Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Réseaux et sociabilité littéraire en Révolution

Couverture du livre Réseaux et sociabilité littéraire en Révolution

Auteur : Philippe Bourdin | Jean-Luc Chappey

Date de saisie : 09/05/2007

Genre : Sciences humaines et sociales

Editeur : Presses universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, France

Collection : Histoires croisées

Prix : 24.00 €

ISBN : 978-2-84516-340-9

GENCOD : 9782845163409

Sorti le : 09/05/2007

Charlotte Thomas - 31/05/2007


  • Les présentations des éditeurs : 20/05/2007

Si la Révolution ébranle la «République des Lettres», remettant en cause un système construit de longue date, fait de codes de comportements individuels et collectifs, de formes symboliques ou financières de reconnaissance, de logiques sociales et matérielles de production, il n'est pas sérieux de prétendre qu'elle n'aurait été qu'un «désert» littéraire, une antienne qui nourrit une «légende noire» construite dès les premières années du XIXe siècle. La décennie révolutionnaire n'ouvre-t-elle pas une période de liberté en reconnaissant le droit d'auteur et en exaltant le génie des écrivains, leur accordant une place de choix au Panthéon ? Le présent ouvrage se propose donc d'étudier les espaces propres aux intellectuels, ceux qui perdurent comme ceux qui naissent, de mesurer l'instrumentalisation politique et sociale de la culture, de suivre les carrières révolutionnaires contraires et contradictoires de Rétif de la Bretonne et de Parny, d'atteindre le public des lecteurs à travers l'étude du prêt privé.

BOURDIN Philippe, CHAPPEY Jean-Luc - Introduction.

LILTI Antoine - Mondanité et Révolution : les hommes de lettres et la sociabilité mondaine à la fin du XVIIIe siècle.

CHAPPEY Jean-Luc Chappey - La Société Nationale des Neuf Soeurs (1790-1793). Héritages et innovations d'une sociabilité littéraire et politique.

BOYER Fabrice - La famille Martignac : des avocats musagètes en Bordelais.

LE BORGNE Françoise - Le réseau de Rétif de La Bretonne à l'épreuve de la Révolution.

SETH Catriona - Le réseau Parny.
BOURDIN Philippe - La postérité de la bibliothèque Romme : le prêt privé dans les milieux «néo-jacobins» provinciaux.


  • Les courts extraits de livres : 20/05/2007

De l'homme de lettres à l'écrivain patriote

Dire que les salons n'étaient pas des salons littéraires ne signifie pas que les belles-lettres n'y jouaient aucun rôle ou que les écrivains en étaient absents. Bien au contraire, c'est justement une des spécificités de la monda­nité parisienne que d'avoir ouvert les portes de ses salons aux écrivains et d'avoir fait des belles-lettres - sous la forme de la poésie de salon, des conversations sur les nouveautés littéraires ou encore des lectures - une activité essentielle et un facteur important de distinction sociale. Néanmoins, ces activités n'étaient jamais exclusives, et souvent secondaires, subordonnées à d'autres divertissements comme la table, le jeu ou la musique. En substituant à la notion ambiguë de «salon littéraire» celle de sociabilité mondaine, on est amené à prendre en compte la relation foncièrement asy­métrique sur laquelle est fondée la présence des écrivains (mais aussi des musiciens ou des savants) dans les salons. Ils participent aux divertissements des élites mondaines, en écrivant des vers, des pièces de théâtres, en nour­rissant la conversation des rumeurs parisiennes et des nouvelles de la vie lit­téraire. Chez Mme Geoffrin, Montesquieu compose et chante une chanson en l'honneur de la duchesse de La Vallière, une des femmes du monde les plus en vue à la cour comme dans la bonne société. Les écrivains contribuent aussi, par leur présence, à l'attractivité et à la réputation des salons qu'ils fréquentent. Comme le dit La Harpe : «Mme Geoffrin est un exemple bien frappant de la considération que peut donner la société des gens de lettres, et à laquelle ils parviennent rarement eux-mêmes, parce que la première base de la considération dans ce pays est l'indépendance qui naît de la fortune et que les gens de lettres l'ont bien rarement.»

En contrepartie, ces hommes de lettres accèdent aux ressources matériel­les et symboliques des élites, sous la forme de dons, de pensions. Mme Geoffrin leur fait de nombreux cadeaux et constitue même des rentes en faveur des plus assidus comme d'Alembert, Morellet et Thomas. Plus généralement, les salons sont régis par une véritable économie de la protec­tion. Ils sont des appuis importants pour la carrière des auteurs, non pas en tant qu'institutions littéraires, mais, au contraire, parce qu'ils permettent aux hommes de lettres de sortir des cercles de la République des lettres et d'accéder aux ressources du patronage aristocratique et du mécénat royal. Les femmes jouent ici un rôle qui est traditionnellement le leur dans la société de cour : celui de protéger, d'agir en faveur de tel ou tel, de mobiliser les ministres ou les courtisans. À ses débuts dans les salons parisiens, Marmontel expliquait ce qu'il recherchait dans le monde : «des protecteurs et quelques moyens de fortune».


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia