Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Tingo, drôles de mots, drôles de mondes

Couverture du livre Tingo, drôles de mots, drôles de mondes

Auteur : Adam Jacot de Boinod

Traducteur : Jean-Baptiste Dupin

Date de saisie : 18/10/2007

Genre : Langues

Editeur : 10-18, Paris, France

Collection : Les exceptionnels

Prix : 13.00 €

ISBN : 978-2-264-04507-2

GENCOD : 9782264045072

Sorti le : 18/10/2007

Emmanuelle Heurtebize - 28/06/2007


  • Les présentations des éditeurs : 03/07/2007

Le Livre : Saviez-vous que les Boliviens ont un mot dans leur langue qui signifie : «J'étais beaucoup trop saoul, hier, et tout ça c'est de leur faute» ? Qu'il n'existe pas d'équivalent au mot «bleu» en italien ? Que le mot allemand pour «ricochets» est «plimpplamppletteren» ? Ce livre génial, qui puise dans la sagesse collective de plus de 154 langues, inclut non seulement les mots pour lesquels il n'y a pas de traduction directe en français («pana po'o à Hawaii signifie «se gratter la tête pour se souvenir de quelque chose d'important») mais aussi une discussion honnête sur le nombre de mots exprimant la «neige» qui existent en eskimo, et sur le plus long palindrome connu parmi toutes les langues («saippuakivikauppias» - Finlande).

Extraits

Vous n'avez qu'un mot à dire :
Un seul mot peut parfois servir dans une multitude de situations. Au Sri Lanka, par exemple, le mot cingalais ayubowan signifie non seulement bonjour, mais aussi bon après-midi, bonsoir, bonne nuit et au revoir.

L'attente :
L'irritation que l'on éprouve en attendant quelqu'un est joliment résumée par le mot inuit iktsuarpok, qui veut dire sortir régulièrement pour voir si quelqu'un arrive. Quant à l'impatience de celui qui cherche à obtenir une réponse, on peut la décrire avec le russe doznovit'sya, qui ne signifie pas seulement sonner à la porte mais le faire jusqu'à ce que quelqu'un vienne ouvrir (on l'emploie également pour les communications téléphoniques).

Bla bla bla :
Les raffinements de ce que nous appelons sobrement la «conversation», sont parfois mieux saisis dans d'autres langues.
ho'oponopono (hawaïen) : résoudre un problème par la discussion
samir (persan) : une personne qui parle la nuit, au clair de lune
begadang (indonésien) : passer toute la nuit à discuter
glossalgos (grec ancien) : parler jusqu'à en avoir la langue douloureuse


Auteur(s) : Adam Jacot de Boinod a développé sa passion pour les langues étrangères alors qu'il faisait des recherches pour une émission de la BBC, Quite Interesting. Pour écrire The Meaning of Tingo, il s'est aidé de 220 dictionnaires, 150 sites internet et de nombreux livres sur les langues.


  • Les courts extraits de livres : 10/10/2007

Extrait de l'avant-propos

Mon intérêt pour les mots étranges venus d'ailleurs date de ma rencontre, alors que j'effectuais des recherches pour un jeu télévisé, avec un lourd dictionnaire d'albanais. Je constatai qu'il y avait dans cette langue pas moins de vingt-sept mots pour désigner les sourcils et autant pour les moustaches, depuis mustaqe madh (broussailleuse) jusqu'à mustaqe posht (une moustache qui pend à ses extrémités).
Ma curiosité s'est rapidement transformée en une passion dévorante. J'étais bientôt incapable d'approcher d'une librairie ou d'un bouquiniste sans y chercher les étagères où étaient rangés les dictionnaires de langue. Chez mes amis, je fouillais dans leurs livres, poussé par la même fièvre de l'or. Ma collection de mots merveilleux sans équivalent dans notre langue grandissait peu à peu, et j'établis bientôt une liste de mes favoris : nakhur, par exemple, est un mot persan (probablement inconnu même de ceux pour qui il s'agit de la langue maternelle) désignant «une chamelle qui ne donnera pas de lait si on ne lui chatouille pas les narines», ou encore areodjarekput, le mot inuit pour «échanger ses femmes pendant quelques jours». À quelle occasion et pourquoi disait-on d'un homme qu'il était un marilopotes, «un buveur de poussière de charbon» en grec ancien ? Et les samouraïs japonais avaient-ils vraiment l'usage du verbe tsugi-jiri, «essayer une nouvelle épée sur un passant» ?
D'autres langues exprimaient en revanche des concepts étrangement familiers. Nous avons ainsi tous déjà croisé un Zechpreller, le terme allemand désignant une personne qui part sans payer ; passé trop de temps en compagnie d'un ataoso, quelqu'un qui, en espagnol d'Amérique centrale, voit des problèmes partout ; ou travaillé avec un neko-neko, une personne qui, en indonésien, a une idée originale qui ne fait qu'aggraver les choses.
Puis ma passion devint une obsession tranquille. Je passai au peigne fin plus de deux millions de mots dans des centaines de dictionnaires. J'arpentais Internet, je téléphonais aux ambassades et je recherchais des locuteurs de langues étrangères capables de confirmer mes trouvailles. Je m'aperçus que dans le monde tout ne fait pas le même bruit : en afrikaans, les grenouilles font kwaak-kwaak, au Mexique, les chats font tlatzomia, et en Hollande le célèbre Cric ! Crac ! Croc ! des Rice Krispies devient Knisper ! Knasper ! Knusper !
Je découvrais de jolis mots décrivant des choses que nous sommes incapables d'évoquer de façon concise, comme le persan wamadat, «la chaleur intense d'une nuit étouffante sans un souffle d'air». Je rencontrais des mots associés à tous les âges de la vie, depuis paggiq, qui décrit en inuit les chairs distordues d'une femme en train de mettre son enfant au monde, jusqu'à Torschlusspanik, en allemand, «la peur de voir se réduire les opportunités à mesure que passent les années», et mingmu, qui signifie «mourir sans regret» en chinois. Je savourais la droite logique du danois, la concision du malais, la pure extravagance du japonais, et je me rendais compte que, parfois, un dictionnaire peut en dire beaucoup plus sur une culture qu'un guide touristique.
Je recherchais des langues aux quatre coins de la planète, depuis le fuégien à l'extrême sud du Chili, jusqu'à l'inuit à l'extrême nord de l'Alaska, depuis le maori des lointaines îles Cook jusqu'au yakoute du fin fond de la Sibérie.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia