Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La baie d'Alger

Couverture du livre La baie d'Alger

Auteur : Louis Gardel

Date de saisie : 23/08/2007

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Seuil, Paris, France

Collection : Cadre rouge

Prix : 18.00 €

ISBN : 978-2-02-034889-8

GENCOD : 9782020348898

Sorti le : 23/08/2007

... Aujourd'hui, j'ai décidé de vous parler de Louis Gardel et de son dernier livre : La baie d'Alger, paru au Seuil. Pourquoi ce livre ? D'abord parce que c'est un livre qui m'a profondément touché à la lecture dans la mesure où Louis Gardel qui est un monsieur un peu plus âgé que moi a vécu la décolonisation de l'Algérie et l'abandon, si j'ose dire, de la France en Algérie au début des années soixante, avec toutes les douleurs que ça présuppose, et que cela fait écho en moi à des situations familiales connues, à de grands souvenirs de joutes diverses et variées dans ma famille. Là, il n'y a pas d'emphase, il n'y a pas de grandes envolées. Il y a simplement une réalité, et je pense que les gens qui vivaient en Algérie à cette époque-là ont vécu cette réalité, avec beaucoup de douleur, et c'est très bien dit, avec parfois sans doute beaucoup moins de pudeur, avec beaucoup plus de sentiment d'être écorché par les situations douloureuses qu'ils ont eues à traverser. Et le narrateur est un adolescent de quinze ans, qui comprend bien et intuitivement que la chose n'est plus possible. Toute la force du livre, c'est que, à partir du début et jusqu'à la fin, la démonstration s'affirme évidemment que quelque soit le bord où on est dans cette situation-là, cela ne peut pas être une situation qui est faite pour durer. La présence de la France en Algérie est condamnée depuis le début du récit, et elle est condamnée dans les faits tout au long de l'histoire qui dure sept ou huit ans. Le narrateur a une grand-mère qui a des amis, une couturière, un couturier, des serviteurs, des copains de son âge. Tous les échanges et tout ce qui se passe dans cet ouvrage amènent à la conclusion que l'inéluctable, ça sera l'indépendance de l'Algérie, ça sera l'abandon de la France en Algérie. Je trouve ce livre particulièrement évocateur et très intéressant pour des gens qui ont pu avoir à vivre cette période d'une part, pour en avoir entendu parler, et deuxièmement, je trouve que c'est un style particulièrement intéressant parce que d'une simplicité élémentaire et d'une émotion très grande. Eh bien, je vous recommande la lecture de ce livre, vous allez passer un bon moment...


Philippe Authier - 18/07/07


  • Les présentations des éditeurs : 30/08/2007

Le narrateur est né en Algérie quand elle était française.
Il sort de l'adolescence alors que la guerre d'indépendance commence. Un soir, devant la baie d'Alger, il est traversé par la certitude que l'univers où il a grandi est condamné à disparaître. Mais, à quinze ans, la lucidité est une vertu encombrante. Il préfère les élans de son âge. Tenter de séduire les filles. Discuter avec Solal, camarade de classe et frère d'élection. S'enflammer pour Proust grâce à un éblouissant professeur qui mène, hors du lycée, de mystérieuses activités.
Pêcher avec Bouarab sur la plage de Surcouf. Découvrir que les gens ne sont jamais ce qu'on croit qu'ils sont. Cependant, la violence des événements s'accélère. Comment résister ? Dans cet apprentissage, Zoé, sa grand-mère, l'accompagne. Généreuse, elle reste aussi proche du président Steiger, le meneur des colons, que du garçon arabe avec qui elle partage son café du matin. Elle avance, avec sa force de vie, sans gémir sur le paradis perdu.

Louis Gardel est né à Alger et vit à Paris. Il a publié huit romans au Seuil, dont Fort Saganne, La Maison du guerrier (Dar Baroud), L'Aurore des bien-aimés. Il a aussi écrit une douzaine de films pour le cinéma et la télévision.



  • La revue de presse Gilles Martin-Chauffier - Paris-Match du 25 octobre 2007

C'est l'histoire d'un adolescent qui, un soir, s'aperçoit que la vie n'est qu'un pont d'allumettes entre la naissance et la mort. Cette révélation lui saute au coeur sur le balcon de sa grand-mère d'où il observe la plus belle baie du monde, celle d'Alger...
Mais on est en 1955 et ce lycéen pressent tout à coup que la nuit va engloutir ce décor, ses amis et ses souvenirs. Cinquante ans plus tard, devenu un écrivain parisien, le jeune Algérois raconte comment son intuition a pris forme. Et cela donne un texte humain sur la guerre qui n'a jamais osé dire son nom...
Tout est perdu et, si l'on doit un jour enterrer la hache de guerre, ce sera dans la tête de l'ennemi. Mais il ne le dit pas. Il ne veut pas blesser sa grand-mère, ni démoraliser son meilleur ami qui parle de partir pour Israël. Il va se contenter de passer son bac et de s'inscrire en prépa à Paris. C'est une fin courtoise, en douceur, sans drame ni pathos. On n'est pas saisi d'horreur, ni soulevé d'indignation. On est seulement ému car, au lieu d'un héros, on voit vivre un être humain. Et on partage tout ce qu'il a envie de nous dire. C'est tellement plus efficace que les pamphlets ou les coups de poing en pleine poire


  • La revue de presse Albert Sebag - Le Point du 18 octobre 2007

Du cher Albert Cohen, il y eut «Le livre de ma mère». Désormais, grâce à Louis Gardel, il y aura «le livre de ma grand-mère», tant le portrait de son aïeule qu'il dresse dans ce nouveau récit est à plus d'un titre bouleversant et juste. On retrouve dans «La baie d'Alger» toute l'odeur de sable chaud de «Fort Saganne», qui lui apporta gloire - grand prix du roman de l'Académie française en 1980 - et succès - l'adaptation par Corneau avec Deneuve et Depardieu en 1984 fut à l'époque le plus gros budget de l'histoire du cinéma français. Mais dans cette «Baie d'Alger», on respire aussi le parfum du miel et des premières amours d'un adolescent dont la lucidité est, selon René Char, souvent «la blessure la plus rapprochée du soleil».


  • La revue de presse Jacques Nerson - Le Nouvel Observateur du 6 septembre 2007

Ici se trouve le secret du charme de ce récit. L'Algérie de Gardel est une «Cerisaie» méditerranéenne dont les personnages, comme leurs homologues russes, n'ont «pas de prise sur l'issue du drame dans lequel ils jouent», l'auteur ayant par ailleurs fait sienne la morale tchékhovienne : ne condamner personne, n'absoudre personne. Quant à son écriture, c'est le summum de l'élégance. Rien ne trahit l'effort. Tout semble facile et souple. Ni coups de gueule ni coups de cravache. Calme, docile comme un cheval bien dressé, la phrase obéit au doigt et à l'oeil aux intentions de l'écrivain. Va où il veut, comme il veut, quand il veut. L'émotion frappe d'autant plus violemment le lecteur qu'il ne la voit pas venir.


  • La revue de presse Mohammed Aïssaoui - Le Figaro du 30 aout 2007

Louis Gardel évoque une jeunesse algérienne, vécue par l'enfant d'une famille de colons juste avant «les événements», à quelques années de l'indépendance de l'Algérie. On ne sait pas par quel miracle la simplicité de la narration rend l'histoire si émouvante ; ni par quelle magie les mots deviennent parfum ; les phrases, des scènes vivantes. Sans doute, l'auteur de Fort Saganne n'en rajoute-t-il pas ; et c'est ce qui donne toute la puissance à ce roman. Il parle surtout de la «fin», ce sentiment qui fait glisser, sans prévenir, le présent vers les souvenirs : c'est la fin de l'enfance, la fin d'une époque, la fin de son pays natal. Il a cette jolie expression pour adoucir sa peine : «Pour me réconforter ou, en tout cas, tenter d'arrêter mes larmes, je me dis que la géographie résiste à l'histoire.» Même s'il devine «l'issue fatale».


  • Les courts extraits de livres : 02/02/2008

C'est fini. Je l'ai pensé avec ces mots que j'ai articulés à haute voix, comme le constat d'une chose certaine, jusqu'alors impensable et soudain évidente. C'était un soir, au début de l'année 1955, j'avais quinze ans. Je me souviens aussi que j'écoutais une musique à grands effets de cuivre, une musique brutale dont j'avais l'impression qu'elle m'emportait, réduisant mes soucis ordinaires à des enfantillages. Debout sur le balcon de ma grand-mère, je regardais la baie d'Alger. «C'est fini... L'Algérie, c'est fini.»
Quand j'étais petit, ma grand-mère, que j'appelais encore Mamie et que j'ai appelée Zoé dès qu'elle m'a appris qu'elle avait été baptisée sous ce prénom rigolo, me soulevait dans ses bras au-dessus de la balustrade en ciment :
- Regarde ! Regarde ! C'est la plus belle baie du monde ! On a de la chance !
La nuit vient. Des lumières s'allument sur le port et dans la ville. Derrière moi, dans le salon, l'électrophone Teppaz joue la symphonie de Chostakovitch qui figure au programme du concert auquel j'assisterai tout à l'heure. J'ai acheté le disque pour m'y préparer. En lisant le texte au dos de la jaquette, j'ai appris que Chostakovitch est un compositeur soviétique qui trouve son inspiration dans les bouleversements de l'histoire. Le paysage familier qui m'entoure devient, sous mes yeux, le décor d'une tragédie. Un jour, le rideau tombera, tout sera démonté. Ce que j'aime et à quoi je suis attaché ne pèse rien. Mon goût du bonheur est une connerie. La réalité, c'est la violence. «C'est fini.» Ça mettra le temps que ça mettra mais l'issue est fatale. Je contracte les muscles de mes mâchoires : un garçon ne pleure pas. Je pleure quand même.
Le phare de Cap-Matifou commence à tourner. Le rayon de clarté balaie la mer, s'éparpille vers le large, se perd, s'efface. Après cinq secondes, il reparaît. Cette giration régulière devrait m'apaiser. C'est l'inverse. Je la perçois comme le mouvement qui s'est mis en route le 1er novembre 1954 et dont je sais, debout sur le balcon de Zoé, qu'il va emporter mon pays natal. D'où me vient cette certitude ? Je l'ignore. Elle m'est entrée dans la tête sans que rien ne m'y prépare. Demain, après-demain et probablement pendant des mois et des années encore, je pourrai continuer à contempler la baie d'Alger. Près d'elle je poursuivrai ma petite existence de privilégié. J'oublierai, au jour le jour, la révélation qui vient de me frapper.
Pour me réconforter ou, en tout cas, tenter d'arrêter mes larmes, je me dis que la géographie résiste à l'histoire. La baie qui s'offre à moi s'est offerte, pendant des siècles, aux hommes qui y ont vécu, elle s'offrira à d'autres, dans les siècles futurs, quoi qu'il advienne. Cette prise de recul ne me console pas. C'est ce soir que je dois fixer dans ma mémoire ces rives où je suis né et où je ne vivrai pas. L'espoir que je puisse y demeurer quand la loi française n'y régnera plus ne me traverse pas l'esprit.
Je croise les bras sur le balcon, j'y pose la joue. Sur ma gauche, je vois les terrasses de la Casbah où, autrefois, veillaient les pirates barbaresques, où aujourd'hui les terroristes du FLN se planquent. Au-dessus, le drapeau tricolore flotte sur la citadelle ottomane. C'est devenu une caserne et aussi, je crois, une prison pour les fellaghas. Est-ce là qu'on entassait les esclaves chrétiens au temps de la course ? Cervantès, le plus fameux d'entre eux, a-t-il connu ces murs ? Plus loin, sur les hauteurs, Notre-Dame d'Afrique, grosse meringue que Zoé, ma grand-mère au goût sûr, m'a appris à trouver aussi laide que la basilique de Montmartre ou Notre-Dame-de-la-Garde à Marseille, domine un entrelacs de ravins. Des coulées de gourbis sont accrochées aux pentes, entre les figuiers de Barbarie. Quand je tourne la tête vers la droite, je distingue les bâtiments rectangulaires, les portiques et les forums de Diar el-Maçoul - la Cité de l'Espoir - que l'architecte Pouillon a construite pour faire vivre ensemble Arabes et Français. C'est une initiative de Jacques Chevallier, maire d'Alger et ministre de Mendès France. Zoé le défend quand on le traite de libéral, c'est-à-dire, dans le vocabulaire pied-noir de l'époque, de traître.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia