Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La chaussure sur le toit

Couverture du livre La chaussure sur le toit

Auteur : Vincent Delecroix

Date de saisie : 27/02/2015

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Gallimard, Paris, France

Collection : Blanche

Prix : 17.00 €

ISBN : 978-2-07-078155-3

GENCOD : 9782070781553

Sorti le : 30/08/2007

En l'espace de quelques courts chapitres, suffisamment indépendants les uns des autres pour faire penser à des nouvelles, l'auteur fabrique une véritable galerie de personnages tous à la fois très différents et attachants, ayant pour particularité de fréquenter le même immeuble. Point commun rassemblant les chapitres les uns aux autres, et centre du roman, une chaussure mystérieusement abandonnée sur le toit de l'immeuble d'en face... Objet atypique au vu de l'endroit et de sa solitude (car il n'y a bel et bien qu'une seule chaussure !), que chacun des personnages peut observer...
C'est donc une multitude d'histoires qui naissent pour expliquer sa présence à cet endroit...
L'imbrication des histoires les unes dans les autres donne un relief tout particulier à l'ensemble du livre, et permet à l'auteur d'user de divers styles d'écritures. Très bon roman.


Françoise Hallépée - 29/11/07


Vincent Delecroix - 02/10/2007


  • Les présentations des éditeurs : 30/07/2007

Au centre du roman, une chaussure abandonnée sur un toit parisien. Tous les personnages du livre fréquentent le même immeuble, à proximité des rails de la gare du Nord. On rencontrera un enfant rêveur, un cambrioleur amoureux, trois malfrats déjantés, un unijambiste, un présentateur vedette de la télévision soudain foudroyé par l'évidence de sa propre médiocrité, un chien mélancolique, un immigré sans papiers, une vieille excentrique, un artiste (très) contemporain, un narrateur au bord du suicide... et une chaussure pleine de ressources romanesques.
L'imbrication des histoires les unes dans les autres à l'intérieur du roman permet à Vincent Delecroix d'aborder des registres très différents, du délire philosophique à la complainte élégiaque en passant par la satire de moeurs et par la peinture drolatique de la solitude - thème de prédilection de l'auteur.

Vincent Delecroix est né en 1969. Il vit et enseigne la philosophie à Paris. Il a déjà publié deux romans aux Éditions Gallimard, À la porte (collection blanche, 2004) et Ce qui est perdu (collection blanche, 2006).



  • La revue de presse Romain Goupil - Le Nouvel Observateur du 22 novembre 2007

D'une nouvelle à une autre, les possibilités tragiques ou hilarantes s'entremêlent. D'un conte pour enfants en sinistre délire philosophique, d'une tentative de suicide, d'un pompier sans grande échelle, des remarques d'un chat... tout est épatant...
Bref, j'ai adoré ce livre, la mise en abîme permanente, la dérision, le côté obsessionnel, que dis-je, qu'écris-je... obsessionnellicissime !


  • La revue de presse Christine Ferniot - Télérama du 21 novembre 2007

Aussi brillant soit-il, La Chaussure sur le toit ne se résume pourtant pas à un exercice de style où tous les registres littéraires - satire, élégie, rhétorique... - seraient inventoriés. Derrière l'humour et la pirouette stylistique, Vincent Delecroix réunit des solitudes. Ses récits éclatés ressemblent à toutes ces fenêtres allumées sur des vies pleines de promesses qui s'achèvent en gesticulations inutiles : elles n'ont jamais trouvé chaussure à leur pied.


  • La revue de presse Olivier Delcroix - Le Figaro du 27 septembre 2007

Dans le livre, chaque personnage donne sa version de la découverte puis de la confrontation avec ladite chaussure. Qu'il s'agisse d'une petite fille rêveuse, d'un braqueur qui agonise lentement, d'un présentateur de télévision soudain foudroyé par un accès de lucidité, d'un chien mélancolique, d'un cambrioleur amoureux ou d'un artiste conceptuel, tous les protagonistes du roman évoluent dans le même immeuble, à proximité de la gare du Nord. Outre la chaussure, une même solitude les unit. Certains y échapperont. D'autres pas...
Finalement, l'inspiration de l'auteur s'apparente à un passe-lacet. Elle relie la solitude de tous ses protagonistes, trous après trous, pour mieux la métamorphoser en littérature... Le résultat est là. Delecroix signe un roman comme un cadeau. Il ne reste plus qu'à y ajouter un joli noeud.


  • La revue de presse Dominique Fernandez - Le Nouvel Observateur du 13 septembre 2007

Avec «la Chaussure sur le toit», le romancier-philosophe signe une satire mordante du pédantisme contemporain. Attachez vos lacets !...
Une dizaine de séquences, d'une virtuosité ébouriffante; et encore, à les résumer ainsi, tout le sel s'en évapore, car l'auteur possède l'art de changer sa voix selon le personnage auquel il la prête, de varier le ton, la couleur de ses monologues, et, mieux encore, d'entrecroiser ceux-ci en un tissu serré de correspondances à donner le tournis...
Ces pages sentent le conte de fées, l'école buissonnière, le jeu de société. Il y a du Giraudoux dans la nonchalance et la souplesse de ce style qui mêle les registres, accumule les surprises. La chaussure reste coincée sur le toit, mais pas cette prose ailée, bondissante.


  • Les courts extraits de livres : 29/09/2007

La vérité sort-elle de la bouche des enfants ?

J'ai un doute, tout de même. Il faut que je raconte ça rapidement (après quoi, je retourne me coucher).
Tout à l'heure, vers trois heures du matin, j'étais pro­fondément endormi. Enfin, peut-être pas si profondément, parce que j'étais en train de faire un rêve, quelque chose de pas très agréable, qui avait rapport avec mon patron, une vente que j'avais ratée, une grosse commande, le client était le voisin du dessous, celui qui se passionne pour les insectes, j'avais égaré des papiers, je ne sais plus très bien, je cherchais, je cherchais, je tombais sur des tas de papiers qui n'avaient rien à voir - et lui qui me harcelait. (Mais ça, ce n'est pas un rêve : même dans la réalité, il me harcèle.) Toujours est-il que j'étais endormi, quand, au milieu de mes papiers, j'ai entendu un appel qui m'a réveillé. Papa, papa. C'était la petite. Je me suis dit : elle a encore dû faire un cauchemar (pas du même genre que le mien, je suppose, mais avec une sorte de monstre à peu près équivalent dedans), elle va se rendormir. Elle fait beaucoup de cauchemars, en ce moment, on ne sait pas pourquoi. J'ai attendu un moment, mais elle continuait à appeler. L'idée de devoir me lever en pleine nuit ne m'enchantait pas trop. Je me suis tourné vers Catherine, un peu par lâcheté, il faut bien l'avouer, mais elle dormait profondément - et puis c'est moi que la petite appelait. De toute façon, j'étais réveillé. Alors je suis sorti du lit, j'ai enfilé mon peignoir, et je suis allé la trouver dans sa chambre, tout en me disant : demain, je me lève à six heures pour le boulot, il faudrait que je dorme.
Quand je me suis approché, elle m'a entendu. Avec ce parquet, impossible de remuer un doigt de pied sans réveiller tout l'immeuble - c'est pour ça que le type du dessus, avec son chien, il commence à m'agacer sérieusement : il a le même parquet que nous et on entend sans arrêt les griffes du chien qui frottent, ça m'énerve.
Je suis entré discrètement, pour ne pas réveiller son frère, et j'ai vu qu'elle était debout, dans son pyjama, contre la fenêtre. Je lui ai chuchoté en bâillant : qu'est-ce qu'il y a, ma puce ? Qu'est-ce que tu fais ? Il faut vite te remettre au lit, tu as école demain (et papa a du boulot, avec un chef pas commode). Mais elle ne bougeait pas. Je la voyais dans le clair-obscur de la fenêtre (on ne tire pas les rideaux, elle a peur du noir complet - c'est compréhensible à son âge). Je me suis approché sur la pointe des pieds : tu as encore fait un cauchemar ? Elle a fait non de la tête, sans bouger. Qu'est-ce qu'il y a, alors ? Tu sais, il faut que papa se repose, il a une grosse journée demain (une journée comme d'habitude, quoi). Mais elle ne bougeait toujours pas.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia