Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. L'autre rive

Couverture du livre L'autre rive

Auteur : Georges-Olivier Châteaureynaud

Date de saisie : 03/09/2007

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Grasset, Paris, France

Prix : 22.90 €

ISBN : 978-2-246-65301-1

GENCOD : 9782246653011

Sorti le : 03/09/2007

Georges-Olivier Châteaureynaud - 02/10/2007


  • Les présentations des éditeurs : 14/09/2007

Nous sommes à Écorcheville, sur les bords du Styx, mieux connu pour être le fleuve des morts.
Tout y est presque normal. Il pleut des salamandres, l'esclavage n'a pas été aboli, des automates permettent aux citoyens désespérés de se suicider, les fils de famille roulent à tombeau ouvert sur la corniche d'une Riviera désaffectée. Mais là comme partout ailleurs, les ambitions animent les habitants d'un univers qui pourrait être le nôtre. Dans la cité des secrets et des mensonges, hérissée de tourelles gothiques gouvernée par deux clans, Benoît Brisé rêve.
Fils adoptif élevé en solitaire, il cherche son père. Cette quête intime lui fera rencontrer l'amour, apercevoir Charon le passeur du fleuve, habiter des palais, se lier d'amitié avec un faune trop affectueux. Au terme de ce voyage à la recherche de lui-même, Benoît saura que son destin était inscrit depuis toujours. Georges-Olivier Châteaureynaud nous offre ici un roman-monde : ressemblant et tendre et tragique, qu'on arpente avec jubilation.

Né en 1947 à Paris, Georges-Olivier Châteaureynaud, nouvelliste et romancier, a publié chez Grasset, entre autres, La faculté des songes (prix Renaudot 1982), Le démon à la crécelle, et Singe savant tabassé par deux clowns (bourse Goncourt de la nouvelle 2005).



  • La revue de presse Marine de Tilly - Le Point du 5 octobre 2007

Bienvenue à Ecorcheville. Le bout du monde ; le dernier endroit où l'on puisse aller sans tomber de la Terre...
Quant à Ecorcheville, ça pourrait bien être le New York de Salinger, le Paris de Gavroche, le Londres d'Oliver Twist ou n'importe quelle mégapole, pourvu qu'elle soit furieuse, excitante, trop grande pour les adolescents solitaires. Mêlant magie et réalisme avec une facilité déconcertante, Châteaureynaud use une fois encore de cette «Faculté des songes» (prix Renaudot en 1982) qui, à grands coups d'extraordinaire, enseigne l'ordinaire.


  • La revue de presse Marine Landrot - Télérama du 3 octobre 2007

Avouez que cela ne court pas les librairies. 650 pages qui grouillent entre eau et feu comme des salamandres suractives. 650 pages follement désopilantes et imaginatives, qui se lisent avec exigence et facilité. 650 pages de roman d'apprentissage, aux côtés d'un héros dont l'innocente neutralité se transforme en fougue hors du commun, à force d'épreuves haletantes et poétiques...
D'une grande malice, Georges-Olivier Châteaureynaud chatouille les questions métaphysiques pour écouter le rire qui en sourd. Un peu comme l'incroyable personnage de Faunet, un satyre qui met ses pieds de bouc dans le plat et bouscule toutes les âmes d'Ecorcheville sur son passage. Y aura-t-il quelqu'un pour offrir ce livre à Jean-Pierre Jeunet ou à Tim Burton ?


  • La revue de presse Jean-Claude Perrier - Le Figaro du 13 septembre 2007

Au terme de quatre années de travail, Georges-Olivier Châteaureynaud a réussi son chef-d'oeuvre, qui renoue avec la veine de La Faculté des songes (prix Renaudot 1982) : une imagination débordante, une cascade de rebondissements, d'intrigues qui s'entremêlent, un humour en permanence décalé, une éblouissante maîtrise de la langue, une véritable jouissance à bâtir une fiction d'autant plus crédible qu'elle prend les apparences d'une parabole sur notre humaine condition, sur notre monde et ses travers...
Tendresse et humour sont les tonalités dominantes de ce roman, héroïque fantaisie à la française qui donne à réfléchir sans se prendre au sérieux ni moraliser.


  • Les courts extraits de livres : 18/12/2007

Le temps absout toutes les vanités. A l'époque de sa splendeur, la villa Jacaranda avait dû paraître bien prétentieuse, avec ses clochetons, ses fenêtres en ogive, et ce mini-donjon crénelé dont Benoît avait honte, à présent, après s'en être enorgueilli enfant. Cependant, à des yeux étrangers, la bâtisse hier risible n'était plus qu'attendrissante. Sa vulgarité était tombée en écailles avec la peinture des boiseries extérieures, en plaques avec l'enduit qui maquillait en pierres de taille les parpaings du prétendu donjon. Benoît avait grandi entre ces murs, mais très tôt, dès l'âge de raison, il avait eu le sentiment que ce n'était pas une vraie maison, encore moins une maison de rêve : juste un rêve de maison. Le rêve de demeure d'un parvenu, le manoir bas de gamme d'un petit-bourgeois gentilhomme.
Le portrait en pied du Bâtisseur ornait le salon écarlate, qualifié de grand salon dans les conversations courantes. Il y en avait en principe deux autres, le petit salon mauve et le petit salon bouton-d'or. Aux origines, le premier avait servi d'ouvroir à Madame, et le second de fumoir à Monsieur. Le salon mauve faisait à présent office de vulgaire débarras. Quant au salon bouton-d'or, l'actuelle maîtresse des lieux lui avait réservé un usage moins banal... Dans le grand salon tendu d'un reps soie et coton écarlate, empoussiéré et passé, il était loisible aux visiteurs d'admirer dans sa gloire le fondateur d'une dynastie bientôt tournée court. Il avait le cheveu couleur de houille grasse et le teint olivâtre comme tous les Jacaranda dont les images, en photo ou en peinture, étaient accrochées aux murs de la villa. Originaire de Lima, il avait fait fortune aux beaux jours du guano. Benoît avait souvent contemplé son effigie aux lèvres lippues et aux yeux globuleux éclairés d'une lueur de triomphe sans doute motivée par une hausse du cours de la fiente d'oiseau. Vêtu d'un pantalon pied-de-coq, d'un gilet et d'une redingote noirs, caressant d'une main potelée un gros livre posé sur une sellette de sculpteur, deux doigts de l'autre main glissés dans le gousset du gilet, l'homme respirait l'estime de soi et la paix de l'âme. Benoît ne pouvait le contempler sans se féliciter de n'être pas de son sang, de ne lui ressembler en rien. Il n'était pas un Jacaranda, et de cette chance il rendait grâce au ciel. Non sans remords, car pour l'amour de sa mère adoptive, Louise Jacaranda, il se reprochait la répulsion que lui inspirait l'ori­gine excrémentielle de la fortune familiale - d'ailleurs à présent dissipée. Ce sentiment de culpabilité n'était pourtant qu'un inconfort supplémentaire, peut-être le plus bénin de tous, puisqu'il payait le soulagement de n'être pas l'arrière-petit-fils du Péruvien malodorant. Chaque fois qu'il passait sous son portrait, Benoît reniflait d'une narine prudente. Bien entendu le portrait ne sentait rien, sinon la vieille peinture et la poussière sous laquelle Louise laissait s'ensevelir toute chose. Il y avait eu des bonnes, jadis, pour s'occuper du ménage. Benoît enfant avait connu la dernière. Louise l'avait congédiée par manque d'argent. Le magot du grand-père au guano était épuisé. D'autre part, les bizarreries et surtout les ongles noirs de Louise, point rédhibitoire chez une chirurgienne, avaient fini par lasser le directeur de l'hôpital d'Ecorcheville. Elle avait un temps conservé une clientèle privée, composée pour l'essentiel de jeunes femmes en difficulté. Puis la libéralisation de l'avortement l'avait encore repoussée d'une case sur le jeu de l'oie social. De faiseuse d'anges elle était devenue embaumeuse et taxidermiste, branches dans lesquelles l'activité n'est guère soutenue. Elle travaillait désormais à façon, naturalisant à la demande toute dépouille d'animal ou d'être humain. Elle empaillait chiens et chats de compagnie, par-ci par-là un sanglier, un renard, un faisan, un tétras qu'un chasseur estimait digne de mémoire, parfois aussi les créatures beaucoup moins ordinaires que lui apportaient les employés de la brigade des berges ou ceux des services sanitaires. D'aventure, comme aujourd'hui, c'était sur un être humain qu'elle exerçait son talent incontestable. N'avait-elle pas, dix-sept ans auparavant, embaumé de ses mains son propre enfant mort en bas âge ? Et l'on ne pouvait nier qu'il fît encore bonne figure, après tant d'années, sous la châsse vitrée où elle le conservait, sur la crédence d'acajou du grand salon écarlate, dans sa grenouillère brodée, avec ses yeux d'un bleu incongru chez un descendant du Péruvien. Elle les avait commandés à Leonello Guardicci, le verrier d'art. Nul, hormis elle, ne pouvait se vanter de savoir à quoi ressemblait le père de l'enfant. Cherchant dans sa mémoire l'exacte couleur des yeux de l'étranger de passage qui l'avait séduite et engrossée, elle avait hésité longtemps devant un nuancier. Une épaisse couche de poussière recouvrait à présent la châsse comme tout le reste. Benoît devait l'essuyer du bout des doigts, pour ouvrir dans le toit de la petite maison de verre une étroite lucarne par laquelle il dévisageait celui que Louise affectait d'appeler «ton frère». L'idée d'avoir vraiment pour frère cet angelot naturalisé horrifiait Benoît. Il lui fallait, chaque fois que Louise parlait ainsi, se répéter qu'il n'en était rien, puisqu'elle n'était pas sa mère. Il n'avait rien à voir avec les hôtes du grand salon rouge, qu'il s'agît de l'aïeul liménien ou du mômignard momifié. Il ne tenait aux Jacaranda que par des liens juridiques. Louise l'avait adopté, élevé, nourri et même choyé, à sa manière. Pourtant, plus que son fils, il se considérait comme une de ses relations - la plus proche, certes ! Elle en avait peu d'autres, à part les Vieilles Toupies...


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia