Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. L'an 501, la conquête continue

Couverture du livre L'an 501, la conquête continue

Auteur : Noam Chomsky

Traducteur : Christian Labarre

Date de saisie : 01/02/2007

Genre : Politique

Editeur : Herne, Paris, France

Collection : Théorie et stratégie

Prix : 17.30 €

ISBN : 978-2-85197-438-9

GENCOD : 9782851974389

Sorti le : 01/02/2007

Nathalie Brutiaux - 13/04/2007


  • Les présentations des éditeurs : 06/04/2007

«Dans la période de corruption intellectuelle que nous vivons aujourd'hui, il importe de souligner que les théories économiques, la démocratie et les droits de l'homme, prônés par les dirigeants sont des instruments du pouvoir, destinés aux autres nations afin qu'elles se laissent dévaliser et exploiter plus efficacement. Aucun pays riche n'accepte ces conditions pour lui-même, sauf si elles lui accordent des avantages temporaires, l'Histoire montre bien que de graves entorses à ces théories ont constitué un puissant facteur de développement.»

Depuis la Conquête du Nouveau Monde, les stratégies de domination mises en oeuvre par les superpuissances n'ont pas varié sinon par la technologie. Pour prendre l'exemple de Saddam Hussein, «ses crimes étaient sans importance jusqu'au moment où il commit le crime de désobéissance. L'Occident lui réaffirma pourtant son soutien face à un ennemi autrement plus dangereux :1a liberté et la démocratie dans le tiers-monde. La leçon était claire, profit et pouvoir sont les seules priorités. La démocratie est une menace à conjurer à tout prix». Un constat qui ne concerne pas seulement de lointains pays mais aussi nos sociétés à pensée unique sous-tendues par des mécanismes de contrôle d'une extrême violence, où l'homme n'est plus que l'instrument dérisoire du profit.

Né à Philadelphie en 1928, Noam Chomsky, théoricien du langage, a révolutionné la linguistique qu'il enseigne au Massachusetts Institute of Technology (MIT). Il est aussi un militant politique libertaire très engagé, sa réflexion philosophique et son analyse politique en ont fait l'un des penseurs contemporains les plus cités au monde. Un Cahier de L'Herne (2007) lui est consacré.


  • Les courts extraits de livres : 06/04/2007

Le club des riches

Le système mondial conçu par les États-Unis exigeait que l'ordre règne également au sein du club des riches. Ses membres moins importants doivent poursuivre leurs «intérêts régionaux» à l'intérieur de la «structure globale de l'ordre» géré par les Etats-Unis, la seule puissance qui ait «des intérêts et des responsabilités à l'échelon mondial» : Kissinger en informa l'Europe en 1973 («l'année de l'Europe»). Au début de l'après-guerre, on ne pouvait tolérer que l'Europe soit une troisième puissance. La création de l'OTAN fut en grande partie motivée par le besoin «d'intégrer l'Europe occidentale et la Grande-Bretagne dans une orbite qui relèverait d'une direction américaine», fait observer Leffier : «On ne pouvait permettre l'émergence d'une troisième puissance ou d'un bloc neutre - que ce soit une Europe unie, une Allemagne unifiée ou un Japon indépendant.» Comme le déclarait le secrétaire d'État Dean Acheson, le neutralisme «équivaudrait pratiquement au suicide». Il en était de même en dehors du noyau des pays industrialisés. Tout en reconnaissant que les Russes n'étaient pas responsables des conflits dans le tiers-monde, Acheson avertit, en 1952, que les Russes pourraient exploiter de tels conflits pour essayer «d'obliger un nombre maximum de pays non communistes à poursuivre une politique de neutralité et à refuser de livrer leurs ressources aux principales puissances occidentales» - c'est-à-dire à refuser de les livrer aux conditions imposées par l'Occident. En songeant au Japon, le général Omar Bradley mit également son pays en garde contre «le suicide par le neutralisme»18.
Les planificateurs occidentaux «ne prévoyaient pas une agression soviétique et ne s'en inquiétaient pas», écrit Leffier, résumant par là un consensus bien établi dans les milieux universitaires. «L'administration Truman était partisane de l'Alliance atlantique essentiellement parce que celle-ci était indispensable au développement de la stabilité européenne grâce à l'intégration allemande.» Ce fut là le motif fondamental du Traité de l'Atlantique Nord signé à Washington, en avril 1949, qui entraîna la création de l'OTAN et, en réaction, du Pacte de Varsovie. Lors de la préparation de la réunion d'avril, les responsables politiques américains «furent de plus en plus convaincus que cela pourrait vraiment intéresser les Soviétiques de conclure une entente, de réunifier l'Allemagne et de mettre un terme à la division de l'Europe». On considérait cela non comme une occasion, mais bien comme une menace à «l'objectif primordial de la sécurité nationale», c'est-à-dire : «harnacher le potentiel économique et militaire de l'Allemagne en faveur de la communauté atlantique» - et empêcher «le suicide par le neutralisme».


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia