Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Passage de la morte

Couverture du livre Passage de la morte

Auteur : Pierre Silvain

Date de saisie : 15/09/2007

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Escampette, Chauvigny, France

Prix : 13.00 €

ISBN : 978-2-914387-91-0

GENCOD : 9782914387910

Sorti le : 15/09/2007

  • Les présentations des éditeurs : 01/09/2007

Pierre Jean Jouve par et pour ses femmes, celles de sa vie, celles de ses livres, celles de ses fantasmes, celles qu'il a aimées, qu'il a épiées, suivies, désirées... Et toujours l'unique, l'ultime, l'inéluctable, celle qui a le visage de la mort...
C'est à une lecture intime, secrète, de l'oeuvre de Pierre Jean Jouve que nous invite Pierre Silvain qui poursuit, dans la fréquentation des plus grands, l'élaboration d'une oeuvre élégante depuis plus de quarante ans...


  • Les courts extraits de livres : 01/09/2007

À première vue, vous ne lui trouvez rien de très remarquable, son costume deux pièces est gris, la cravate d'un rouge uni, le triangle d'une pochette blanche de représentant de commerce rend plus commune encore son apparence. La main avec laquelle il se retient au rebord de la plate-forme arrière de l'autobus est fine, nerveuse, ornée d'une chevalière, et en cela se distingue des trois, des quatre mains prenant appui comme elle sur le bois poli par l'usage incessant que les secousses, virages et arrêts du lourd véhicule vert imposent aux voyageurs.
Etant l'un d'entre eux, vous avez donc tout loisir d'observer l'homme discret qui, la douceur de la matinée d'avril l'y engageant, vient de retirer son chapeau, un feutre sombre garni d'un bourdalou de gros-grain à noeud plat, à la mode de cette époque-là, le début des années 30. Dans le cuir jaune de la coiffe, peut-être découvririez-vous, incrustées, les trois lettres en métal dorées des initiales d'un nom que vous ignorez. La calvitie avancée étonne, chez un homme qui ne paraît pas avoir dépassé cinquante ans. Ce n'est pas tant la dénudation vaguement impudique que la forme non seulement ovoïde mais volumineuse du crâne, sa blancheur, son luisant, que vous ressentez comme une disgrâce ou, selon que vous soyez ce plombier en bleu avec sa sacoche ou cet autre passager porté aux supputations sans fin devant ses semblables, comme la marque du génie ou d'une tare congénitale.
Seul, au milieu de vous tous, sur la plate-forme, votre voisin semble ailleurs, l'esprit occupé de ce que vous vous damneriez sur-le-champ pour en avoir l'accès. D'autant que vous pensez que «l'isolement c'est ce que le génie mérite», ayant lu la réflexion qui vous revient à propos dans un livre d'une très profonde désolation dont vous ne savez pas qu'il en est l'auteur, cet homme au regard fixe où pourtant couve une flamme noire derrière les verres en forme de hublot des minces lunettes en écaille. Celles-ci accentuent la pâleur de craie du visage où une petite moustache en V renversé laisse dégagée la lèvre supérieure, humide d'une perpétuelle concupiscence, vous dites-vous, tandis que votre imagination, par la pente où la pousse toute une littérature à sensation de magazines à couverture théâtralement illustrée d'une scène d'assassinat crapuleux ou mondain telle que la montre la publication grand déployée dans laquelle est plongé un des autres voyageurs, vous amène à prêter le masque du monstre criminel, du pervers, du voyeur, au personnage qui décidément échappe aux catégories envisageables.
Un instant empêché d'avancer par un embarras de voitures, l'autobus repart. Peu après qu'il a dépassé sur la droite le passage d'Enfer puis la rue Campagne-Première - toujours déserte et pétrifiée sous un implacable éclairage, elle a l'air peinte par Chirico -, retentit du son de la clochette que l'homme vient d'actionner avec précipitation en tirant la poignée suspendue au-dessus de sa tête. II a déjà dégagé et replacé la chaîne qui garde la plate-forme. Le véhicule n'a pas redémarré qu'il s'éloigne d'un pas rapide. Il a remis le feutre sombre.
Il suit, entre les deux rangées de platanes, le trottoir très large à cet endroit du boulevard. Les jeunes feuilles lui font une ombre trouée d'ocelles claires sur les épaules. Le Clichy-Montrouge poursuit son trajet. Vous perdez la silhouette de vue.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia