Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le grand Blondino

Couverture du livre Le grand Blondino

Auteur : Sture Dahlström

Traducteur : Lena Grumbac

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Serpent à Plumes, Monaco, France

Collection : Fiction. Domaine étranger

Prix : 22.00 €

ISBN : 978-2-268-06276-1

GENCOD : 9782268062761

Nathalie Fiszman - 03/07/2007


  • Les présentations des éditeurs : 21/06/2007

«Villon, Rabelais, Céline, Eisenstein, Nijinski. Et descendant en ligne directe : Eric von Fitzenstrahl, Suède. Je sens leur sang excité bouillonner en moi, j'entends leurs voix tonitruantes contre mes tympans, je vois passer des fragments de leurs effigies dès que je ferme les yeux. Je me fais appeler Le Grand Blondino.»
Le danseur et cinéaste Eric von Fitzenstrahl en proie à une frénésie créatrice et sexuelle indomptable s'installe à Cannes pour lancer le tournage d'un film expérimental sans pellicule ni caméra. Comme il se permet les pires excentricités, ses acteurs se révoltent, le traquent et le kidnappent. Au terme de péripéties échevelées, ils atterrissent dans un pays où les hommes sont chirurgicalement modifiés pour devenir gravides à la place des femmes. Qu'adviendra-t-il du Grand Blondino ?

Traduit du suédois par Lena Grumbach et Catherine Marcus

Métaphore cinématographique du combat de l'artiste pour le pouvoir de l'imagination contre la routine bourgeoise. Le Grand Blondino est l'oeuvre qui a consacré Sture Dahlström (1922-2001) comme un des plus grands romanciers underground suédois. Un livre étrange, foisonnant et jubilatoire.


  • Les courts extraits de livres : 21/06/2007

SEUL DANS ma chambre, j'éclate d'un grand rire qui rebondit entre les murs, résonne par-dessus les toits, puis descend, fluet et cristallin, couvrir mes rires précédents.
Devant ma fenêtre gronde cette ville décrite à outrance par des écrivains et des peintres assis sur leurs chaises froides à attendre depuis des siècles. Attendre quoi ? Pourquoi cette attente perpétuelle ?
Alors que moi, je danse au lieu d'attendre. Un homme qui danse ne se morfond pas dans des méditations sur la mort ou sur l'inspiration, il danse jusqu'à ce que le public en délire se lève et applaudisse, il danse jusqu'à ce que les lustres en cristal se mettent à osciller et que les petits hommes dans l'orchestre tombent évanouis de leurs chaises, il danse jusqu'à ce que le directeur du théâtre arrive au pas de course et hurle qu'il faut arrêter ce fou de Suédois avant qu'il bousille tout le bâtiment.
Je passe beaucoup de temps dans ma loge au théâtre. Ici, j'ai un lit confortable, mes livres, ma table de montage, mes notes, mes films et ma caméra. Les murs sont couverts d'esquisses et de synopsis, les copies du travail en cours serpentent autour de mes pieds pendant que je remplis mes carnets de nouvelles séquences. En ce moment, je travaille simultanément sur trois films.
Et tout autour de moi j'ai la réalité, c'est-à-dire le théâtre. Si on regarde d'un peu plus près cet établissement, on s'aperçoit vite qu'il n'est pas seulement un théâtre, mais aussi une formidable maison de passe. Les Français sont réalistes. L'activité de bordel rend le théâtre économiquement porteur, le père des putes peut se dire directeur de théâtre la conscience tranquille, et les filles du cabaret se dire comédiennes plutôt que putains. Vive la France !
En ce moment, je monte une scène qui se déroule dans une pièce à géométrie variable. Une pièce algébrique qui rétrécit, visages de putes qui flottent, logarithmes qui s'estompent, femmes en fonte qui défient l'apesanteur. Je m'adresse des grimaces dans la glace, traverse tout excité la pièce à petits pas sautillants, jette un rapide coup d'oeil par la fenêtre et me dis que, si ça se trouve, je suis ailleurs. Je me vois dans un studio de tournage à New York en train de regarder par l'objectif de la caméra, lentement et résolument j'assimile une toute nouvelle façon de réaliser un film. J'ai l'impression d'être un élu, sûr de mon chemin à travers un labyrinthe de temps argenté, puis je retourne continuer mon travail à la table de montage. Pour finir, je suis tellement épuisé que je me jette sur le lit et laisse le film se dérouler tout seul derrière mes paupières. Subitement je sens la peau de mes mains se fissurer. Un instant après, la peau de mes jambes et de mon dos éclate. Je ne suis pas spécialement surpris, je mue en général une fois par mois. Je me lève, me suspends par le pied à un crochet au plafond et vois ma peau psychique usagée me quitter dans un froufroutement, et former un tas translucide par terre. Quelqu'un entre dans la pièce et me regarde, pendu là.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia