Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le dernier frère

Couverture du livre Le dernier frère

Auteur : Nathacha Appanah

Date de saisie : 01/10/2007

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Ed. de l'Olivier, Paris, France

Collection : Littérature française

Prix : 18.00 €

ISBN : 978-2-87929-569-5

GENCOD : 9782879295695

Sorti le : 01/10/2007

Aujourd'hui, j'ai choisi de vous parler d'un livre de Natacha Appanah, Le dernier frère, aux éditions de l'Olivier. C'est son troisième livre, et elle est d'île Maurice. C'est ce pourquoi déjà j'étais très attirée par ce livre, parce que c'était une voix qui nous venait d'ailleurs, et sa parole est vraiment porteuse et enrichie par la terre de laquelle elle écrit. Pourtant, elle a voulu échapper à son pays puisqu'elle vit maintenant en France, mais elle est revenue sur ses pas pour nous raconter un événement d'abord historique et réel. C'est l'histoire d'une communauté juive qui a été, on peut le dire, déportée dans cette île, parce qu'on les a refusés en Palestine, donc ils se sont retrouvés dans cette île, et on les a mis tout de suite dans un camp. Le livre commence : c'est un homme âgé qui, en rêve, a revu ce meilleur ami qui s'appelait David dans son enfance lui réapparaître. Alors, il décide de se lever et d'aller sur sa tombe parce qu'il dit : maintenant, c'est le moment. Ce livre nous raconte l'histoire de cette amitié, cette histoire d'enfance, cette histoire de frères, ce frère qu'on ne remplace pas, ce frère qu'on aimé au-delà de ses différences. Ce qui est très beau dans ce livre, sa rareté, c'est la présence de la nature et la présence de la terre qui est peut-être la seule consolation pour la paix entre les hommes. C'est la seule consolation, c'est la présence et la luxuriance de la nature, et elle qui fait son temps, son parcours au-delà des personnes, des êtres, de l'histoire, des différences et de tout ce qui nous sépare les uns des autres. C'est donc un livre assez remarquable, émouvant de la première ligne jusqu'à la dernière ; c'est comme un instrument de musique, comme le son d'un violon, et une note est tenue du début à la fin ; il y a une très grande émotion tenue sans larmoiements, sans pathos, mais c'est d'une grande grâce. Je crois que c'est un livre vraiment, pour l'auteur, qui signe son accomplissement et sa rareté de poète. Voilà, je le conseille à tous les lecteurs. Il est facile d'accès, et on nous prend par la main, on nous conte cette histoire au creux de l'oreille, et je peux vous dire qu'on en sort extrêmement enrichi. Eh bien, chers et nombreux lecteurs qui nous écoutez, je vous dis au revoir. J'espère que vous allez vous précipiter sur ce livre qui est important dans la rentrée, qui est inoubliable, et j'espère en plus avoir la joie, assez régulièrement, de vous reparler dans cet espace qui me paraît être un espace formidable pour nous mettre en relation au-delà de ma librairie.


«Ca se passe à l'île Maurice pendant la guerre. On est avec un vieil homme qui se souvient de son enfance. C'est un Mauricien plutôt pauvre, il a perdu ses frères emportés par une pluie pendant un cyclone. Es quittent cet endroit, son père devient gardien d'un camp de réfugiés juifs et l'enfant se lie d'amitié avec un petit garçon du camp. Sur le coup, il ne comprend pas bien mais peu à peu son univers jusque- là très restreint s'élargit. Nathacha Appanah fait parfaitement ressentir ce que vit l'enfant, avec une belle écriture, mais elle n'en fait pas trop. Les mots sont simples, les phrases sont exactement celles qu'il faut, entre récit et poésie.»

Vu sur le Le Nouvel Observateur du 23 août 2007


  • Le courrier des auteurs : 26/09/2007

... Mon premier souvenir, ce n'est pas tellement la librairie, c'est la bibliothèque, où je me souviens que je terminais des livres avant même de les enregistrer sur ma carte. Quand je grandissais, il n'y avait pas beaucoup de librairies là où j'étais. La première fois que j'ai été dans une librairie, j'ai fait la même chose qu'en une bibliothèque, c'est-à-dire que j'ai commencé à lire un livre, appuyée sur le rayon, et on m'a sévèrement, je me souviens, rappelée à l'ordre. Ça, ça m'est toujours resté. À chaque fois que je rentre dans une librairie, j'ai une petite appréhension, comme ça, quand je feuillette des livres, pour savoir si on va me rappeler à l'ordre ou pas, mais heureusement, on ne le fait pas, et je sais qu'il y a des librairies où on peut prendre son temps et lire des passages, feuilleter, changer d'avis, revenir, et c'est ça qui me plaît dans les librairies. C'est que quand on rentre, en tout cas dans mon cas, sauf quand j'ai quelque chose de très précis à acheter, mais la plupart du temps, je ne sais pas ce que je vais acheter, et tout dépend de mon humeur, ou de mes envies de lecture, ou de ce que je n'ai pas envie de voir. Je lis rarement les quatrièmes de couverture ; je lis en général la première page, j'essaie de voir si j'ai un ton qui s'émerge de tout ça, et je prends mon temps, et je me balade. Je ne dois pas être une très bonne cliente, je finis par acheter certainement, mais je passe énormément de temps. Il m'est arrivé dans les librairies d'être suivie, mais ça, ce sont des petites anecdotes. Voilà, je voulais vous remercier de m'avoir écoutée, et je vous dis plein de bonnes choses.


Marie-Rose Guarnieri


Nathacha Appanah - 14/09/2007


Nathacha Appanah - 14/09/2007


  • Les présentations des éditeurs : 08/07/2007

Lorsque David lui apparaît en rêve, Raj se retrouve projeté dans son enfance : les champs de canne, un père à la violence prévisible, la tendresse maternelle, les jeux près de la rivière avec ses frères, le soleil brûlant, les pluies diluviennes. Un bonheur précaire balayé par un cyclone, et l'installation de la famille près de la prison où vivent de mystérieux réfugiés.
Le 26 décembre 1940, l'Atlantic accoste à Port-Louis avec, à bord, quelque 1500 Juifs, refoulés de Palestine et déportés à l'île Maurice, alors colonie britannique. À cette époque Raj ignore tout du monde et des tragédies qui s'y déroulent.
Au soir de sa vie, il est rattrapé par le souvenir de ces événements qui l'ont marqué au fer rouge. Et par la honte d'être un homme.

Nathacha Appanah est née en 1973 à Mahébourg (île Maurice). Elle vit à Paris et travaille pour une ONG.

En trois romans parus chez Gallimard - Les Rochers de Poudre d'Or (2003, prix RFO 2003) ; Blue Bay Palace (2004, grand prix littéraire des océans Indien et Pacifique) ; La Noce d'Anna (2005, prix grand public du Salon du livre) -Nathacha Appanah a imposé une oeuvre puissante, proche d'Arundhati Roy et de J. M. Coetzee.



  • La revue de presse Marine Landrot - Télérama du 26 septembre 2007

Elle montre comment le dérapage à grande échelle d'un monde en proie à l'horreur entraîne une succession de dérapages individuels, de petites erreurs de jugement, de méprises sur soi-même, particulièrement dans le cerveau en ébullition d'un enfant sans défense...
C'est cette mémoire à double tranchant que creuse Natacha Appanah, au fil d'un récit profond et léger comme une comptine, ritournelle de souvenirs pétris de honte qui trotte longtemps dans la tête.


  • La revue de presse Valérie Marin La Meslée - Le Point du 13 septembre 2007

L'histoire, bouleversante, est inspirée par l'Histoire : en 1940, des juifs venus de toute l'Europe fuient le nazisme mais, à leur arrivée en Palestine, sont refoulés par les Britanniques et déportés à l'île Maurice. Certains d'entre eux ne survivront pas à leur exil...
Une narration tout en sensibilité qui a valu à la talentueuse Nathacha Appanah, auteur des «Rochers de poudre d'or», de «Blue Bay Palace», dont on avait salué ici le précédent roman «La noce d'Anna», de recevoir le prix du Roman de la Fnac pour son quatrième livre.


  • La revue de presse Marianne Payot - L'Express du 13 septembre 2007

Le tour de force de Nathacha Appanah réside dans la justesse de ton de son narrateur, Raj, un vieil homme de 70 ans qui se souvient de ses 9 ans. «Une vie de boue et de cendres» scandée par les cyclones et les malheurs : le père, déraciné, abruti de travail et d'alcool, qui cogne sur les siens, les deux frères tant aimés qui disparaissent le même jour, la fuite de la famille loin des champs de canne... Le père se retrouve gardien d'une drôle de prison de Blancs «pâles et chétifs». Parmi eux, le petit David. Raj s'enflamme pour l'orphelin aux boucles d'or. Une belle amitié naît. Deux enfances terrifiantes s'unissent. Le lecteur est sous le choc, ébloui par la pureté de la phrase, la tenue du récit, la violence des sentiments.


  • La revue de presse Xavier Houssin - Le Monde du 7 septembre 2007

La nature enveloppe leur fuite. Camphriers et banians. Forêts touffues, cours d'eau bruyants. Chez Nathacha Appanah, le paysage n'est pas décor. Il se fait l'écho permanent des sentiments. Messager d'indicible quand l'émotion étouffe. Cela donne à son écriture une capacité d'évocation du vulnérable et du fragile que l'on trouve peu dans la littérature récente. On vibre doucement, en osmose, malgré la distance et la géographie...
Tout était enfoui. Tout remonte par vagues. Anil et Vinod, les deux frères engloutis. La violence déchaînée du père, gardien dans la prison où sont parqués les parias. La mère si simplement aimante. La voix de David, chantant en yiddish dans la forêt. Fraternité des rires. Etrangeté des larmes. Chaque mot, en effleure, nous touche davantage. Nathacha Appanah dit avec une infinie pudeur le remords, le chagrin, la vie qui recommence, les temps qui se rejoignent. C'est un autre voyage.


  • Les courts extraits de livres : 08/07/2007

J'ai revu David hier. J'étais dans mon lit, j'avais l'esprit vide, le corps léger, juste une douce pesanteur là, entre les yeux. Je ne sais pourquoi j'ai tourné la tête vers la porte, David n'avait pas fait de bruit pourtant, non il n'avait pas fait de bruit, ce n'était pas comme avant quand il marchait et courait un peu de guingois, et je m'étonnais toujours que son corps maigre, ses jambes et ses bras longs et fins comme les roseaux qui poussent au bord des rivières, son visage perdu dans ses cheveux doux et aériens telle l'écume des vagues, je m'étonnais toujours que tout ça, cet ensemble de choses petites et douces et inoffensives, fasse autant de bruit sur le sol quand David marchait.
David était appuyé contre le chambranle. Il était grand, ça m'a étonné. Il portait une de ces chemises de lin qui, même de loin, font envie par leur douceur et leur légèreté. Il avait pris une pose nonchalante, les pieds légèrement croisés, les mains dans les poches. Une sorte de lueur tombait sur une partie de ses cheveux et ses boucles brillaient. Je l'ai senti heureux de me voir, après toutes ces années. Il m'a souri.
C'est peut-être à ce moment-là que j'ai compris que je rêvais. Je ne sais d'où ça vient, ce sursaut du conscient, je me demande pourquoi, parfois, le réel surgit dans le songe. Cette fois-là, ce sentiment diffus m'a été très désagréable et j'ai lutté pour me persuader que David était bien là, qu'il attendait simplement et patiemment que je me réveille. Je me suis dit, tiens je vais le taquiner, lui dire quelque chose comme tu fais le beau, tu fais l'acteur, mais je n'ai pas pu sortir un son. Avec des efforts surhumains, j'ouvrais grand la mâchoire, j'essayais, j'essayais mais en vain, ma gorge se desséchait, c'est incroyable comme cette impression était réelle, l'air rentrait par goulées dans ma bouche grande ouverte et asséchait tout à l'intérieur. J'ai senti à ce moment que j'allais me réveiller et j'ai pensé que si je me tenais tranquille, le rêve durerait. Je suis donc resté dans mon lit, j'ai refermé la bouche, j'ai continué à regarder vers la porte mais je n'ai pu arrêter la tristesse qui est montée de mon coeur.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia