Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Parlons enfants de la patrie

Couverture du livre Parlons enfants de la patrie

Auteur : Gaston Kelman

Date de saisie : 29/03/2007

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Max Milo, Paris

Prix : 18.00 €

ISBN : 978-2-35341-007-1

GENCOD : 9782353410071

Sorti le : 29/03/2007

Charlotte Thomas - 19/04/2007


  • Les présentations des éditeurs : 10/04/2007

Trois ados, Mamadou, Mouloud et Michel, ont accompli un acte de bravoure. Pour les récompenser, Dieu leur demande de faire un voeu :
«Bon Dieu, disent-ils malicieusement, fais que pendant une journée, nos politiques deviennent des jeunes de banlieue.
Alors, le Bon Dieu devient triste :
- Je ne peux pas faire cela à des êtres humains. Vous êtes bien barbares, mes enfants.»

C'est bien connu, les jeunes n'ont ni respect, ni goût de l'effort. Le nanti des beaux quartiers dilapide la fortune de ses parents. Le barbare des banlieues rackette et trafique. Quant au jeune en Afrique, il n'a qu'un seul but : traverser la mer pour gagner l'eldorado occidental.

Or tous ces vauriens feront la France et le village planétaire de demain. Doit-on rester sourd à leurs revendications et se diriger tout droit vers un jeunocide ? Ou, comme le propose Gaston Kelman, replacer les jeunes au coeur des préoccupations de la Nation ?

Car aujourd'hui, «qu'on le veuille ou non, le résultat de notre action, ce sont les 'Trente Honteuses", avec leur "horreur sécuritaire", l'évolution exponentielle des inégalités, de la pauvreté, le soutien aux régimes corrompus d'Afrique, le paternalisme dominateur soutenu par un humanitarisme professionnalisé.»

L'auteur de Je suis noir et je n'aime pas le manioc et Au-delà du Noir et du Blanc poursuit ici sa réflexion en revisitant les slogans libertaires de Mai 68. Il dresse le portrait d'une jeunesse spoliée et apporte des solutions concrètes, allant, comme pour les enfants de l'élite, de l'obligation de l'uniforme scolaire au rétablissement du service militaire.


  • Les courts extraits de livres : 10/04/2007

Et si nous brûlions la Sorbonne, glapissions-nous. En héri­tage, à certains, nous n'avons laissé que les maternelles et les voitures à brûler. Et ils les brûlent allègrement. Parfois, nous avons l'impression que c'est tout simplement pour rire qu'ils allument ces feux de joie, ou parce qu'ils seraient devenus comme fous. Mais, même la folie a du sens. Tous les fous ne sont pas pyromanes. Il y a des fous furieux et des fous gentillets. Mais surtout, la folie a une cause. Et si nous étions justement la cause de la folie de nos enfants ? Nous étions certains, nous, de trouver la plage ou le pavot dessous les pavés*. Dessous les pavés, nos enfants ont trouvé les égouts, le shit (quel horrible mot !) et la rage. «Tel père tel fil», pas si sûr ! Ils sont tombés bien bas, bien bas, nos enfants... grâce à nous. Qu'avons-nous fait de leur jeunesse ? Que sont nos beaux slogans devenus ? Que sont nos enfants devenus ?
En Mai 68, nous avons éructé des slogans grandiloquents et poétiques, revendiquant la liberté, l'insolence et l'amour derrière les barricades. Nous avions bouffé du lion pour bouffer du CRS, du curé et du bourgeois. La chose la plus simple à faire serait peut-être, à l'heure du bilan de notre révolution quadragénaire, de revisiter notre malle à souvenirs et, de mites en naphtaline, de faire le point sur nos bons vieux slogans. Ils serviront de fil conducteur à ce travail.
Ce livre se voudrait une esquisse de bilan, au regard de ce que nos enfants sont devenus. Cette esquisse sera indubitablement partielle : car l'autoflagellation a ses limites ; car mea-culpa, j'en étais aussi, adolescent certes, mais militant tonitruant du pouvoir noir, le black power que je brandissais alors pour libérer les Africains de tous les colonialismes ; pour libérer les Noirs de tous les racismes et de toutes les dominations ; pour libérer l'humanité de toutes les races lasses. Osons aujourd'hui ce déballage incontournable et salutaire.
Osons, osons, osons !


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia