Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. L'année de la pensée magique

Couverture du livre L'année de la pensée magique

Auteur : Joan Didion

Traducteur : Pierre Demarty

Date de saisie : 05/09/2007

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Grasset, Paris, France

Prix : 18.90 €

ISBN : 978-2-246-71251-0

GENCOD : 9782246712510

Sorti le : 05/09/2007

Pierre Demarty - 25/09/2007


  • Les présentations des éditeurs : 07/09/2007

Une soirée ordinaire, fin décembre à New York.
Joan Didion s'apprête à dîner avec son mari, l'écrivain John Gregory Dunne - quand ce dernier s'écroule sur la table de la salle à manger, victime d'une crise cardiaque foudroyante. Pendant une année entière, elle essaiera de se résoudre à la mort du compagnon de toute sa vie et de s'occuper de leur fille, plongée dans le coma à la suite d'une grave pneumonie. La souffrance, l'incompréhension, l'incrédulité, la méditation obsessionnelle autour de cet événement si commun et pourtant inconcevable : dans un récit impressionnant de sobriété et d'implacable honnêteté, Didion raconte la folie du deuil et dissèque, entre sécheresse clinique et monologue intérieur, la plus indicible expérience - et sa rédemption par la littérature.
L'année de la pensée magique a été consacré " livre de l'année 2006 " aux Etats-Unis. Best-seller encensé par la critique, déjà considéré comme un classique de la littérature sur le deuil, ce témoignage bouleversant a été couronné par le National Book Award et vient d'être adapté pour la scène à Broadway, par l'auteur elle-même, dans une mise en scène de David Hare, avec Vanessa Redgrave.

Joan Didion est l'une des figures intellectuelles les plus respectées outre-Atlantique. Née en 1934 à Sacramento, en Californie, elle entre très jeune comme rédactrice au magazine Vogue, puis devient l'une des chroniqueuses les plus pointues de la scène politique et culturelle américaine. Ses nombreux romans et essais (sur " l'esprit " des années 60 et 70, sur la Californie, le Salvador ou encore Miami) lui ont valu la reconnaissance unanime de la critique. Elle contribue aujourd'hui régulièrement aux magazines The New Yorker et The New York Review of Books.



  • La revue de presse Eric Neuhoff - Le Figaro du 4 octobre 2007

Romancière, scénariste et journaliste, Joan Didion, l'icône des intellectuels américains encensée par Bret Easton Ellis et Jay McInerney est de retour avec un récit grave, brûlant et glacial à la fois...
Joan Didion s'interroge, ne veut pas croire à l'inévitable. On ne disparaît pas comme ça, ça n'est pas possible autrement. Alors elle écrit. «Je suis écrivain depuis toujours.» Elle note tout, revient obsessionnellement sur le moindre détail, se repasse en boucle le film des événements, se récapitule les dernières paroles de son mari...
Ce tombeau pour un mari disparu est un curieux mélange d'émotion et de froideur technique. Il constitue, en creux, le portrait d'une femme, une grande intellectuelle américaine à qui sa culture n'est soudain d'aucun secours.


  • La revue de presse Marine Landrot - Télérama du 26 septembre 2007

Humble devant son chagrin, Joan Didion accepte cette paralysie des sens qu'engendre son veuvage, et ne prétend pas donner de leçon de renaissance...
Ce parcours vers l'apaisement, sinon la guérison, ne se décide pas. Son dessin est labyrinthique et noueux, à l'image de ce livre lancinant, illogique, pleurant l'impossibilité de prendre du recul, chantant le déni du temps.


  • La revue de presse Raphaëlle Rérolle - Le Monde du 14 septembre 2007

Savoir, se forcer à regarder la mort en face, même au prix de la souffrance. Parcouru de mots tels que "constat", "fait établi", ce livre de romancière est un effort pour tenir la fiction à l'écart et, pour, observe-t-elle, "clarifier l'expérience"...
D'abord dans ce que Joan Didion décrit d'elle-même, par exemple son désir ahurissant d'assister à l'autopsie de son mari (souhait qui ne se réalisera pas). Ensuite et surtout, dans la manière clinique de déplier une à une toutes les couches de douleur, de rage et d'incrédulité qui forment l'enveloppe du deuil...
A cette époque, Joan Didion affirme avoir découvert qu'elle était "crazy", folle. Mais est-ce bien de folie qu'il s'agit ? En mettant son ordre dans un drame dont elle n'était pas le maître, Joan Didion a transformé l'histoire en récit. Elle lui a donné une forme, si ce n'est un sens. Elle se l'est appropriée, lui a imprimé son regard, l'a transformée puis l'a donnée au monde - ce qui s'appelle faire oeuvre d'écrivain.


  • La revue de presse André Clavel - Lire, septembre 2007

Son récit n'est pas celui d'une défaite mais, peu à peu, celui d'une victoire contre l'insoutenable : la «pensée magique», c'est celle qui donne à l'imagination assez de force pour que l'absence ne soit plus un vide funeste, comme si l'être cher «pouvait revenir», comme s'il était toujours vivant. Ce pari, Joan Didion l'a tenu en se nourrissant des auteurs - de Thomas Mann à Gerard Manley Hopkins - qui ont le mieux parlé de la mort. Ils l'ont aidée à contempler la vie depuis les rivages de l'au-delà, au fil d'un témoignage qui est tout le contraire d'un requiem - une sorte de rédemption dans la souffrance, une catharsis au pays d'outre-tombe. Grâce à ce livre poignant, Joan Didion sort enfin de son purgatoire, pour devenir la plus précieuse des confidentes.


  • La revue de presse Claude Arnaud - Le Point du 31 aout 2007

Figure de proue de l'intelligentsia new-yorkaise des sixties, la romancière chérie des lettres américaines, Joan Didion, publie un livre bouleversant sur le deuil. Son deuil. Un style sans pareil, où même les larmes sont sèches...
«L'année de la pensée magique» appartient à cette famille de livres pétrifiants dont relevait déjà «Du fond des ténèbres», le récit que William Styron tira de sa dépression. Il raconte la chose la plus terrible qu'on puisse vivre - et on se doute bien qu'on la vivra - mais cette chose reste irracontable. On reste sans voix, devant un cadavre.


  • La revue de presse Philippe Boulet-Gercourt - Le Nouvel Observateur du 30 aout 2007

Voir son mari s'effondrer sous ses yeux, victime d'un infarctus, n'est pas quelque chose d'exceptionnel. Didion n'est pas non plus le premier écrivain à avoir raconté par le menu les mois qui suivent la mort d'un proche...
Mais son essai n'a rien d'une topographie. C'est une errance initiatique d'une humanité, d'une franchise et d'un courage exceptionnels...
Cela aurait pu ressembler à de l'écriture thérapeutique. Ou bien, comme le lui a reproché un critique, à une esthétisation littéraire et narcissique du deuil. La grande force de «l'Année de la pensée magique» est d'éviter ces deux écueils : Didion n'écrit pas pour soigner ni pour exposer, mais pour essayer de comprendre, de donner sens. Elle note des bouts d'impression, elle tente de les joindre, revient en arrière, fait un détour par tel ou tel fragment de souvenir. Elle est têtue, obstinée, même. Elle ruse parfois avec la mort et quelquefois s'effondre, abasourdie par la douleur.


  • Les courts extraits de livres : 07/10/2007

La vie change vite.
La vie change dans l'instant.
On s'apprête à dîner et la vie telle qu'on la connaît s'arrête.
La question de l'apitoiement.

Tels étaient les premiers mots que j'avais écrits après l'événement. Le document Microsoft Word («Notes sur changement.doc») est daté du «20 mai 2004, 23 h 11», mais sans doute l'ai-je simplement ouvert ce jour-là puis sauvegardé par réflexe avant de le refermer. Je n'avais apporté aucune modification à ce document, ni en mai, ni depuis que j'avais écrit ces mots en janvier 2004, un ou deux ou trois jours après les faits.
Pendant longtemps je n'ai rien écrit d'autre.
La vie change dans l'instant.
L'instant ordinaire.
A un moment, afin de me rappeler ce qui semblait le plus frappant dans ce qui était arrivé, j'ai songé à ajouter ces mots : «l'instant ordinaire». J'ai tout de suite vu qu'il serait inutile d'ajouter le mot «ordinaire», parce que de toute façon je ne l'oublierais pas : il ne quittait jamais mon esprit. C'était même le côté ordinaire de tout ce qui avait précédé l'événement qui m'empêchait de croire pour de bon qu'il avait eu lieu, de l'absorber, de le digérer, de le surmonter. Je me rends compte à présent qu'il n'y avait là rien d'étrange : confrontés à un désastre soudain, nous nous étonnons tous de la banalité des circonstances dans lesquelles l'impensable se produit, le ciel bleu limpide d'où tombe l'avion, l'innocent trajet qui se termine dans le fossé, la voiture en flammes, les balançoires où les enfants jouent comme d'habitude au moment où la vipère surgit du lierre. «Il rentrait à la maison après le travail -heureux, belle carrière, en pleine forme - et puis plus rien, disparu», ai-je lu dans le récit d'une infirmière en psychiatrie dont le mari était mort dans un accident de la route. En 1966, j'ai eu l'occasion d'interviewer de nombreuses personnes qui vivaient à Honolulu au moment de Pearl Harbor; toutes sans exception, pour me raconter ce 7 décembre 1941, commencèrent par dire que c'était «un dimanche matin comme les autres». «C'était une belle journée de septembre comme les autres», disent aujourd'hui encore les New-Yorkais à qui l'on demande de décrire le matin où le vol 11 d'American Airlines et le vol 175 de United Airlines furent précipités contre les tours du World Trade Center. Même le rapport de la Commission d'enquête sur le 11 septembre s'ouvrait par cette remarque, lourde de pressentiment mais aussi de stupéfaction : «Le mardi 11 septembre 2001 s'annonçait comme une belle journée, presque sans nuages, sur la côte Est des Etats-Unis.»
«Et puis plus rien - disparu.»


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia