Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Garden-parties

Couverture du livre Garden-parties

Auteur : Alain Voline

Date de saisie : 22/08/2007

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Lattès, Paris, France

Prix : 14.00 €

ISBN : 978-2-7096-2943-0

GENCOD : 9782709629430

Sorti le : 22/08/2007

Alain Voline - 06/09/2007


Alain Voline - 06/09/2007


  • Les présentations des éditeurs : 06/09/2007

Juillet 1976. Le village de Barbizon, en bordure de la forêt de Fontainebleau, affronte la sécheresse que personne n'a senti venir. Les feux d'artifice et l'arrosage sont interdits, une mort lente guette les jardins.
Au parc des Grisards, chez le docteur Brucke qui veut fêter avec faste ses quarante ans, Dem, le nouveau jardinier, succède à beaucoup d'autres. Il ne sait pas encore qu'à l'abri des haies du parc, la montée inexorable de la température va échauffer les esprits, modifier les perceptions du monde et du temps, pousser chaque être à rencontrer son destin.
Dem, lui-même, qui connaît les humains et sait lire les signes subtils que la nature nous envoie, se retrouve bouleversé par Nelly, l'insatisfaite femme du docteur. La sagesse propose, l'amour dispose.

Alain Voline vit près de Paris, il a exercé les métiers de graphiste et de paysagiste. D'origine russe, il est le petit-fils du révolutionnaire Voline. Garden-parties est son premier roman.


  • Les courts extraits de livres : 06/09/2007

Dimanche 11 juillet 1976

Le parc des Grisards occupait 2 hectares en lisière de forêt, au sud de Barbizon. Du portail à la maison bourgeoise tapissée de lierre et de vigne vierge, je comptai 230 pas et 28 paires de marronniers d'alignement. Tout en grimpant les marches du perron de pierre, je convertis malgré les aboiements des chiens : 140 mètres d'allée principale gravillonnée plus 56 arbres taillés me vaudraient plusieurs milliers de coups de râteau le matin et plusieurs millions à l'automne.
Soucieux de ne pas relancer l'excitation des chiens en sonnant, j'attendis devant la porte vitrée que chacun eût terminé de m'annoncer. Le plus gros, un mâle bull-terrier blanc et rose, griffait le panneau de verre en exhibant la denture de sa gueule démesurée. L'autre, une femelle fox-terrier, bondissait sur le carrelage du hall.
Du point de vue du jardinier, rien n'est pire qu'un couple de ces animaux. Ils défoncent les plates-bandes, aboient et poursuivent le premier qui bouge, bornent leur territoire de giclées puantes et de crottes à vomir. Par deux, ils possèdent une raison supplémentaire de galoper avec bruit grâce à la possibilité de s'asticoter. Enfin, leur qualificatif a valeur d'euphémisme.
Mon enthousiasme douché, je reconsidérai le cas de la haie vive doublant la barrière côté rue. Poussée en hauteur, dégarnie du pied, elle avait besoin d'une coupe qui la rendrait encore plus affreuse. Ce piètre résultat immédiat me vaudrait l'incompréhension réprobatrice du docteur Brucke. Quant aux grisards, énormes peupliers hybrides qui avaient donné leur nom au parc, ils dominaient par la taille mais aussi par la multiplication de drageons le long des racines superficielles. Mon employeur n'apprécierait pas d'avoir à choisir entre l'avenir des pelouses et l'abattage de ces arbres.
Il était temps de rebrousser chemin. Je savais maintenant pourquoi on m'avait tendu les bras au téléphone. Malmené par de prétendus jardiniers, le parc faisait peur aux vrais.
Madame Brucke me coupait la retraite au bas du perron.
- Les chiens ne m'obéissent pas vraiment. Voulez-vous visiter le parc ?
Je posai ma valise en tôle ondulée d'aluminium, descendis ensuite les marches du grand escalier des Grisards sous le regard mutin d'un mannequin menu, cependant pourvu de rondeurs appétissantes pailletées de roux.
Tout était roux chez madame Brucke, sauf sa robe de coton blanc. Cheveux roux en casque, taches de rousseur, regard clair, lumineux et... roux.
- Bonjour, madame, dis-je, hypnotisé.
Arrêtés sur l'avant-dernière marche en partant du haut, mes 180 centimètres me firent tendre la main à une altitude inhabituelle, vu les circonstances et la petite taille de madame Brucke. Sandales à semelles plates et gonflant des cheveux compris, elle devait culminer à 160.
- Bonjour, monsieur Sans, répondit-elle, un brin moqueuse.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia