Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Venge-moi !

Couverture du livre Venge-moi !

Auteur : Patrick Cauvin

Date de saisie : 02/05/2007

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Albin Michel, Paris, France

Collection : Romans français

Prix : 16.00 €

ISBN : 978-2-226-17710-0

GENCOD : 9782226177100

Sorti le : 02/05/2007

Un fils, ayant vécu toute son enfance rythmée par les récits de sa mère contant ses années de détention dans le camp de Flossenburg, lui fait la promesse de tuer la personne l'ayant dénoncée pendant la guerre. Il part donc à la recherche de cette femme, mais la vérité n'est pas tout à fait celle racontée par sa mère... Entre l'amour d'un fils pour sa mère et le devoir Simon part à la quête de sa propre identité.


Patrick Cauvin - 12/06/2007


Claire Lamarre - 16/05/2007


  • Les présentations des éditeurs : 09/05/2007

«Tout a commencé le soir de sa mort.
Elle a attendu le dernier instant pour me révéler son secret et me confier une mission : la venger.
J'ai accepté car l'on ne refuse rien à une mère mourante.
Et j'ai plongé dans un passé effroyable...»

Une enfance, une adolescence à huis clos dans l'ombre étouffante d'une mère rescapée de la déportation et qui ressasse inlassablement ses souvenirs : la dénonciation, l'horreur des camps de concentration, la disparition de son époux...
Un suspense surprenant où Cauvin jongle brillamment avec le pire jusqu'au dénouement inattendu, inexorable.



  • La revue de presse Jean-Rémi Barland - Lire, juin 2007

L'horreur des camps dicte à Patrick Cauvin une histoire de vengeance, d'amour et de mal absolu...
Si la trame initiale paraît limpide, Patrick Cauvin la rend volontairement opaque. Sourd à tout schématisme, il distille au fil des pages une ambiance entre Simenon et Modiano, où, sur fond de France parisienne et provinciale, se croisent de simples gens ayant changé d'identité. Des fantômes rescapés d'une époque agitée, acteurs malgré eux d'une «chasse à la sorcière» et d'une troublante histoire d'amour, prétexte à cette puissante réflexion romanesque sur les arcanes du mal absolu.


  • La revue de presse Delphine Peras - L'Express du 10 mai 2007

Le sujet est lourd, tout comme l'atmosphère qui imprègne l'enfance et l'adolescence de Simon. Mais l'habileté de Patrick Cauvin fait à nouveau des miracles : non seulement l'écrivain parvient à trouver le ton juste, jamais déplacé, pour évoquer le traumatisme de la Shoah, mais, en plus, il arrive à y greffer délicatement une intrigue magistrale, dont le suspense peut en remontrer à bien des thrillers psychologiques. Le dénouement est à l'avenant, sidérant.


  • Les courts extraits de livres : 23/06/2007

Je viens de m'apercevoir que le décor a plus d'importance qu'on ne croit.
Il a fallu pour cela qu'il disparaisse. Tout est vide à présent autour de moi. Il reste les murs. Peut-être nos vies auraient-elles été différentes si tout cela avait été moins étroit, moins noir, moins étouffant.
La tapisserie porte les traces des photos, l'emplacement des meubles... ils ont laissé leurs marques. Le plus étrange ce sont les fenêtres. Je n'avais, jusqu'à présent, vu la rue qu'à travers les rideaux, il fallait les soulever pour découvrir les maisons en face.
Ce n'est pas une belle rue, elle a gardé un côté début de siècle, on ne peut avoir ici que des petites vies.
C'est Paris pourtant, le boulevard n'est pas loin, mais il reste invisible. Onzième arrondissement. Le vieux onzième.
Ces lieux ont été plus qu'un cadre, ils ont joué un rôle dans l'histoire, dans la vie de maman comme dans la mienne. Peut-être vais-je devenir un autre maintenant qu'ils ont, en quelque sorte, disparu. J'ai dû d'ailleurs commencer à changer puisque j'ai décidé de raconter.
Je n'y avais jamais pensé. C'est lorsque les types d'Emmaüs ont emporté les lits, l'armoire et les bibliothèques que l'idée m'est venue. Je ne sais pas pourquoi, cela ne servira à rien car personne ne lira ces lignes, cela vaut mieux, mais j'ai ressenti comme une nécessité de le faire. Un témoignage d'un vieux monde déjà fini.
Un peu plus de soixante ans passés sous ces pla­fonds. Je suis né ici, à l'époque seuls les pauvres accouchaient à l'hôpital. Nous n'étions pas riches, mais tout de même...
J'ai quatre jours. Lundi, ce sera l'arrivée des nou­veaux propriétaires, ils ont annoncé qu'ils feraient des travaux, ils n'aiment pas le couloir, des cloisons seront abattues. Je ne sais pas pourquoi ils m'ont dit cela, ils feront ce qu'ils voudront, c'est vrai d'ailleurs que tout cela était bien laid, peu pratique et trop sombre, tout va devenir clair et large, moderne. Très bien. Il ne restera rien du musée.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia