Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La Pucelle de France : récit chevaleresque

Couverture du livre La Pucelle de France : récit chevaleresque

Auteur : Juan de Gamboa

Traducteur : Michel Garcia

Date de saisie : 25/04/2007

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Mazarine, Paris, France

Prix : 19.00 €

ISBN : 978-2-86374-351-5

GENCOD : 9782863743515

Sorti le : 25/04/2007

Xavier Clion - 15/05/2007


  • Les présentations des éditeurs : 05/05/2007

Autour de 1480, à peine un demi-siècle après la mort de Jeanne d'Arc, un chevalier castillan qui connaît bien la France entreprend de décrire les hauts faits d'une jeune fille qui ressemble beaucoup à la «bonne Lorraine» célébrée, à la même époque, par Villon.
Ce récit, bien dans le goût du temps, multiplie les exploits d'une jeune bergère, issue des marches orientales du royaume de France, pour restaurer l'autorité de son roi, sur le point d'être anéantie par l'action conjuguée du roi d'Angleterre, du duc de Bourgogne et de leurs alliés.
La fiction se détache sur un arrière-plan historique parfaitement identifiable, les années 1407-1453 qui correspondent à la fin de la guerre de Cent Ans. Les lieux, les personnages, les événements renvoient directement ou indirectement à leurs modèles réels.
Leur traitement, plus proche de la légende que de l'histoire, fournit une information précieuse sur la réception des exploits de Jeanne auprès d'une population plus encline à célébrer la victoire du roi de France qu'à pleurer les malheurs d'une jeune fille victime de la cruauté de ses ennemis et de l'ingratitude de ses amis.
De ce fait, cet ouvrage, bien que rédigé en castillan, comble une lacune dans la connaissance de la légende johannique française.

Professeur émérite de la Sorbonne nouvelle, ancien président des Amis du vieux Chinon, cité johannique, Michel Garcia est membre correspondant de l'Académie royale d'histoire de Madrid.


  • Les courts extraits de livres : 05/05/2007

Où commence la ruine de France pour le remède de laquelle la Pucelle tomba, pour ainsi dire, du ciel

Au plus fort des années d'allégresse, en ces temps heureux où la cour des Rois de France était toujours en fête, la Fortune, jalouse des plaisirs que de sa propre main elle leur avait prodigués, transmua la très joyeuse vie de ces personnes en très lamentable mort. Elle voulut, dans le secret de ses projets maléfiques, alors que la cour du Roi de France, en cette année 1428, se trouvait dans la plus grande félicité qu'ait jamais connue aucun autre souverain de ce royaume, que le Duc d'Orléans, poussé par une coupable témérité, tentât de séduire la Duchesse de Bourgogne. Dans toute l'étendue de ce grand royaume, cette dame surpassait en beauté et en grâces toutes les dames de son temps. Parmi les dames de France les plus accomplies, elle se faisait remarquer comme Hélène parmi celles de Troie et La Caba, parmi celles d'Espagne ; comme elles, elle mit tout le royaume à feu et à sang. Alors qu'elle séjournait à la cour, elle alla aux bains dedans la ville de Paris. Le Duc d'Orléans, poussé par une passion coupable, entra dans un jardin où elle s'était retirée après son bain. Alors qu'elle était sous sa tente, lui, mû par un amour exacerbé, lui dépeignit sa vie de tourments, puis porta la main à son visage dans le désir de lui prendre plus que ce que son honnêteté pouvait lui donner. Dans son insistance, tandis qu'elle se défendait, il lui fit, avec une pointe de diamant qu'il portait au doigt, une éraflure au visage : ulcérée, la dame le chassa ignominieusement.
Mais la témérité du Duc de d'Orléans était telle et l'éraflure de la Duchesse si difficile à cacher que le Duc de Bourgogne finit par apprendre par le menu l'entreprise que le Duc d'Orléans poursuivait depuis longtemps en vain. Aussi, le lendemain soir, alors qu'il sortait du palais, sur l'ordre du Duc de Bourgogne il fut cruellement assassiné.
Le Roi fut très peiné de cet assassinat, parce que le Duc était son neveu et qu'il l'avait en grande affection. Il en éprouva une forte contrariété, mais on ne savait au juste sur l'ordre de qui le Duc avait été assassiné. Cependant, le Roi, sur un soupçon qu'il avait conçu, envoya au Duc de Bourgogne un roi d'armes afin de savoir de lui si l'assassinat du Duc, son neveu, avait été commis sur son ordre. Le Duc de Bourgogne, en présence d'une nombreuse assistance, répondit publiquement ces trois paroles : «Dites au Roi que c'est fait, bien fait et que c'est moi qui l'ai fait faire.» Ces paroles resteront gravées pour l'éternité dans la mémoire des hommes ; de fait, je les ai vues moi-même, en de nombreux lieux, écrites en langue française avec des lettres de sang, telles que le Duc les avait dites : «Il est fait, y est bien fait, et je lay fait faire.»


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia