Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Aventures extraordinaires (1911-1921). Lettres d'Abyssinie. Lettres de la mer Rouge. Lettres d'Egypte, Arabie, Erythrée, Inde et autres lieux

Couverture du livre Aventures extraordinaires (1911-1921). Lettres d'Abyssinie. Lettres de la mer Rouge. Lettres d'Egypte, Arabie, Erythrée, Inde et autres lieux

Auteur : Henry de Monfreid

Date de saisie : 15/05/2007

Genre : Récits de Voyages

Editeur : Arthaud, Paris, France

Collection : Classiques Arthaud

Prix : 32.00 €

ISBN : 2-7003-0000-9

GENCOD : 9782700300000

Sorti le : 15/05/2007

Joachim Salinger - 07/06/2007


  • Les présentations des éditeurs : 27/05/2007

Depuis Les Secrets de la mer Rouge, Henry de Monfreid (1879-1974) est devenu la référence en matière de littérature d'aventure. En quarante ans il a écrit plus de soixante-dix ouvrages où la mer, l'Afrique de l'Est, l'Arabie ou le Yémen sont à toutes les pages. Mais il a aussi écrit des centaines de lettres et des journaux de bord passionnants à plus d'un titre qui racontent de l'intérieur ses multiples «vies» : contrebande d'armes, commerce de haschich, de cuirs ou de café, pêche des perles, de l'Egypte à l'Inde. Dix ans (1911-1921) d écriture qui nous transportent dans le feu de l'action. Dix ans d'avenrures incroyables et extraordinaires, en pleine guerre, où la mer Rouge demeure l'un des lieux les plus emblématiques de son parcours.

Les lettres du troisième volet de cet ouvrage étaient jusqu'à ce jour inédites.

Commentaires et notes de Guillaume de Monfreid



  • La revue de presse Jean-Christophe Rufin - Le Figaro du 7 juin 2007

Et puis, voici ses lettres et ses journaux de bord. On en connaissait une grande partie, mais leur édition systématique par les soins de Guillaume de Monfreid, augmentée d'un grand nombre de textes inédits, constitue un véritable événement. La légende Monfreid n'y perd rien, tout au contraire. Elle se grandit de ce qui l'a précédé. Dans ces lettres, on voit se construire un homme d'exception...
Les aventures qui constitueront la trame des romans futurs se découvrent dans le quotidien de ces lettres magnifiques, de ces journaux de bord pleins de vie. La principale différence avec les romans est que celui qui les écrit ignore encore beaucoup de choses. D'abord, il ne sait pas qu'il est un écrivain. Son «naturel» est intact. Ensuite, il ne connaît pas la fin de ses propres histoires et le suspense n'est pas une reconstitution a posteriori. La plupart du temps, Monfreid, au milieu de ses péripéties, ne sait vraiment pas s'il va pouvoir s'en sortir et comment. De là vient sans doute le caractère extraordinairement moderne de ces textes.


  • Les courts extraits de livres : 27/05/2007

Suez, 16 août 1911
15 août, 13 heures

Je débarque à Port-Saïd pour mettre à la poste mon premier courrier pour la France. Quelle ville !... la vraie patrie du marchand de caca­houètes : on y vend de tout, et on y parle toutes les langues ; c'est un mélange de français, d'anglais et d'espagnol ou plutôt d'italien. On est obligé de faire le coup de poing pour se débarrasser des porteurs, marchands, guides, procureurs (pas de la République), etc. J'ai visité le quartier égyptien, d'une saleté pyramidale.
Les types d'hommes et de femmes y sont remarquables, j'envoie une ceinture à Agnès' et je rentre à bord. À 19 heures, nous enfilons le canal qui s'enfonce dans un désert de sable en compagnie de la voie ferrée où je vois filer quelques express. La nuit vient, on allume le projecteur et son faisceau lumineux éclaire étrangement les deux interminables remblais blancs qui bordent ce grand canal large de 60 mètres.
Je m'endors sur la tente du gaillard d'avant (ma couchette habituelle) et au petit jour je m'éveille à l'entrée d'un de ces lacs qui se sont fermés dans les territoires en contrebas de la mer, lors de l'ouverture du canal. Il est immense, ce lac : 40 kilomètres de long sur 30 de large ; on se croirait en pleine mer ; après deux heures de marche, le canal se resserre. À gauche un désert de terre sablonneuse qui s'étend à perte de vue avec quelques monticules que le soleil oblique découpe nettement. C'est le désert qui donne cette effarante impression de la terre où rien ne vit. On a l'impression de regarder un paysage lunaire.
À droite : une longue ligne de dattiers côtoie le canal maritime, ce sont les bords du canal d'irrigation qui va du Nil à Suez. Je vois une série de douars entourés de palmiers et de plantations d'alpha avec des troupes d'ânes gris et de chameaux. Puis voici une gare (du service du canal) avec son sémaphore : ce sont de jolies maisons propres ombragées de tamarix, de dattiers et d'eucalyptus, il y en a ainsi cinq ou six le long du canal. L'horizon est barré par une longue chaîne de montagnes d'un rose groseille. Enfin à 9 heures Suez, la mer Rouge d'un bleu intense et nous jetons l'ancre en rade. À bord nouvelle invasion des marchands de raisins de Jérusalem, de pastèques, figues de barbarie, etc. Le vent du nord se lève en brise douce ; à midi nous levons l'ancre et nous filons vent arrière sans un poil d'air sous un soleil à fondre du plomb.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia