Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Journal des lointains T.5; journal des lointains t.5

Couverture du livre Journal des lointains T.5; journal des lointains t.5

Auteur : Collectif

Date de saisie : 03/03/2010

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Buchet Chastel, Paris, France

Collection : Journal Des Lointains

Prix : 17.00 €

ISBN : 9782283022610

GENCOD : 9782283022610

Sorti le : 07/05/2007

Claire Lamarre - 16/05/2007


  • Les présentations des éditeurs : 23/12/2009

Le numéro 5 du JDL transporte le lecteur, entre autres destinations, en Amérique latine (Brésil, Pérou, Chili), Asie du sud-est (Birmanie), Europe (Italie, Allemagne), et quelques confins de l'Asie centrale et de l'Arctique. Ces récits inédits constituent la relation de voyages ou de séjours effectués dans le cadre d'une mission spécifique (journalisme, enseignement, expéditions...) ou, plus simplement, d'une pérégrination personnelle.

Frédéric Lefebvre («Voyage accompagné») est chercheur en sciences humaines et chroniqueur littéraire sur RFI. Ecrivain salué par ses pairs et la critique pour la subtilité de son oeuvre, Bernard Chambaz («Petit voyage d'Arkhangelsk à Astrakhan») vient de publier le beau livre «Des nuages» au Seuil. Ricardo Uztarroz («Retour à Robinson») réside à Lima, fut longtemps journaliste à l'AFP et vient de publier «La Véritable histoire de Robinson Crusoé» chez Arthaud. Olivier Soufflet («Jako») exerce la profession de journaliste indépendant à la Réunion. Ecrivain, éditeur et journaliste, Léon Mazzella («Journal kazakh») est l'auteur de plusieurs ouvrages à La Table ronde. «Parole de soldat, parole de Bouddha» est le second texte que Henri Marcel, romancier au Serpent à plumes, publie dans le Journal des Lointains. «De l'immensité des petits riens» est l'oeuvre de Mathilde Damoisel, documentariste, texte dont la version images sortira fin 2007...


  • Les présentations des éditeurs : 10/05/2007

«À six heures, les mâchoires des freins font un boucan d'enfer. Le train finit par s'arrêter le long du quai. Le ciel est bâché, gris, sans la moindre fente. La gare, pourtant monumentale, fait peine à voir. Dehors, c'est la même impression lugubre, la chaussée défoncée qui luit sous les phares des Jigouli cabossées, des flaques d'eau, des trous d'eau, une eau grise. Bienvenue à Vologda.» (Bernard Chambaz, «Petit voyage d'Arkhangelsk à Astrakhan».)

«Une personne de la minorité Palaung m'accompagne le long de la grande rue. Nous passons devant le bureau du Mouvement de libération Palaung. Ce groupe indépendantiste, me précise mon guide, était actif jusqu'à il y a deux ans, puis a rendu les armes. Le bureau est fermé. Dans la presse birmane, quelques éditoriaux saluent la reddition de divers groupes indépendantistes. Ces derniers, déclare-t-on, sont accueillis avec "chaleur" au sein de la nation unie. Avec tout autant de "chaleur", quand le besoin s'en fait sentir, les forces armées rasent des villages - de la minorité Karen, par exemple -, violent les femmes et mettent la population locale aux travaux forcés.» (Henri Marcel, «Parole de Bouddha, parole de soldat».)

«Enfin, le Navarino appareilla. Si, à cet instant, j'avais su ce que j'allais endurer avant d'arriver à bon port trois jours plus tard, mon impatience en aurait été, à coup sûr, sérieusement réfrénée.» (Ricardo Uztarroz, «Retour à Robinson».)


  • Les courts extraits de livres : 10/05/2007

AU CUL DES COQS DANS LA BRUYÈRE KAZAKH
Léon Mazzella

29 août. Vol Paris-Istanbul. Escale dans la capitale turque. Éternelle magie du voyage. Jusque dans les façons de faire pour reconnaître indi­viduellement ses bagages sur la piste, avant de remonter dans l'avion... Ce qui me ravit délicieusement énerve toujours quelques grincheux qui ont vite recours à l'adjectif sauvage pour désigner les us d'une civilisation étrangère. C'est affligeant. Les veneurs qui sont du voyage, et qui tenteront de prendre un cerf maral - le plus gros du monde - avec leur meute de quarante-deux chiens solognots et les petits chevaux kazakhs, sont moins cul pincé que je ne le craignais. Ils sont même assez chauds : chaque femme qui passe est déshabillée du regard et abordée sans ambages. Ils aiment aussi l'alcool et les cigares, et semblent peu habitués à voyager. C'est de bon augure. Touffeur. Attente. Retard (prévisible) de l'avion pour Alma-Ata (j'ai du mal à dire ou à écrire Almaty car Alma-Ata, c'est comme Samarkand et Zanzibar, comme la route de la soie ou celle des épices : du rêve brut). Vendeurs de loukoums. La photo de Carole Bouquet au duty free. Bu une bière tiède. Vingt et une heures (locales). L'avion est plein. Beaucoup de Chinois et de Mongols, j'avoue ne pas les distinguer avec certitude.
Vol Istanbul - Alma-Ata. Quatre heures quarante-cinq dans les airs. Il sera environ cinq heures du matin à l'arrivée (heure kazakhe), soit environ deux heures du matin ce samedi 30 août en France. Là, nous avons le choix entre une visite de la capitale du Kazakhstan (aux allures de cité russe formée de gros cubes de béton triste), puis prendre un avion réputé improbable, voire périlleux (deux heures trente de vol), ou bien se taper, avec les chiens, environ trente heures de bus sur les «routes»...
Autrement écrit, mon choix est fait. Je testerai le talent des pilotes de la Kazakhstan Airlines.
Almaty signifie «le village des pommiers». Kazakh, selon la même source - une brochure égarée -, signifie brigand, rebelle, guerrier nomade en lutte contre l'État, et ses compatriotes. De tels éclairages laissent à penser qu'un tel pays ne peut pas avoir de mauvais fond.
Alma-Ata est appelée Almaty depuis le printemps 1993. Je reprends mes deux vieux Hemingway dans l'édition de La Pléiade. Les exemplaires sont fatigués, usés par les voyages que nous avons faits ensemble. Mais là, c'est différent, je les sors de la routine africaine, puisque je les ai emmenés en Asie.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia