Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. A l'agité du bocal

Couverture du livre A l'agité du bocal

Auteur : Louis-Ferdinand Céline

Date de saisie : 24/01/2008

Genre : Essais littéraires

Editeur : Herne, Paris, France

Collection : Carnets de l'Herne

Prix : 9.50 €

ISBN : 978-2-85197-656-7

GENCOD : 9782851976567

Sorti le : 24/01/2008

Xavier Brossard - 13/04/2007


  • Les présentations des éditeurs : 07/04/2007

Rencontre à Copenhague
Louis-Ferdinand Céline/Milton Hindus

«Aucune gêne à vous avouer que je n'ai jamais lu Mein Kampf ! Tout ce que pensent, ou racontent ou écrivent les Allemands m'assomme - Celte dans chaque pouce de ma misérable personne tout ce qui vient d'outre-Rhin me coagule - je ne suis pas comme Romain Rolland, Renan et tant d'autres - pas germanisant pour un sou - le moins germanisant des Français, le plus Français celte des Français - Je ne me suis lancé (comme un con) dans cette effroyable aventure et quelle misère ! que dans un but = un seul UNIQUE : éviter une autre guerre - Que le sang français ne coule plus - Hélas ! Voyez comme j'ai réussi ! Alors ce que déconnait Hitler m'a toujours semblé futile. D'ailleurs son entourage me détestait - La vocifération hitlérienne, ce néo-romantisme hurlant ce satanisme wagnérien m'a toujours semblé énormément obscène et insupportable - Je suis pour Couperin, Rameau - Jaquin (le connaissez-vous ?) Ronsard... Rabelais ? oui -certes mais bien pourri d'académisme, d'Humanisme, etc. Dreiser évidemment il est le premier de vos auteurs - toutefois cher Hindus - il y a dans vos burlesk - dans Dinner at Eight - dans la félinité de vos filles... un philtre de vie tout à fait original, divin, qui ne se trouve pas dans Dreiser - Dreiser ne nous apprend rien - Dinner at Eight - 42nd Street, nous apprend beaucoup...»

L.-F. Céline


  • Les courts extraits de livres : 07/04/2007

Extrait de l'introduction :

Céline est un grand écrivain d'imagination et un grand pamphlétaire, une étoile double comme Jonathan Swift ou John Milton. À ces deux égards, il est extraordinairement représentatif : c'est la voix mille fois amplifiée des humbles d'Europe, de ces humbles qui firent le triomphe de Hitler et l'auraient maintenu au pouvoir si des forces nouvelles, venues d'Asie et d'Amérique, ne s'étaient réunies pour l'écraser.
Même ceux qui ne trouvent pas Céline important en tant qu'artiste doivent admettre son importance en tant que phénomène historique. Ses pamphlets antisémites, de même que ses confessions satiriques, cyniquement désabusées, fixèrent à la perfection l'état d'âme de sa génération et se vendirent par millions d'exemplaires. Les livres de Céline sont plus que des paquets de feuilles reliées. On ne les oublie pas une fois qu'on les a lus. Ils résonnent longtemps après dans l'esprit, car ils prétendent, non sans raison, à une portée intellectuelle autant qu'à un effet d'émotion brute. Ils constituent vraiment des actes. Pour reprendre l'image de Milton, ils ressemblent à ces dents de dragon qui, semées en terre, rejaillissent sous forme d'hommes désarmés : la débâcle française de 1940 fut préparée autant par le Voyage au bout de la nuit ex. Bagatelles pour un massacre, que par Mein Kampf.
Céline, toutefois, est plus permanent et plus important que Hitler parce qu'il est plus obscur que lui. Hitler est mort, alors que Céline vit et continuera à vivre, de même que survit à ses chefs exterminés le menu peuple innombrable qui a contribué au fascisme et à la collaboration.
Voici près de cinq ans que s'est achevée la plus grande guerre de l'Histoire. Que se passe-t-il dans la tête des collaborateurs blanchis et des Nazis dénazifiés ? Parfois, mais rarement, la vérité se fait jour dans la presse, comme dernièrement à la faveur de ce compte rendu d'une bagarre causée à Munich par une lettre adressée à un journal allemand, selon laquelle l'erreur des Nazis aurait été non pas d'avoir gazé les Juifs, mais de ne les avoir pas gazés tous. Voilà tout le changement qui s'est produit depuis que la guerre éclata, il y a dix ans. C'est un changement qu'il faut noter et apprécier, non pour le danger qu'il représente actuellement, mais pour celui qu'il pourrait représenter, si on l'ignorait ou si on le passait sous silence.
Naguère les journalistes parlaient volontiers de Hitler sur l'Europe. Plus adéquate, je crois, serait aujourd'hui la formule : Céline sous l'Europe. Il est à sa base, en effet. Il habite ses entrailles et peut-être le fond de son âme, si elle en a encore une. Pour Céline, Hitler était une idole de théâtre à la voix de fausset. L'événement Hitler a été jeté au rebut de l'Histoire, mais Céline, des millions de Céline grondent toujours sourdement dans les boyaux du vieux continent. Oui, Céline sous l'Europe, ébranlant la terre sous les pas des Américains et des Russes victorieux, voilà le thème qui remplira les manchettes des journaux de demain, comme il emplissait celles d'hier.
Si moi, Juif d'Amérique, je suis allé m'entretenir avec Céline l'été dernier, c'est parce qu'il m'avait spirituellement atteint et ébranlé pendant la guerre, comme Hitler avait ébranlé mon pays et mes congénères en particulier. Je considérais Céline - et je le considère toujours - comme un phénomène artistique sans équivalent dans le monde contemporain. Par rapport aux classiques, il n'est pas plus secondaire que ne l'est Duke Ellington, par exemple, en face de Beethoven. Céline, de même que nos artistes de jazz, a fait passer un frisson nouveau dans la littérature. Il en a modernisé les rythmes, il l'a accordée au goût du peuple le plus sensible de la terre. Mais en Céline ce n'est pas seulement l'artiste, c'est aussi le pamphlétaire qui m'intéressait. Il est important du fait qu'il est de façon manifeste le porte-parole d'autres voix qui, sans lui, bien que murmurantes, nous demeureraient inaudibles. Les représentants politiques parlent au nom du peuple, parce qu'ils ont été élus pour le faire ; mais il est une autre forme d'élection qui s'accomplit sans bulletins. C'est l'élection qui fait les prophètes et les grands écrivains nationaux. Dans la majorité des cas ces hommes, choisis par le Ciel pour exécuter ses volontés et doués d'assez de talent pour nous confirmer la validité de ce choix, sont haïs, méprisés et repoussés par leurs propres compatriotes, parce qu'ils ne manquent jamais d'être sincères, même quand ils se font les prophètes du malheur et du désastre : ils disent tout haut ce que les autres n'ont ni le courage ni le pouvoir de s'avouer dans le secret de leur conscience.
Céline, qui ne fut jamais nazi, est cependant plus représentatif que les Nazis eux-mêmes de la mentalité qui assura le triomphe de leurs idées. La plupart d'entre eux, comme l'ont prouvé les procès qui se sont déroulés depuis la fin de la guerre, n'étaient que des opportunistes et des arrivistes sans envergure, des profiteurs à la petite semaine, des perroquets écervelés. Quand Céline parle, lui, c'est avec le tonnerre que faisaient les millions de voix réunies des hommes qui le lisaient entre les deux guerres et durant cette dernière. Il parle avec l'autorité d'un monde qui a été matériellement pulvérisé et spirituellement usé jusqu'à l'âme, mais qui se refuse à mourir. Il est semblable au cauchemar dont l'emprise persistant trouble le reste du jour.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia