Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La révolution de la mort

Couverture du livre La révolution de la mort

Auteur : François Michaud Nérard

Préface : Didier Sicard

Postface : Bertrand Delanoë

Date de saisie : 23/04/2007

Genre : Sociologie, Société

Editeur : Vuibert, Paris, France

Collection : Espace éthique

Prix : 29.00 €

ISBN : 978-2-7117-7239-1

GENCOD : 9782711772391

Sorti le : 23/04/2007

Marie Nicolle - 07/06/2007


  • Les présentations des éditeurs : 07/06/2007

Longtemps le passage de la vie à trépas a été réglé par «un prêt à penser». La religion prenait en charge l'organisation de la sépulture. Les pompes funèbres n'en étaient que le bras sécularisé, mise en scène théâtrale souvent enviée, respectée, solennelle ou dernière expression de l'émouvante dernière misère. Depuis plus d'un demi-siècle, les «pompes» sont devenues archaïques. C'est devenu un lieu commun de dire que la mort comme le mort sont escamotés. La société se conduit comme si la mort ne touchait que quelques malheureux malchanceux. Elle s'est soustraite au regard quotidien pour se réfugier dans les images de télévision ou de cinéma, témoignant ainsi de sa radicale extériorité. La mort est ainsi devenue un spectacle qui ne concerne plus chacun dans son intériorité. La disparition des rites accompagne la place croissante du savoir scientifique sur le corps. Un corps qui s'épuise à vivre doit être soumis à la réanimation la plus sophistiquée et miraculeuse qui soit, confinant à l'acharnement, ou à l'euthanasie. Il n'y a plus d'intermédiaire. Le corps doit être réparable ou jetable, comme tout ce qui nous entoure dans notre monde quotidien.
Cet ouvrage passionnant a l'immense avantage de replacer devant notre esprit l'ensemble des contradictions contemporaines de la mort. Son refoulement, dans nos sociétés rationalistes qui se croient libérées des fantasmes de l'imaginaire et des mythes, est source d'un malaise et d'une inquiétude qui transparaissent à chaque ligne de ce livre.

Pr Didier Sicard
Président du Comité consultatif national d'éthique

François Michaud Nérard dirige la société d'économie mixte Services funéraires - Ville de Paris qu'il a créée en 1998. Celle-ci emploie plus de cent personnes et compte treize agences et deux crématoriums. Il est vice-président de l'Union des professionnels du pôle funéraire public.


  • Les courts extraits de livres : 07/06/2007

Parce que je n'avais pas de tradition familiale, d'expérience, de formation qui me fasse regarder les choses du funéraire au travers d'un filtre a priori, je me suis laissé imprégner par ce que je voyais, ce que j'entendais. Scientifique de formation, j'ai essayé de tirer parti des expériences que nous vivions pour analyser les phénomènes, comprendre les décalages entre les traditions qui subsistaient et les conceptions contemporaines de la société ou encore raisonner pour proposer des améliorations et trouver des solutions à la perte de sens et l'inadaptation de certaines pratiques. Je n'ai pas la prétention d'avoir tout théorisé, je m'y refuse même. Un journaliste de Libération m'avait qualifié un jour - et ce n'était pas négatif sous sa plume - d'«anthropologue improvisé». Je revendique ce qualificatif, il me plaît bien d'être un praticien avant tout, guidé par l'expérience et le sens de l'éthique.
Ce qui m'a le plus marqué, venant d'un domaine tout autre, était le peu de littérature sur le sujet : quelques revues, quelques mémoires de professionnels, quelques ouvrages très théoriques de philosophes ou d'anthropologues, quelques ouvrages de droit ou d'histoire. Mais surtout, peut-être, une absence quasi totale de débat dans la sphère politique. Or, s'il est un sujet qui est politique au sens premier du terme, c'est bien le domaine de la mort, de son traitement par la société au travers de rites sociaux élaborés, codifiés. Nous vivons une évolution spectaculaire dans un domaine qui nous touche tous un jour ou l'autre et personne n'a l'air de s'y intéresser vraiment. Pire, lorsque vous en parlez, vous vous heurtez à un petit sourire poli.
Le sujet vaut mieux que cela. Je voudrais, au travers des pages qui suivent, montrer quelles questions les professionnels sont amenés à se poser dans leur exercice quotidien, du fait de l'évolution de la société, et quelles réponses ils tentent d'y apporter.
Ces questions sont, pour certaines, de véritables enjeux de société qui ne doivent pas laisser le corps social indifférent. Journalistes, politiques, intellectuels doivent se saisir de certaines d'entre elles afin que les solutions apportées ne soient pas uniquement des solutions de confort élaborées par des professionnels mais des solutions réfléchies et construites par tous et pour tous. Des solutions démocratiques. Bref, je voudrais inviter à un vrai débat en ouvrant cette fenêtre sur le monde inconnu du funéraire.
Les pages qui suivent ne s'attarderont pas sur ce que nous savons tous : il serait inutile de disserter longuement sur les obsèques d'une personne catholique morte de vieillesse et qui va se faire enterrer dans la sépulture familiale après une cérémonie à l'église entourée par des proches et des amis croyants.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia