Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Quand revient l'été

Couverture du livre Quand revient l'été

Auteur : Justin Cronin

Traducteur : Pierre Charras

Date de saisie : 16/05/2007

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Mercure de France, Paris, France

Collection : Bibliothèque étrangère

Prix : 25.80 €

ISBN : 978-2-7152-2558-9

GENCOD : 9782715225589

Sorti le : 16/05/2007

Charlotte Etasse - 01/06/2007


  • Les présentations des éditeurs : 24/05/2007

Chez nous, il y a les habitués, ceux qui reviennent chaque année à leur saison préférée, le début de l'été, pour les éclosions massives d'éphémères, ou encore lors des longues journées sèches d'août, après la disparition des mouches noires, quand les poissons ne sont pas tellement affamés- ce qui fait que ce n'est pas l'époque idéale pour les attraper...
Et voici que s'annonce Harry, un après-midi d'août de l'an de grâce 1994... La journée touche à sa fin, c'est l'heure idéale pour arriver, les bouleaux et les érables déploient leurs larges couronnes jaunes et rouges sur le bleu du ciel. Mais cet été-là sera le dernier. Atteint d'un cancer du poumon, le célèbre romancier Harry Wainwright n'a plus que peu de temps à vivre. Et il veut absolument retourner encore une fois dans le modeste club de pêche à la mouche au fin fond de l'État du Maine où il a ses habitudes depuis trente ans.
Pourquoi ? C'est le secret qui est au coeur de Quand revient l'été. Nous allons plonger dans l'histoire tourmentée d'une famille américaine brisée deux fois, par la Seconde Guerre mondiale, puis par celle du Vietnam. Nous allons entendre les voix croisées d'hommes et de femmes raconter leurs blessures - et finalement leur secret.

Justin Cronin est l'une des valeurs montantes de la jeune littérature américaine. Lauréat du prix Pen-Hemingway pour Huit saisons (Mercure de France, 2003), il vit et enseigne à Houston, au Texas.



  • La revue de presse Claire Devarrieux - Libération du 5 juillet 2007

Justin Cronin progresse dans son histoire par monologues, Joe, Lucy, Jordan, Harry. Le domaine est un enjeu en soi, l'attachement viscéral de chacun à ces paysages, et les difficultés qui entachent sa possession. Lorsqu'on est si éloigné de la civilisation et de l'unique médecin des environs, lequel essaie en vain de prendre sa retraite depuis vingt ans, comment accoucher, soigner une pneumonie, distraire les tête-à-tête meurtriers ? A quel moment précis du livre, on ne sait pas, on a soudain les larmes aux yeux, on perd pied, on n'est plus dans un aimable roman anglo-saxon comme d'habitude. Parce que le vrai sujet du livre est que sans cesse est mise en danger la qualité de la relation entre les parents et les enfants. Les duos d'amour procèdent de la même manière, par rapprochements et éloignements, afin de mieux éprouver la bouleversante solidité du lien.


  • La revue de presse Christophe Mercier - Le Figaro du 24 mai 2007

Disons pour commencer qu'on ne peut éprouver qu'une sympathie a priori pour un livre portant en exergue un couplet de Bob Dylan. D'autant que l'auteur de Quand revient l'été (The Summer Guest, 2004) n'est pas un inconnu : Mary and O'Neil, son premier roman (2001, traduit en 2003 sous le titre Huit saisons) avait reçu le PEN-Hemingway Award, attribué au meilleur premier roman de l'année...
Cronin est un romancier généreux : tous ses héros ont en eux une forme de grandeur, de bonté. Et les secrets peu à peu dévoilés n'ont rien de honteux. Il s'agit de secrets modestes, en parfaite harmonie avec l'écriture discrète, sans effets, de l'auteur. Quand on referme son roman, on est empli d'une étrange sérénité, on éprouve un sentiment de réconciliation avec le monde, avec la vie quotidienne.


  • Les courts extraits de livres : 02/06/2007

Extrait du prologue :

Ils longeaient la mer, au nord de Boston. Un jour de janvier 1947 ; le wagon était presque vide. Il n'y avait qu'eux trois, l'homme et sa femme qui tenait le petit garçon sur ses genoux ; et loin devant, un homme seul en uniforme, la tête fléchie en avant par le sommeil. À travers la vitre, ils regardaient défiler la côte mal équarrie : les grosses plaques de glace, soulevées et fracassées contre la rive ; les marécages gelés, figés ; les promontoires rocheux fouillant une mer hivernale. De temps en temps, le contrôleur passait dans l'allée, murmurant paresseusement le nom des villes à l'approche, avec un pas lourd et assuré malgré la vieille voie qui faisait tanguer le wagon comme un bateau.
Tandis qu'Amy et le bébé dormaient, Joe se leva pour se dégourdir les jambes. Trente et un ans : il avait été avocat, puis soldat, mais maintenant il n'était plus ni l'un ni l'autre. Il parcourut le train vers l'avant, traversant trois voitures jusqu'à la locomotive et retour, puis s'arrêta à la porte pour contempler le spectacle. L'homme en uniforme était assis, le menton posé dans sa main, une lourde mèche brune pendant mollement sur son front, dans son sommeil. Il était très jeune, se dit Joe, dix-huit ans à peine ; il avait dû s'engager à la toute fin de la guerre et n'avait jamais participé aux combats. Son autre bras était déployé en travers de son sac militaire, à côté de lui, sur le siège. Avait-il déjà donné une telle image, se demanda Joe, tant d'aisance, si épargné par la vie ? Mais c'est alors que le soldat endormi bougea et étendit une jambe dans l'allée, et Joe se rendit compte, dans un haut-le-coeur, qu'il se trompait. Entre les sièges, le pied gauche du garçon reposait selon un angle étrange, pas naturel : une prothèse. Les cheveux longs : il aurait dû deviner. Joe s'était lui aussi laissé pousser les cheveux, à l'hôpital.
Il retourna s'asseoir. Amy dormait toujours, la tête appuyée sur une veste repliée contre la fenêtre, mais le petit garçon avait ouvert les yeux et regardait autour de lui. Joe le prit dans ses bras et l'installa sur ses genoux. L'odeur d'urine et la consistance de la couche l'informèrent qu'il allait falloir le changer sous peu ; ses premières protestations n'étaient pas loin, les appels et les grognements qui s'élèvent en désordre comme un orchestre qui s'accorde, un avertissement qui ne tarderait pas à se muer en un mur sonore qui ne représenterait pour Joe rien de moins qu'un chagrin cosmique inextinguible. De toute façon, sa femme allait bientôt se réveiller. Il cala l'enfant sur son genou, chantonnant à mi-voix un air doux dont les notes provenaient anarchiquement d'une dizaine de chansons différentes.
- Tu vas adorer le Maine, murmura-t-il dans la minuscule oreille au délicat parfum ; il y a une forêt où tu pourras jouer, et un lac pour te baigner et pêcher. Je t'apprendrai tout ça quand tu seras assez grand, d'accord ?


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia