Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le jardin en mouvement ; de la vallée au jardin planétaire

Couverture du livre Le jardin en mouvement ; de la vallée au jardin planétaire

Auteur : Gilles Clément

Date de saisie : 02/03/2010

Genre : Géographie

Editeur : Sens & Tonka, Paris, France

Collection : Calepin

Prix : 25.00 €

ISBN : 9782845341319

GENCOD : 9782845341319

Sorti le : 26/12/2006

Xavier Clion - 15/05/2007


François Attia - 09/05/2007


  • Les présentations des éditeurs : 20/02/2016

Écrit à la fin des années quatre-vingt, cet ouvrage a paru pour la première fois en 1991 sous la direction de Jeanne-Marie Sens et Hubert Tonka alors éditeurs des éditions Pandora. Gilles Clément y développe une observation des cycles d'apparition des organisations structurelles et spatiales du "jardin", - l'ordre, l'entropie, la reconquête, la friche, le climat et le vagabondage - à partir de ces constatations se résumant pour l'essentiel à la non stabilité d'un espace-temps apparemment stable. Le jardin était un enclos, un microcosme, etc. La conscience peut facilement envisager la planète entière et la concevoir comme un enclos dans la nature, d'abord espace imaginaire, et dans l'univers, ensuite, espace réaliste. Le jardin, là, n'est pas tout mais seulement lieu des échanges où chaque geste prend une importance par rapport à un autre qui "aura" lieu. L'humanité vit dans un "jardin" dans lequel prennent place toutes sortes d'objets de civilisation dont les conséquences à la fois géographiques, physiques et humaines ne sont à envisager ni de façon séparée ni de façon globalisée mais selon des modalités culturelles que l'homme est en train d'inventer. G. Clément répond là d'une certaine manière à la globalisation par la "planétarisation" de la terre comme jardin, c'est-à-dire comme lieu de vie, comme lieu de la vie.

Né le 6 octobre 1943 à Argenton-sur-Creuse (Indre), Gilles Clément est un jardinier-paysagiste de renommée internationale. Il est professeur émérite à l'Ecole Nationale Supérieure du Paysage à Versailles (ENSP) et titulaire de la chaire de Création artistique au Collège de France (2011-2012). Il est le créateur de nombreux jardins publics comme le Parc André Citroën et le Jardin du Quai Branly à Paris, les Jardins du Roi à Blois, les Jardins de Valloires dans la Somme, le Parc Henri Matisse à Lille.


  • Les courts extraits de livres : 30/04/2007

Il n'y a pas d'accident au jardin. Seules les constructions de l'homme ont des accidents. La nature, elle, a des cataclysmes. Et puis elle cicatrise.

À peine achevées, les constructions de l'homme s'engagent dans un processus de dégradation irréversible. Leur inaptitude à évoluer les condamne, tôt ou tard, à la ruine. Lorsqu'une oeuvre est achevée, elle est morte. La nature, au contraire, n'achève jamais rien. Elle endosse les ouragans, interprète les cendres d'un feu, invente un processus de vie sur les bases, chaque fois nouvelles, d'un bouleversement.

Les plantes pionnières colonisent les laves éteintes, les éboulis rocheux, les roches-mères qu'un événement brutal a mis à jour. Elles s'installent en transit pour un temps parfois très court et fabriquent la litière qui servira à la croissance de végétaux plus exigeants. Souvent, les cendres refroidies accueillent des mousses pyrophytes : paysage en miniature, ordre initial d'une série future où la mousse elle-même aura disparu. Les bruyères, les Fabiana, les Sedum, les orchidées s'installent en tête des cortèges floristiques sur des basalts volcaniques.

La dynamique d'effondrement, comme celle de reconquête, participe d'une évolution, naturelle au jardin. Entre 1980 et 1990, des tempêtes successives firent tomber beaucoup d'arbres sur les côtes normandes et bretonnes. Les propriétaires du bois des Moutiers (Varengeville-sur-Mer) ont une opinion : "Les chablis ont supprimé les arbres que nous n'osions pas couper. Et d'autres aussi. Mais cela nous a permis de faire de nouveaux jardins..."

L'attachement que l'on a aux struc­tures nous incite à désirer que celles-ci soient immuables. Mais le jardin est le terrain privilégié des changements permanents. L'histoire des jardins montre que l'homme a constamment lutté contre ces changements. Tout se passe comme s'il tentait d'opposer à l'entropie générale qui régit l'univers, une force constructive dont le seul but serait de contourner la mort, d'y échapper.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia