Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Les normales saisonnières

Couverture du livre Les normales saisonnières

Auteur : Pierre Pelot

Date de saisie : 06/09/2005

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Ed. Héloïse d'Ormesson, Paris, France

Prix : 19.00 €

ISBN : 978-2-35087-061-8

GENCOD : 9782350870618

Sorti le : 06/09/2005

  • Le courrier des auteurs : 26/09/2007

... Les vraies librairies où il y a de vrais libraires, c'est quand même un bel endroit. Pousser la porte d'une librairie, c'est entrer chez des centaines voire des milliers d'amis, donc c'est quand même une grande chose. Les libraires eux-mêmes, qui sont les amis des amis et qui sont les premières chevilles qui vont sceller le destin, on va dire, d'un livre et de son lecteur possible, ça, c'est... Moi, j'ai une grande admiration, je peux le dire, oui, pour les libraires, et je me sens très très bien dans les librairies qui, bien entendu, devraient avoir plus de portes. Et donc si les libraires n'existaient, alors qu'est-ce qu'on deviendrait, et qu'est-ce que les livres deviendraient ? Ça ne suffit pas, les grandes surfaces. Je ne crois pas en tout cas. En grandes surfaces, les livres, c'est des objets, un peu comme n'importe quel autre objet. Leur place, c'est quand même vraiment les librairies, en compagnie donc des libraires qui les guident et qui les dirigent, je pense. Au revoir, et au revoir à travers les livres, parce que ce n'est qu'un au revoir, bien évidemment. Et se revoir à travers les livres, c'est encore là de toute façon le principal. «Au revoir», c'est un beau mot, c'est une belle expression. Au revoir aux libraires, aux librairies et aux lecteurs bien entendu.


Pierre Pelot - 13/09/2007


  • Les présentations des éditeurs : 11/07/2007

C'est vrai qu'il se passe quelquefois des choses insensées et qu'on ne comprend pas. Des choses en dehors des rails, a coté de la normale, au-dessus, en dessous... De la neige en juillet, ça c'est vu. Des presque canicules en janvier. Comme un grand bordel dans les normales saisonnières.

Pont-Croix, petite ville bretonne des environs de Douarnenez. Datier y est venu hors saison se promener le long de la côte, plus particulièrement entre la Pointe du Van et celle du Raz. Un homme paisible, en apparence. Mais avec une arme au fond de son sac, il risque de mettre le feu aux poudres.

Itinéraire énigmatique d'un chasseur ? Tempête sous un crâne ? Expert en scénarios implacables, Pierre Pelot aime à brouiller les pistes. Dans un climat de vrai faux roman criminel, il dose le suspense et défie le rationnel. Ses Normales saisonnières repoussent les limites de l'écriture pour sonder l'inconscient au plus près.

Né en 1945, Pierre Pelot a signé plus d'une centaine de livres, du polar à la SF en passant par la BD. Il est l'auteur notamment de L'Été en pente douce, Natural Killer, C'est ainsi que les hommes vivent, Méchamment dimanche et de L'Ombre des voyageuses.



  • La revue de presse Michel Abescat - Télérama du 7 novembre 2007

On dira, en premier lieu, l'essentielle étrangeté de ce très beau roman, l'un des plus réussis de cet automne, son mystère immobile à la Patricia Highsmith, la qualité de sa langue, d'une blancheur incandescente. Pierre Pelot joue sur le ralenti, la finesse des détails, un sens machiavélique de la construction pour installer une atmosphère de menace étouffée, où rien n'est jamais sûr, sauf le drame qui peut surgir à tout instant.


  • La revue de presse Frédérique Roussel - Libération du 27 septembre 2007

Pierre Pelot a parfaitement réussi à jouer l'économie. Il regarde son personnage d'un oeil clinique, tenant le couvercle à deux mains pour ne laisser passer que le nécessaire. Son personnage, qui n'exprime rien, poursuit un but, mais lequel ? Entre les déambulations dans le paysage breton, l'auteur a inséré un dialogue en flash-back qui explique petit à petit le moment présent. L'échange s'établit de manière polie et familière -deux amis qui semblent se retrouver après de longues années- puis grimpe en agressivité au fur et à mesure du roman. Cochise demeure impénétrable, voire insensible. Sauf quand un de ses rares souvenirs perce le cuir. Une histoire d'amour à mort. La réminiscence d'une étreinte brûlante dans une forêt où tombe la neige sans cesse. Et où «c'était l'été dans un soleil brûlant derrière le ciel de brume et les milliards de flocons dansants». Encore une dérogation notable aux normales saisonnières.


  • La revue de presse Olivier Delcroix - Le Figaro du 13 septembre 2007

Surprise : Pierre Pelot, le romancier vosgien, signe un court roman maritime, battu par les embruns bretons. Une réussite...
Stupeur. Incompréhension. Une intrigue en percute une autre. Une étincelle de sensualité embrase violemment la suite du récit. Et l'on comprend que Pierre Pelot, tel un marionnettiste facétieux, s'est follement amusé à tirer les fils narratifs de cette série d'histoires entrelacées comme les mailles d'un filet de terre-neuvas. Compte tenu des normales saisonnières, la pêche de Pelot aura été miraculeuse.


  • La revue de presse Josyane Savigneau - Le Monde du 7 septembre 2007

Pour en finir avec cet été bien au-dessous des normales saisonnières, rien de tel qu'un roman à l'anormale étrangeté...
On ne sera pas déçu. Jusqu'à la dernière ligne, et même après avoir refermé le livre, tout demeure énigmatique. On est tantôt du côté de Corto Maltese - il est parfois question, allusivement, de dessins et de BD -, tantôt dans l'immobilité angoissante de Highsmith, où l'on pressent le drame, sans savoir quand l'événement va se produire...
A la toute fin, si l'on se reporte au début, on peut peut-être prendre l'hypothèse qu'on vient de lire simplement un récit dans le récit, une tempête sous un crâne, un livre ou un scénario écrit dans sa chambre, et pas nécessairement en Bretagne, par le héros, Cochise Datier, dont on sait qu'il est un écrivain et un scénariste, auquel on reproche volontiers ses "scénarios à deux balles". Mais rien n'est sûr et on s'en moque, ce livre n'est pas un rébus qu'il faudrait décrypter, c'est une très belle dérive, un mystère breton.


  • Les courts extraits de livres : 11/07/2007

LA GAMINE AUX YEUX LUISANT DE LARMES posa Sa main ouverte sur le combiné et cria au garçon : -Vas-y ! Appelle-le ! Dépêche-toi ! Puis retira sa main :
- Allô ? Oui, Fabi est parti le chercher, je sais pas où il est, il était dehors, dans le jardin, tout à l'heure... Tu reviens quand ?

Couché sur le lit défait il regardait le plafond.
Le soleil de cette dernière semaine d'août n'empêchait pas une certaine fraîcheur, apparue dès le milieu du mois. Des barres de lumière horizontales traversaient la chambre de part en part, glissant par les fentes des volets fermés. À l'évidence le lit n'avait pas été refait depuis un moment, les draps froissés tirés sur un côté découvrant une partie du matelas, l'oreiller au sol et la couverture repoussée au pied.
La cendre de la cigarette tomba quand ses doigts frémirent et il écrasa le mégot dans le couvercle métallique trop plein qui faisait office de cendrier. Le geste mit à mal l'équilibre du couvercle sur les draps entortillés, un peu des cendres se renversèrent.
Des vêtements étaient éparpillés sur la moquette, des cannettes de bière, plusieurs bouteilles de whisky et autant de Tequila Gold, avec en vrac, à portée de main à la tête du lit, les boîtes et flacons de tranquillisants. De plusieurs sortes. La carabine posée sur le lit, à côté de lui, canon vers le haut. Une réplique 22 de Winchester.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia