Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Pris pour cible

Couverture du livre Pris pour cible

Auteur : Guy Bosschaerts | Sylvain Springer

Date de saisie : 16/05/2007

Genre : Société Problèmes et services sociaux

Editeur : Privat, Toulouse, France

Prix : 15.00 €

ISBN : 978-2-7089-6877-6

GENCOD : 9782708968776

Sorti le : 16/05/2007

Joachim Salinger - 31/05/2007


  • Les présentations des éditeurs : 22/05/2007

Jusqu'à ce matin du 23 octobre 2001, la vie de Sylvain Springer est celle de monsieur Tout-le-monde. Mais, en une fraction de seconde, tout bascule. Un coup de feu tiré par un sniper du GIGN claque. Sylvain Springer s'écroule devant son petit garçon de quatre ans. Il survit à ses blessures, mais la balle lui a déchiré les intestins, explosé la rate, perforé l'estomac après lui avoir sectionné le nerf du bras. Quand il se réveille, après quatorze heures d'opération, il apprend qu'il est accusé de trafic de drogue et d'association de malfaiteurs. Brutalisé à l'hôpital, opprimé par ses codétenus à la prison de Perpignan, puis transféré à Fresnes, il entre dans un univers qu'il pensait aboli depuis le XIXe siècle. Il passe quatorze mois en prison et n'est jugé que cinq ans plus tard, relaxé pour l'accusation de trafic de drogue, mais condamné à neuf mois pour association de malfaiteurs.
Son histoire témoigne non seulement de l'état déplorable de nos prisons, mais surtout des dérives de notre système judiciaire. Lui qui était autrefois un artisan aisé n'est plus aujourd'hui qu'un handicapé délaissé de tous, marginalisé par la société. Dans cette enquête, Sylvain Springer n'a pas dit son dernier mot : la procédure lancée en mai 2007 - il est rarissime qu'un particulier attaque l'État pour violence involontaire dans le cadre d'une action du GIGN -, a d'ailleurs la vocation de lever le voile sur cette affaire. Quand on est mort une première fois, on n'a plus de temps à perdre.

Guy Bosschaerts est journaliste à Perpignan pour le quotidien L'Indépendant du Midi. Il a d'abord exercé les fonctions d'inspecteur de police judiciaire durant six ans en Belgique, travaillant exclusivement en grand banditisme. Arrivé en France, il s'est orienté vers le journalisme, métier auquel il s'était préparé durant ses études à l'université libre de Bruxelles.

Sylvain Springer est arrivé à Perpignan alors qu'il n'était qu'un enfant. Durant de longues années, il a été portier de discothèque tout en exerçant le métier d'élagueur. Il a ensuite monté une entreprise de multiservices avant de partir retrouver son frère sur l'île de Saint-Martin (Caraïbes) dans une entreprise de forages. Aujourd'hui, il travaille 20 heures par semaine, le maximum autorisé pour les établissements employant un handicapé.


  • Les courts extraits de livres : 22/05/2007

Une étoile dans les barbelés

Ma première nuit en prison s'achevait, le jour se levait, et moi, après avoir passé toutes ces heures assis sur mon lit à cogiter, je réalisais que je ne rêvais malheureusement pas. La taule m'avait déjà terrassé, plus sûrement que la balle qui m'avait labouré le ventre.

Je mourais d'impuissance, tremblant comme l'animal que l'on mène à l'abattoir. J'ai ouvert les yeux pour mieux les refermer. Il fallait un exemple et j'étais celui-là.

L'humiliation m'avait fait oublier que j'avais été un citoyen, je n'étais même plus un homme, j'étais en train de devenir un animal aussi haineux qu'enragé. Mais la haine est un moteur, l'homme qui la ressent s'accroche à la vie, ou du moins à la survie. Peut-être était-ce ma chance, car la vie en prison n'est-elle pas que survie ?

La poche de mon anus artificiel, lassée de se gonfler de gaz sans que l'on s'occupe d'elle, avait fini par exploser. J'étais couvert de matières fécales, l'odeur était insoutenable, et je ne pouvais rien faire. Rien sinon attendre qu'enfin quelqu'un vienne ouvrir cette porte qui, la veille, s'était refermée sur ma cellule et sur ma vie. Je réussis à m'assoupir un peu. Un repos de l'esprit, une trêve dans la souffrance, qui ne fut pourtant que de quelques minutes.

La serrure cliqueta et un sonore «Infirmerie» sortit de la bouche du gardien qui venait me réveiller. Il lui fallut quelques secondes pour comprendre ce qui était arrivé, il appela le nettoyeur pour rendre à ma superbe cellule l'aspect qu'elle avait quelques heures plus tôt.

Le nettoyeur était un très petit homme, portant sur le visage les stigmates d'une crainte ineffable. Il se mit au travail sans dire un seul mot. Il ne vivait plus depuis longtemps déjà, il survivait par habitude dans un monde qui le terrorisait. Je n'ai jamais su pourquoi il était là, ni même s'il était capable de parler, d'ailleurs. Je me suis lavé comme j'ai pu et j'ai suivi le gardien jusqu'à l'infirmerie, honteux dans mes vêtements poisseux.

Les infirmières ne firent pas de commentaires, mais à leur regard je devinai facilement qu'elles n'avaient pas souvent été confrontées à une situation de ce genre. Elles commandèrent d'urgence des poches de rechange, tout en m'enfonçant des aiguilles un peu partout dans le corps. Antiphlébite, prise de sang, vaccin X ou Y...


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia