Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Cosmofobia

Couverture du livre Cosmofobia

Auteur : Lucía Etxebarria

Traducteur : Maïder Lafourcade | Nicolas Véron

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Ed. Héloïse d'Ormesson, Paris, France

Prix : 22.00 €

ISBN : 978-2-35087-052-6

GENCOD : 9782350870526

L'histoire - ou plutôt devrait-on dire les histoires - se passe dans un quartier populaire, Lavapies, situé au coeur de Madrid. Quartier coloré et riche de la diversité culturelle de ses habitants, il est le théâtre de toutes les aventures humaines, grandes ou petites, des peines de coeur, des trafics en tout genre, des trahisons, des bonheurs.
Le livre nous plonge avec délice dans les vies d'une téléopératrice fauchée, une éducatrice végétarienne, un dealer, les enfants qui fréquentent la ludothèque. Tout ce petit monde se raconte et finit par nous attendrir.

L'auteur a su parfaitement nous transmettre son attachement pour la capitale espagnole où elle réside elle-même et pour les personnages qu'elle croise quotidiennement et dont elle s'est inspirée pour l'écriture de ce roman. Un portrait juste et sans concession de la société contemporaine.


Nicolas Veron - 24/05/2007


Xavier Brossard - 09/05/2007


Charlotte Thomas - 19/04/2007


  • Les présentations des éditeurs : 10/04/2007

Lavapiés. Un quartier populaire en plein Madrid, mosaïque de cultures et de couleurs. Une rumeur le sillonne, il se contracte ou s'enflamme. En son coeur, un centre associatif, avec ludothèque et garderie. Jeunes et vieux s'y croisent. Téléopératrice fauchée, dealer, éducatrice végétarienne, clandestin, môme hyperactif sont autant de personnages en quête d'identité qui s'aiment, virevoltent, se ratent, sans jamais se mélanger.

Comédie humaine survoltée et tendre à la fois, Cosmofobia capte l'essence même de notre société métissée et fragmentée.

Née en 1966, longtemps rebelle, Lucia Etxebarria a connu un succès immédiat avec son premier roman, Amour, Prozac et autres curiosités.
Elle a remporté, entre autres, le prix Planeta 2004 pour Un miracle en équilibre.
Depuis Aime-moi, for favor ! elle affirme son féminisme, comme en témoigne Ya no sufro por amor, son dernier best-seller. Elle vit à Madrid.

Parlant des autres, Lucia Etxebarria parle de nous. Partant du coin de sa rue, elle déchiffre le monde d'aujourd'hui.



  • La revue de presse Guillaume Chérel - Le Point du 3 mai 2007

Lucia Etxebarria fait corps avec ses personnages. On sent qu'elle connaît bien son petit monde, l'écoute, s'en inspire, avec empathie. Et même amour... Il en est ainsi des écrivain(e)s de talent, ni tout à fait dedans ni tout à fait ailleurs...
Pour Lucia Etxebarria, les «autres sont un je»... C'est d'ailleurs l'accroche de ce roman d'actualité. Puisqu'il y est question d'immigration, d'intégration, de métissage... et des difficultés à vivre ensemble, avec nos différences...
«Cosmofobia» est un roman d'autofiction, en forme de recueil de nouvelles, qui décrit une farandole de personnages. Lesquels s'entrecroisent, comme dans la vie, comme dans certaines rues, certaines tranches de vie, certains chapitres... Celui sur la téléopératrice, fauchée et exploitée, est passionnant. Pour elle aussi, les histoires d'amour finissent mal... en général. Le truc de Lucia Etxebarria, c'est décidément l'amour. Son précédent livre («Ya no sufro por amor»), à paraître chez Héloïse d'Ormesson en 2008, s'est hissé en quatre jours sur la liste des meilleures ventes espagnoles


  • La revue de presse Astrid Eliard - Le Figaro du 26 avril 2007

Prenez un quartier populaire de Madrid, Lavapiés, et observez au télescope ce qu'il s'y trame, comment on y tombe amoureux, élève ses enfants, rompt ses fiançailles. Derrière ce labyrinthe de vies et de personnages, démêlant l'écheveau de leurs sentiments, il y a un auteur, Lucia Etxebarria. Depuis Amour, Prozac et autres curiosités, cette romancière à succès darde sa plume comme un fleuret, pour traiter avec impudeur et truculence de l'amour, du désamour et des éternels va-et-vient de la mélancolie...
À travers ces portraits, Etxebarria nous dresse un catalogue épicé de toutes ces pathologies qui poussent sur les trottoirs des villes comme du chiendent. Sans misérabilisme, mais avec du nerf et du rire.


  • Les courts extraits de livres : 10/04/2007

La fillette aux tresses se dirige vers elle. Anton se dit qu'il lui faut tenter sa chance et s'approche. Il se penche vers la petite.
- Le monsieur t'a fait peur ?
La fillette acquiesce d'un signe de tête puis baisse aussitôt les yeux, sans doute effrayée ou honteuse d'avoir suivi les autres jusqu'à ce recoin où ils ne sont pas censés jouer.
- Que s'est-il passé ? demande la Fée.
Anton remarque les rides qu'elle a sous les yeux et songe qu'elle n'est peut-être pas aussi jeune qu'elle le paraît. Elle a un corps d'adolescente, très svelte, mais avec une belle poitrine, de femme. Le visage est toutefois celui de quelqu'un qui a beaucoup vécu. Anton se dit que la Fée pourrait tout aussi bien avoir vingt-cinq ans que quarante. Peut-être cet aspect intemporel participe-t-il de sa condition de fée.
- Il l'a attrapée par les tresses, cet enfoiré, répond Anton, bien que ce soit à la petite que la question s'adresse. Je me demande si nous ne devrions pas appeler la police ; ces deux-là sont ivres morts, ce n'est pas un bon exemple pour les enfants.
- La police ne fera rien du tout. Surtout ici, dans ce parc... Enfin, que veux-tu...
- Comment tu t'appelles ? demande Anton.
- Selene, répond la fillette, bien que la question s'adresse à la Fée et non à elle.
- Oh, quel joli prénom !
Anton est conscient de la ringardise affligeante de sa réaction, d'autant qu'il ne trouve pas ce prénom beau.
- Akram, Mohammed, Nicky, Fátima, je vous ai déjà dit de ne pas jouer ici ! Et toi, Akram, ne grimpe plus aux arbres, tu tombes à chaque fois. Allez, venez tous avec moi, on rentre à la petite maison.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia