Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le dernier paradis de Manolo

Couverture du livre Le dernier paradis de Manolo

Auteur : Alan Warner

Traducteur : Brice Matthieussent

Date de saisie : 23/08/2007

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Bourgois, Paris, France

Collection : Littérature étrangère

Prix : 28.00 €

ISBN : 978-2-267-01931-5

GENCOD : 9782267019315

Sorti le : 23/08/2007

Cet été, j'ai découvert un roman qui m'a enchantée : Le dernier paradis de Manolo de Alan Warner. Il s'agit d'une sorte d'itinéraire d'enfant gâté, un homme de quarante ans qui, par la force des choses, est obligé de se re-dérouler sa vie. Il n'est pas très sympathique ; il est égoïste, hypocondriaque, très content de lui, vaniteux, ne s'intéresse à personne, et en déroulant sa vie, en s'interrogeant sur lui-même, il va finalement changer, une sorte de rédemption, il va s'ouvrir aux autres et devenir généreux et finalement sympathique. Effectivement, on a, à la fin, du regret de quitter cet homme-là. Tout cela est dit sur un ton très drôle. Il a beaucoup d'autodérision, il a du recul. Et j'ai surtout adoré découvrir cette ambiance de l'Espagne des années soixante-dix où on sent bien que les petites stations balnéaires sont en train d'exploser. L'urbanisme transforme tout, chasse les paysans, transforme les villes, et pour qui a passé quelques vacances l'été en Espagne, on sent bien cette ambiance-là. L'auteur donne un très bon rythme à son histoire. Finalement, la transformation de l'Espagne dans les années soixante à soixante-dix est fortement liée à la transformation de ce personnage aussi. Petit à petit, il se transforme, comme l'Espagne s'est transformée d'ailleurs. Mais il devient sympa et comme un espèce de copain d'école qui se remémore ses bons souvenirs. Cela donne lieu à des scènes très drôles et à beaucoup de légèreté à ce roman qui, finalement, est assez grave. C'est séduisant, et c'est un livre qui finalement reste. Je l'ai ressorti hier soir pour en discuter, et j'ai regardé cette couverture avec un grand sourire en disant : «Ça, c'est une bonne chose.»


Laurence Martin - 04/10/2007


  • Les présentations des éditeurs : 30/08/2007

Manolo Follana, séducteur espagnol de quarante ans, s'est aménagé une existence confortable dans sa ville natale.
Quand son médecin lui annonce qu'il est atteint d'une grave maladie, le temps s'accélère et le sursis l'incite à se pencher sur ses souvenirs. Au milieu de sa solitude mélancolique débarque Ahmed, un immigré clandestin qu'il invite à habiter chez lui et qui l'aidera à enfin s'ouvrir au monde. Ceci jusqu'au cruel coup de théâtre final où Manolo le vaniteux subira une prodigieuse métamorphose. Cette " chronique d'une mort annoncée " mêle avec un rare brio l'émotion, l'humour, le travail méticuleux d'une mémoire implacable, des anecdotes hilarantes et des évocations mélancoliques, le comique de la gaucherie adolescente et des prétentions provinciales, la profondeur humaine et la compassion.
Alan Warner est l'un des plus grands romanciers anglais actuels et ce livre est sa plus belle réussite.



  • La revue de presse Claire Devarrieux - Libération du 30 aout 2007

On a connu Warner démentiel, polyphonique, brassant avec frénésie des univers enragés et bariolés. Autour de Manolo, rien de tout cela. Il est cantonné à la petite ville dont il collectionne les guides et enregistre les mutations architecturales. Même lorsque le sang coule, la narration reste sage, posée. C'est certainement le fait d'un romancier arrivé à maturité, qui se déploie, qui se rend compte que rien ne lui résiste.


  • Les courts extraits de livres : 31/08/2007

La maladie

Ce fichu temps était bizarre, lui aussi. Le soleil, qui ne chauffait pas, diffusait seulement une éblouissante lumière argentée. Nous avions pris rendez-vous au Cena's. J'étais assis à ma table préférée de la terrasse, devant un verre d'eau gazeuse. J'avais envie d'un café, mais selon les nouvelles que devait m'apporter le docteur Tenis peut-être n'avais-je plus droit au café. C'était sans doute le coeur. J'essayais depuis des années de me mettre au décaféiné. J'essayais aussi de remplacer l'eau gazeuse par de l'eau plate depuis environ... vingt ans. Je crois que l'eau gazeuse perturbe ma digestion.
Tenis, mon médecin, qui est aussi un vieil ami, marchait d'un pas vif dans son costume clair, les mains au fond des poches de son pantalon, la tête baissée comme s'il était constamment plongé dans ses pensées. Quand il leva les yeux, il parut surpris de me voir là, comme si notre rencontre était due au hasard. Il se comportait toujours ainsi. Même gamin, il était déjà ainsi. Je me suis dit tout à coup qu'il semblait vieux : et moi, quel effet lui faisais-je donc ?
«On marche ?»
J'ai adressé un signe de tête au maître d'hôtel, et des signes de la main censés signifier que je paierais plus tard. Le maître d'hôtel a tranquillement acquiescé.
«Drôle de temps, fit Tenis.
- Oui, bizarre. Ce soleil ne dispense aucune chaleur», marmonnai-je avant de me racler la gorge.
Tenis choisit de marcher le long de la plage, près des balustrades (peintes en argent et jaune à cette époque), au-delà de la fontaine et de l'hôtel Impérial, dont mes parents furent jadis propriétaires.
Tenis s'arrêta pour que nous puissions tous deux lever les yeux vers la nouvelle et ridicule sculpture ciné­tique, un machin abstrait couvert de similirouille, financé par l'hôtel de ville. Elle avait provoqué un tollé dans le minable journal local. Cette sculpture arborait autrefois des carillons à vent que la brise marine agitait. Le bruit nocturne était si fort que les résidents des appartements situés de l'autre côté de la route nationale, munis d'une échelle et d'une scie à métaux, ôtèrent les carillons et les cachèrent afin de pouvoir dormir en paix. Nous nous arrêtâmes brièvement pour regarder la lugubre charpente allégée de cette sculpture.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia