Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La Madone au manteau de fourrure

Couverture du livre La Madone au manteau de fourrure

Auteur : Sabahattin Ali

Traducteur : Jean Descat

Date de saisie : 15/03/2007

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Serpent à Plumes, Monaco, France

Collection : Fiction étrangère

Prix : 19.00 €

ISBN : 978-2-268-06131-3

GENCOD : 9782268061313

Sorti le : 15/03/2007

Charlotte Thomas - 26/04/2007


  • Les présentations des éditeurs : 20/04/2007

À la fin de la Première Guerre mondiale, le père de Raif Efendi, producteur de savon, l'envoie à Berlin pour y apprendre le métier. Le jeune Turc s'éprend de l'image d'une femme, celle d'une certaine Maria Puder dont il admire l'autoportrait au cours d'une exposition, un tableau intitulé La Madone au manteau de fourrure en raison de la ressemblance avec la Madonna d'Andréa dei Sarto. Fasciné par sa beauté et son port de reine, il tombe fou amoureux de Maria sans jamais l'avoir vue.
Quelques jours avant sa mort, il apprend la vérité sur le sort de sa «madone»...

Traduit du turc par Jean Descat

Né en 1906 dans la région de Gumuldjiné, Sabahattin Ali publie ses premières nouvelles dans les années 30, dans une revue dont le secrétaire de rédaction n'est autre que Nazim Hikmet. Le romantisme brumeux de ses premiers essais cède progressivement la place à l'observation réaliste et à la révolte sociale. À la suite d'un écrit satirique critiquant Atatürk, il est accusé de propagande, emprisonné, et perd son poste de professeur d'allemand. Il devient la cible des nationalistes turcs après la parution de son second roman Le diable qui est en nous en 1940. En 1948, il est assassiné alors qu'il tentait de fuir vers la Bulgarie.


  • Les courts extraits de livres : 20/04/2007

Hamdi était un bon camarade, mais je ne l'avais pas vu depuis que j'avais été renvoyé de la banque. Il faisait du courtage dans la vente de machines et était, en outre, l'adjoint du directeur d'une entreprise de bois de construction ; je savais qu'il gagnait bien sa vie. Si je n'avais pas eu recours à lui, c'était parce que je ne voulais pas qu'il pense que si je venais le voir, ce n'était pas pour lui demander de m'aider à trouver du travail, mais pour lui emprunter de l'argent.
- Tu es toujours à ta banque ? me demanda-t-il.
- Non, je les ai quittés.
- Où es-tu maintenant ? Je répondis à contrecoeur :
- Je suis disponible.
Il me regarda des pieds à la tête, examina mes vêtements avec l'air de se demander s'il avait bien fait de m'inviter et me tapa sur l'épaule avec un sourire amical :
- Ne t'en fais pas, nous parlerons de tout ça ce soir et nous trouverons une solution.
Il semblait heureux de l'aubaine et sûr de lui. Il pouvait maintenant s'offrir le luxe de venir en aide à ses amis. Je l'enviais.
Il habitait une petite maison charmante. Il avait une épouse un peu laide, mais sympathique. Ils s'embrassèrent devant moi sans se gêner. Hamdi alla se laver et me laissa seul.
Comme il ne m'avait pas présenté sa femme, je restais planté au milieu du salon sans savoir que faire. La jeune femme restait près de la porte et m'observait à la dérobée. Elle réfléchissait. Il lui vint probablement à l'esprit de m'inviter à m'asseoir. Mais elle décida que ce n'était pas nécessaire et sortit sans se presser. Je me demandais pourquoi Hamdi, qui était tout sauf négligent et qui, toujours soucieux de sa réussite, ne négligeait aucun détail, m'avait ainsi planté là. C'est une habitude fréquente, chez les personnes qui sont parvenues à des postes importants, de se montrer délibérément désinvoltes avec leurs anciens amis, surtout ceux dont la situation est plus modeste. Pour montrer leur bien­veillance protectrice, ils se mettent soudain à tutoyer des gens à qui ils avaient toujours dit vous, et ils vous coupent la parole le plus naturellement du monde, avec un sourire plein d'aimable condescendance, pour vous poser des questions futiles...


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia