Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Je m'appelle François

Couverture du livre Je m'appelle François

Auteur : Charles Dantzig

Date de saisie : 22/08/2007

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Grasset, Paris, France

Prix : 18.90 €

ISBN : 978-2-246-72331-8

GENCOD : 9782246723318

Sorti le : 22/08/2007

Charles Dantzig - 25/09/2007


Charles Dantzig - 25/09/2007


  • Les présentations des éditeurs : 06/09/2007

" Je m'appelle François " est peut-être la seule phrase où je n'aie jamais menti dans ma vie. Elle m'a servi de digue. Tout le monde a besoin de mentir à un moment ou l'autre. J'ai voulu être un autre moi, un moi meilleur, le monde ne l'a pas permis. "
Né prés de Tarbes, entre un père qui a déserté la maison et une mère un peu plus que volage, avec qui il aura un compte de tendresse à régler toute sa vie, François Darré apprend tôt que la vie sourit aux audacieux. Alors, ce jeune homme trop sensible sera séducteur, jouant de son physique de brun aux dents si blanches, empruntant les identités les unes derrière les autres, faisant peau neuve, conservant comme un talisman ce prénom de François. Fuir Tarbes, d'abord. Puis à Paris ensorceler une famille aristocratique crédule et riche. A Los Angeles, s'appeler François Depardieu, rouler en décapotable, pratiquer l'escroquerie d'envergure. Tenter d'aimer avant de se faire arrêter comme un malfrat, triompher de la prison par une revanche médiatique, un livre, des émissions, des compliments et des insultes, devenir le voyou qu'on voudrait recevoir chez soi. Jusqu'où ira-t-il ? Jusqu'au meurtre, vraiment ? Enfin, qu'ira-t-il faire à Dubaï, dans une mer que surplombent les gratte-ciels construits en une nuit, " le nez vers les étoiles pour oublier notre passé de boue " ?

Charles Dantzig nous donne son meilleur roman, le plus moderne, le plus émouvant aussi. Cet enfant des années 1980 a la débauche élégante des personnages de Truman Capote, frayant avec la pègre, couchant avec la bourgeoisie, lui qui n'appartient à aucun milieu. François joue et se joue de nous, dans un roman virtuose.

Charles Dantzig est l'auteur chez Grasset de deux romans, Nos vies hâtives (2001, Prix Jean Freustié, Prix Roger Nimier), Un film d'amour, et du Dictionnaire égoïste de la littérature française (2005, Prix Décembre, Grand Prix des Lectrices de Elle, Prix de l'Essai de l'Académie Française) qui fut un grand succès en librairie.



  • La revue de presse Etienne de Montety - Le Figaro du 6 septembre 2007

Qui n'a jamais été tenté de se faire passer pour quelqu'un d'autre ? Qui ne s'est jamais senti l'âme d'un usurpateur ? Un roman sur l'identité et ses métamorphoses...
Chronique caractéristique de notre temps d'imposture, Je m'appelle François décrypte en même temps qu'il raconte les mécanismes qui font d'un quidam un «people» : les médias autant que la crédulité des hommes y sont pour beaucoup. Dantzig parcourt des enseignes qui sont ou furent les jalons de bien des carrières des années 1980 et 1990 (à Paris, le Palace, le Costes et Lipp)...
Mais ce roman n'est pas une fresque. Au moyen d'une écriture dense qui circonscrit bien l'histoire d'un homme en fuite de lui-même, Charles Dantzig s'interroge d'abord sur l'identité, sa construction et ses métamorphoses, plus profondément sur la réalité : les patronymes, les cartes de visites, les titres et les fonctions, les appartenances aux cercles et autres clubs, autant d'armures pour dissimuler la vérité de soi. Ce faisant, l'écrivain pose aussi la question du romancier dont la vocation est de mystifier.


  • La revue de presse Jean-Louis Ezine - Le Nouvel Observateur du 6 septembre 2007

La duperie spectacle attendait son écrivain : nous affirmerons qu'elle la trouve. Un nous croira sans peine. Les formules sont neuves, les métaphores, craquantes, et l'écriture ne fait pas un pli, comme ces billets de banque que le sympathique voyou lisse au fer à repasser, des jours durant, pour qu'ils entrent dans la valise. Le lecteur branché sera content d'être promené entre Lipp et Castel, tandis que le non-branché, étourdi par le bruit des soucoupes et le brouhaha des affaires, sera heureux de se voir offrir un rattrapage valant au minimum un abonnement groupé de cinq ans à «Gala», «Voici» et «Vanity Fair». Il se sentira tout petit, certes, comme le touriste découvrant le Golden Gâte à San Francisco, mais affectera de n'en rien laisser paraître, histoire de rendre la monnaie de leur pièce à ces vantards qui vous assomment d'un fatal : «Je vois Demi Moore demain.»


  • Les courts extraits de livres : 07/10/2007

Une voix dans la rue

Le matin, en partant pour le lycée plus ou moins à l'heure, il ôta le verre à demi-vide de la main de sa mère endormie et releva le bras du tourne-disque qui hoquetait. On dirait que les familles sont des types. Il y a des familles où tout le monde a douze ans; des familles de goinfres; des familles où les femmes méprisent les hommes; des familles dont tous les membres ont un tic, pas nécessairement le même; des familles d'hyperboliques; des familles de lesbiennes, etc. La famille de François Darré était une famille de belles-soeurs, où les nommes étaient écartés par les divorces, la mort ou la fuite. On y vivait avec des amants trimestriels, on y parlait fort, on y buvait. La mère de François, sa belle-soeur, la belle-soeur de celle-ci et la belle-soeur de sa grand-mère, deuxième femme du grand-père maternel décédé avec laquelle la première vivait en bonne entente dans un petit appartement délabré d'une ruelle humide proche de la place Marcadieu, s'y réunissaient parfois, sans occasion particulière. Le Lillet, le muscat et la bière les rendaient bavardes, et le ton s'élevait : la grand-mère de François (mère de sa mère) gardait en toute circonstance Radio Monte Carlo branchée. À un moment ou à un autre, l'une se retirait de la criaillerie et, rêveuse, faisait tourner son verre de l'index et du majeur appuyés sur le pied, chantonnant les paroles de «C'est l'hymne à l'amour (moi l'noeud)», que le présentateur venait d'annoncer comme étant «extrait du dernier album de Jacques Dutronc, de la part de Jojo à sa Lili, on espère qu'elle ne lui fera pas ce que dit la chanson, ouf ouf ouf». Tout cela choquait François, dont la délicatesse passait pour une faiblesse, ou pire, auprès de ces femmes. Les atroces secrets des familles n'étaient pas secrets dans la sienne. Seule la bourgeoisie sait les protéger, se disait-il. Ses petits-fils y ignorent que leur grand-père a couché avec l'amant de sa fille ensuite devenu son mari, ses petits-neveux que leur grand-tante avait été entraîneuse dans un casino, les cadets de la deuxième génération les vices de leurs aînés en ligne directe. Il s'y crée la même neutralisation que dans l'aristocratie oubliant l'argent bourgeois qu'elle avait épousé jadis, et finalement cette dissimulation contribue à la moralité. Tout se savait à Tarbes de la famille Darré. Disons Darré par commodité : avec ses divorces, ses remariages et ses nouveaux divorces, elle comprenait bien plus d'un nom, la plupart bigourdans, comme celui de la mère divorcée de François qui, ayant repris son nom de jeune fille, s'appelait Abadie.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia