Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. De l'art de prendre la balle au bond : précis de mécanique gestuelle et spirituelle

Couverture du livre De l'art de prendre la balle au bond : précis de mécanique gestuelle et spirituelle

Auteur : Denis Grozdanovitch

Date de saisie : 09/05/2007

Genre : Essais littéraires

Editeur : Lattès, Paris, France

Prix : 18.00 €

ISBN : 978-2-7096-2748-1

GENCOD : 9782709627481

Sorti le : 09/05/2007

Denis Grozdanovitch - 09/07/2007


Claire Lamarre - 01/06/2007


  • Les présentations des éditeurs : 23/05/2007

" Tous ces instants passés à courir derrière une balle, au cours de ma vie, me semblent non seulement ne faire qu'un long moment inespérément suspendu depuis l'enfance, mais encore demeurer les seuls susceptibles de m'être comptés au nombre des rares joies sans mélange que la mort elle-même ne pourra me ravir, car ils s'inscrivent au coeur de l'unique dimension d'éternité directement palpable en ce monde transitoire : la pure extase ludique.
" En une dizaine de textes, encore une fois tirés de ses carnets et qui sont autant de récits et de portraits où fourmillent les anecdotes et les préceptes, sans jamais se départir du sens du comique qui caractérise ses précédents ouvrages - sur les meilleurs coups de votre adversaire, ne lâchez jamais un seul bien joué, levez les yeux au ciel comme si tout ce qu'il réussissait relevait d'une chance insensée et exclamez-vous : Ah ! Là, là ! Mais j'hallucine ! -, Grozdanovitch, tour à tour chroniqueur, philosophe ou psychologue, nous enseigne comment adapter les pratiques ludiques à la vie de tous les jours et nous livre un véritable précis de stratégie existentielle à l'usage de ceux qui regardent la vie comme un perpétuel défi sportif.
Ne s'agit-il pas, en effet, de faire bonne figure face au mur du destin qui, sans le moindre état d'âme, ne cesse de renvoyer la balle dans notre camp ?

Denis Grozdanovitch a longtemps mené une double vie d'érudit et de sportif professionnel (tennis, squash et courte paume). En 2002, il publie son Petit traité de désinvolture qui obtient le prix de la Société des gens de lettres et devient un livre culte pour ses nombreux lecteurs. En 2005, paraît Rêveurs et nageurs, prix des Librairies Initiales, et l'année suivante, Brefs aperçus sur l'éternel féminin qui reçoit le prix Grand-Chosier.



  • La revue de presse Marianne Payot - L'Express du 7 juin 2007

Denis Grozdanovitch a donc puisé, pour ce quatrième ouvrage, De l'art de prendre la balle au bond, dans son passé d'homme de raquette. C'était hier, mais, à l'aune du professionnalisme forcené, cela sent bon son siècle dernier. Une époque bénie, où les pragmatiques n'avaient pas encore détrôné les stylistes ni les attentistes désespéré les attaquants; où le Pierrot lunaire australien Rod Laver dansait sur les courts; où l'Américain Budge Patty hantait de sa superbe les tournois de la planète. Seuls rescapés, ou presque, aux yeux de l'auteur, du «conformisme tyrannique» d'aujourd'hui, le Suisse Roger Federer, «dieu descendu de l'Olympe», et la Belge Justine Hénin, «farfadet fragile et déterminé»...
Sous la plume sinueuse de Grozda («Les phrases longues me donnent le sentiment d'une furtive éternité et les courtes de la tachycardie»), les scènes d'anthologie se succèdent : souvenirs d'un match à Saint-Denis, sous les huées d'une foule déchaînée, ou bien leçons délivrées à une cohorte d'élèves totalement azimutés - un baron inapte, deux Vietnamiens alcooliques, un psychiatre radin, une grande bourgeoise butée, un surdoué mélancolique... Grozda reconnaît galéjer, parfois. On est à peine rassurés. Réjouissant !


  • La revue de presse Alice Ferney - Le Figaro du 24 mai 2007

Denis Grozdanovitch a été champion de France junior de tennis en 1963, champion de France de squash en 1975, champion de France de paume en 1989. Ce palmarès donne idée de sa passion pour les sports et de sa ténacité dans la compétition. Depuis son fameux Petit Traité de désinvolture, il écrit et publie avec succès. Malgré tant d'activités, il se définit comme «un tueur de temps actif», amoureux des échecs, des flâneries, des lectures, des femmes et des bistrots. C'est dire que l'on a affaire à un sacré numéro. Méticuleux, forcément perfectionniste, il est du genre qui note tout, s'intéresse à tout. Il en résulte pour nous un plaisir : celui de voir bousculées les catégories et les étiquettes, en rencontrant dans cet Art de prendre la balle au bond, un «sportif-intellectuel». Il faut rendre hommage à son ambition : quoi de plus difficile en effet que de mettre le geste en mots, le jeu en récit, la compétition sportive en question ?


  • La revue de presse Pierre Assouline - Le Nouvel Observateur du 24 mai 2007

De l'art de prendre la balle au bond», sous-titré «Précis de mécanique gestuelle et spirituelle», est un bijou d'humour, d'ironie et de délicatesse. Il y est question de toucher, de trucs, de tricheurs, de flâneries, de snobs, de course à la comitarde, de conquête de Sandra seulement par le verbe, de joueurs qui s'insultent eux-mêmes, de gagneurs teigneux inenseignables, de courte persistance rétinienne mimétique, et même, le croirez-vous, de tennis, de squash et de jeu de paume, toutes disciplines dont il est depuis son plus jeune âge l'exaspérant champion en titre...
On dit qu'il y a deux catégories de joueurs : les bavards et les taiseux. Or non seulement Grozdanovitch parle, commente, argumente, enjolive, mais en plus il écrit. La page blanche est la continuation de son match. Il n'est pas dupe de sa nostalgie du mur d'entraînement, enfoui sous les lierres du club de son adolescence. Il sait que sa quête incessante de «la pure extase ludique» est le fil qui le relie à l'enfance. Ne jamais oublier qu'au fond tout cela n'est qu'un jeu. Au vestiaire, une image s'échappe de son portefeuille : c'est une carte postale pieuse représentant une équipe de cricket disputant une partie sur un gazon bien ras au milieu de vertes collines bien anglaises. L'idéal de l'harmonie retrouvée entre l'homme et la nature, un monde apaisé régi par des lois immuables, une certaine grâce échappée de cette communion. Quelque chose comme la légèreté, enfin.


  • Les courts extraits de livres : 01/06/2007

Cosmogonie des balles tournoyantes

Je revois parfaitement l'endroit où se trouvait, dans le club de tennis de ma jeunesse, le mur d'entraînement enfoui parmi les arbres et les bosquets, à quelques pas de la Seine. Manquant cruellement de partenaires en semaine, et notre maison étant située à quelques centaines de mètres, je passais, tout en rêvassant, de longues heures à perfectionner cette marque noirâtre que l'impact régulier de la balle avait fini par imprimer au-dessus de la bande rouge incurvée figurant le filet, sur la façade de ciment qui me renvoyait inlassablement la microcosmique planète obsédante de ma solitude enfantine. Pratique que j'allais retrouver bien des années plus tard au squash et à la courte paume, où la présence des murs permet aussi l'entraînement en solitaire et qui fut peut-être à l'origine de mon tempérament méditatif - ma petite tête ronde gravitant dès l'enfance, tel un satellite doucement aberrant au sein de la bienheureuse cosmogonie des balles tournoyantes.
Bien que je ne connusse rien encore des théories anthropologiques sur l'origine cosmique des jeux de balles, j'avais déjà tissé intuitivement un lien avec cette fascinante hypothèse. Aussi, mes entraînements ayant lieu pour la plupart après les journées de classe, je ressentais la montée des premières étoiles à travers les branchages des marronniers, dans les cieux épurés du crépuscule, comme un parfait accompagnement, comme un assentiment fraternel apporté à mon propre manège répétitif.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia