Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Paris, musée du XXIe siècle : le dixième arrondissement

Couverture du livre Paris, musée du XXIe siècle : le dixième arrondissement

Auteur : Thomas Clerc

Date de saisie : 23/08/2007

Genre : Urbanisme

Editeur : Gallimard, Paris, France

Collection : L'Arbalète

Prix : 18.50 €

ISBN : 978-2-07-078485-1

GENCOD : 9782070784851

Sorti le : 23/08/2007

Thomas Clerc - 01/10/2007


  • Les présentations des éditeurs : 26/08/2007

Le 10e arrondissement compte 155 rues, places, quais, squares, cités, avenues, jardins, boulevards, impasses et passages que j'ai décidé d'arpenter méthodiquement.
Comme le titre Maris, musée du XXIe siècle l'indique, j'offrirai à terme, en commençant par l'arrondissement où je vis, une description générale de la ville. La muséification de Paris n'est pas étrangère à mon propos, mais l'oeil en marche découvre tant de pièces insoupçonnées que la ville, par le jeu d'une exposition, rescintille. Les perles ne sont pas le tout du collier, c'est aussi le fil qui les tient.
Un système de positionnement global étant nécessaire à la documentation des rues, j'ai adopté, après celle où j'habite, l'ordre alphabétique, et j'ai placé quelques bornes pour que le lecteur puisse, à son tour, entrer dehors.



  • La revue de presse Patrick Kéchichian - Le Monde du 24 aout 2007

Le livre de Thomas Clerc, tient à la fois de la confession, du rêve, de l'étude ethnographique, politique, économique et, bien sûr, historique et prospective. Un index permet de suivre chacune de ces pistes, s'il nous prenait l'idée d'en isoler une. Il y a aussi des sentences : "L'abondance des quartiers populaires se distingue de l'opulence des quartiers riches." Ou : "Les rues piétonnes sont bêtes comme leurs pieds. "Le contemplatif voit le détail, le mélancolique l'ensemble", note Clerc. Mais il arrive parfois au contemplatif d'être submergé par la mélancolie, lorsque son regard s'attarde sur tel détail, tel lieu disparu devenu souvenir...


  • Les courts extraits de livres : 29/09/2007

Je pars de la RUE DU FAUBOURG-SAINT-MARTIN (1 885 x 20 m), mon centre de gravité. Sur la façade du I, apparaît en lettres de métal centre de santé. Un travelling arrière, et le voilà métamorphosé en «marchand de vêtements pour enfants». Comme un néon sur les murs d'une galerie, les mots brillent dans le vide, coupés de leur référence. Contact : j'accoste un client qui sort du magasin. Il n'a rien remarqué de spécial. Piège : si un laboratoire d'analyses médicales dépose le bilan, ses résultats sont-ils encore fiables ? Le négatif devient vice versa. Configuration : j'observe sous sa protection l'élégante porte Saint-Martin qui, elle, n'est pas un leurre, mais une arche à 3 branches sur socle. Monument mineur, elle n'est guettée par aucun effet d'usure. La nuit, éclairée par des projec­teurs, elle accède même à la beauté du second rôle. Le bas-relief a fixé les personnages historiques en spectateurs impuissants ; face à la mobilité incessante des piétons et voitures anonymes, les héros louis-quatorziens n'intéressent personne, comme s'ils avaient été floués par la gloire. Théorie : l'ennui dégagé par les monuments vient de leur caractère universel, qui les ancre dans un lieu définitif et les fige pour l'éternité dans le statut de «grande chose». Bien qu'il y ait des gens ennuyeux comme des monuments, la face humaine me paraît toujours plus riche de sens et d'affect que les «vieilles pierres». Les monuments sont des volcans éteints. Cet ennui ne se dissipe que par la grâce d'une représentation, film ou photo, qui ranime les masses de la ville endormie, et transforme les fictions en documentaires. Rebaptême : la porte Saint-Martin, ma colonne d'Hercule. Méthode : je prends le trottoir de droite pour monter vers Stalingrad, je prendrai celui de gauche pour redescendre. Au 3, l'inscription «À LA PORTE SAINT-MARTIN» orne un mascaron inachevé. Dans un quartier noble, on aurait fini les travaux d'embellissement, je les poursuis et m'intronise redresseur de torts des arrondissements. Synesthésie : le flot automobile définit l'ambiance visuelle, sonore et olfactive du faubourg. 2 voitures à peine peuvent tenir sur la chaussée, restreinte par un couloir de bus. Dès les premiers pas, le règne des grossistes du textile s'affirme avec brutalité. L'art des marques et des logogrammes, le branding, fait fureur dans la rue capitaliste : les noms - Yony Boy, Halogène, Kids Star - parfois pimentés par un calembour (Mot le ton), vantent le style profane de leur fonds de commerce. Comme les mauvais livres se signalent d'eux-mêmes par leurs titres, la marchandise impersonnelle éclate au grand jour. Le nom Jeudi après-midi, seul, ajoute quelque épaisseur à l'enfance du vêtement. Numérophilie : les 3 bus de la rue (38 + 39 + 47), additionnés, donnent 124. Au 5, un magasin ose se présenter au public dépourvu de nom, son propriétaire ne s'est même pas donné la peine de baptiser un commerce qu'il envisage comme pur moyen de parvenir. Les marchandises exposées en vrac, des vestons pour enfants, s'appellent implicitement camelote anonyme. Branding : la rue est pleine d'oeuvres signées, les maisons font l'apologie du nom propre, H&M, Nike, Apple, etc., mais ici ce sont des marques toc, des petits-maîtres dont la renommée n'est parvenue jusqu'à personne. Dans son No Logo, Naomi Klein condamne le désir d'arborer des marques ; pour un établissement comme pour un homme, ne pas porter de nom est pourtant une déchéance.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia