux qui s'enracinèrent ici, brillant de tout leur éclat, le langage... Nous avons été perdants et gagnants... On nous a délestés de notre or, et on nous a laissé de l'or... On nous a laissé les mots.»
J'ai pu constater, cette même année 1962, que les mots appartenaient à tous. L'écrivain chilien Poli Délano m'emmena à Lota, sur la côte, où le charbon est extrait de mines creusées sous la mer. En sortant de l'océan, à la tombée de la nuit, les mineurs s'assirent autour d'une flambée pour chanter au son des guitares. J'ai reconnu les paroles : c'étaient des vers du Chant général de Neruda. Je leur dis que le poète serait heureux de savoir qu'ils chantaient ses mots : «Quel poète ?» - demandèrent-ils en choeur. Ils avaient raison. La poésie de Neruda, comme celle d'Homère, n'a pas de nom. C'est, comme le dit Croce de L'Iliade, «la poésie d'un peuple tout entier poète».


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia