Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous

Couverture du livre Tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous

Auteur : Laurie Lynn Drummond

Traducteur : Isabelle Reinharez

Date de saisie : 09/05/2007

Genre : Policiers

Editeur : Rivages, Paris, France

Collection : Rivages-Thriller

Prix : 20.00 €

ISBN : 978-2-7436-1671-7

GENCOD : 9782743616717

Sorti le : 09/05/2007

Charlotte Thomas - 31/05/2007


  • Les présentations des éditeurs : 19/05/2007

Tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Isabelle Reinharez

«La première fois que j'ai vu Marjorie LaSalle, elle était agenouillée sur son lit, nue, les mains agrippées aux draps pour tâcher de soutenir son poids, un couteau à viande de plus de vingt centimètres planté profondément juste au-dessus du point où la chair se sépare pour s'élever et former le sein. L'endroit où un enfant, un amant, posera sa tête en cas de chagrin, de déveine, ou d'attachement absolu. Cet endroit que le bout des doigts caresse et où il sent à la fois l'os implacable et la mollesse douce et rebondie - un endroit pétri de promesse, d'absolution, le centre de notre être.»

Elles s'appellent Katherine, Liz, Mona, Cathy et Sarah. Elles appartiennent à la police de Bâton Rouge. Et elles racontent. Dix récits qui se répondent, cinq voix qui entrent en résonance. Elles disent, comme autant de confidences livrées au lecteur, la violence à laquelle elles sont confrontées dans leur métier et dans leur vie. Comment cette violence colle à toute scène de crime longtemps après les faits, comment ses échos se propagent et blessent durablement, comment choisir d'y répondre lorsqu'elle vous assaille. Fuir ou tuer. Et continuer à vivre. Rester humain face à l'inhumain. Loin des clichés du genre, Laurie Lynn Drummond mêle suspense et sensualité, brutalité et empathie dans ces histoires qui transcendent le réel. C'est alors que de l'expérience individuelle naît une musique universelle et poignante.

Laurie Lynn Drummond est une ancienne recrue de la police de Bâton Rouge. Tout ce que vous direz est son premier livre. Chose rare pour un recueil de nouvelles, sa parution a été saluée par des louanges unanimes, venues d'horizons littéraires variés.

«Dorénavant je lirai tout ce que Drummond écrira. Elle est sacrement douée.»
Elmore Léonard



  • La revue de presse Martine Laval - Télérama du 27 juin 2007

Drummond, elle, a été frappée par la foudre littéraire, et son style, précis, percutant, le rend bien. Elle a le génie de la narration, tout en crescendo de phrases anodines en phrases de terreurs. Elle ne fait pas du lecteur un voyeur. Il n'est pas au spectacle, ce qu'il découvre - et ce n'est pas toujours joli -, c'est par le regard abasourdi des narratrices, héroïnes balancées dans un enfer où le bien et le mal jouent à cache-cache. Drummond est une révélation : elle a un ton, une sensibilité, et une puissance forcenée à dire l'indicible. Avec ses filles, elle fait une entrée fracassante dans le monde du polar - dans la littérature. Personnages hors normes, situations brindezingues : du nanan pour un ou une cinéaste d'envergure... Avis !...


  • La revue de presse Gérard Meudal - Le Monde du 22 juin 2007

Le premier livre de Laurie Lynn Drummond se présente comme un recueil de dix nouvelles regroupées autour de cinq personnages féminins, membres de la police de Baton Rouge. Une femme policier rencontre-t-elle des problèmes spécifiques dans l'exercice d'une profession dont les effectifs sont majoritairement masculins ? Sans doute, mais l'interrogation de l'auteur couvre un champ bien plus vaste. Comment vivre sans se laisser entamer quand on est quotidiennement confronté à la violence ? Le problème est envisagé sous tous ses aspects. Comment faire, par exemple, pour se débarrasser de l'odeur de mort qui imprègne l'uniforme quand on a dû s'occuper d'un cadavre décomposé ?...
Même si Laurie Lynn Drummond a elle-même fait partie de la police de Baton Rouge, elle n'ambitionne pas de fournir un témoignage ni un traité de savoir-faire à l'usage des femmes flics. Ses nouvelles, aussi documentées soient-elles, sont des fictions qui se situent aux antipodes du roman policier dit "de procédure". L'enquête passe au second plan au profit d'une méditation sur la violence et sur la mort.


  • La revue de presse Sabrina Champenois - Libération du 31 mai 2007

Le poste de Baton Rouge, c'est précisément ce qu'ont en commun Katherine, Liz, Mona, Cathy et Sarah, les cinq principales protagonistes. Elles ne sont pas forcément proches, mais elles y bossent ou y ont bossé et, tour à tour, chacune va apporter son éclairage sur ce boulot à casquette qui laisse une trace rouge au front...Le livre est un recueil de nouvelles, et Katherine, Liz, Mona, Cathy et Sarah disent chaque fois «je», mais le tout est si cohérent qu'on a plutôt l'impression de chapitres d'un roman choral...
C'est ça, le style Drummond, un réalisme limpide mais poignant, où l'organique (les odeurs, les bruits, les poussées d'adrénaline, les mouvements du corps) est omniprésent, sert de viatique à la tension, à l'émotion. Exit la psychologisation, tout est action ou réaction même l'ennui, même la routine. Une leçon de rythme, pour un livre peuplé de femmes qui adorent les bagnoles, conduire.


  • Les courts extraits de livres : 19/05/2007

GOÛT, TOUCHER, VUE, SON, ODEUR

Quand je les entraîne, je dis aux bleus que la plus grosse erreur qu'ils puissent commettre, c'est de penser qu'ils savent tout.
«Ce n'est pas près de vous arriver, je leur dis, croyez-moi. Ça fait six ans que je fais ce boulot et j'en apprends encore tous les jours - une technique, une façon d'envisager le comportement humain, le mode de fonctionnement de la loi, jusqu'aux limites de mon propre corps.»
Ils s'empressent toujours d'acquiescer, le corps tendu par l'attente et souvent par une petite pointe de peur. J'ai appris à déchiffrer la topographie de leurs peurs : certains n'en ressentent aucune, et ils m'effraient. D'autres éprouvent une peur panique, et ils m'effraient aussi. Mais chez la plupart des nouvelles recrues, la peur est maîtrisée, c'est une infime palpitation sous la pommette, ou le long de la colonne lisse de leur nuque, qui révèle leur nature de mortels. Je leur recommande de la respecter, mais qu'elle ne les empêche pas pour autant de faire ce qui doit être fait. Sans ce doigt de peur, on commet des erreurs. Sans peur, on risque de mourir vite fait, dans ce métier. Entre courage et stupidité, la frontière est mince.
J'observe leurs visages et songe à quel point ils sont incroyablement jeunes et intacts, à quel point le boulot les transformera. Parfois j'ai envie de dire : «Non, ne faites pas cela.» Mais ça n'y changerait rien. Je le sais. Pour la plupart, ils me rappellent celle que j'étais quand j'étais fraîche émoulue de l'école et que je croyais tout savoir.
Alors, pendant les quelques mois où ils patrouillent avec moi, je leur enseigne ce que m'a appris mon formateur : les techniques pratiques, les techniques nécessaires, les techniques d'investigation, les techniques de survie.
L'école ne peut pas faire mieux.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia