Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Leurs vies éclatantes

Couverture du livre Leurs vies éclatantes

Auteur : Grégoire Polet

Date de saisie : 23/08/2007

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Gallimard, Paris, France

Collection : Blanche

Prix : 21.00 €

ISBN : 978-2-07-078576-6

GENCOD : 9782070785766

Sorti le : 23/08/2007

Grégoire Polet - 04/10/2007


  • Les présentations des éditeurs : 29/09/2007

Paris, une semaine de mai caniculaire. Du lundi au samedi, dans les alentours de l'église Saint-Sulpice, à l'occasion d'un mariage et d'un enterrement une vingtaine de personnages principaux vont se croiser, se heurter, s'aimer, se quitter ; certains verront des projets essentiels se réaliser, d'autres s'effondrer tout espoir... Le roman explore, dans un enchaînement de plans successifs, ces vies tressées avec une exceptionnelle virtuosité, formant la trame d'une réflexion à la fois jubilante et profonde sur l'amour et sur l'art.

Grégoire Polet a vingt-huit ans. Il a publié ses deux premiers romans aux Editions Gallimard : Madrid ne dort pas (2005) et Excusez les fautes du copiste (2006).



  • La revue de presse Alexandre Fillon - Lire, novembre 2007

Grégoire Polet met en scène un roman choral. En une semaine, la partition se joue et réjouit...
Les personnages, une vingtaine au total, vont tous se croiser et se débattre, ensemble ou séparément, avec la vie, ses soubresauts, ses joies et ses peines. Grégoire Polet maîtrise le montage et le scénario comme le ferait un cinéaste aguerri. Il tient solidement les rênes d'un roman choral où l'on assistera notamment à un concert au théâtre des Champs-Elysées, à une vente à Drouot ou à un enterrement au cimetière de Montparnasse. Il y aura des coïncidences, des retrouvailles et des rencontres. On croisera en route un ex-peintre de faux, un employé des pompes funèbres, une femme qui a l'habitude de prendre son petit déjeuner nue dans sa cuisine puisqu'elle n'a pas de vis-à-vis, une pianiste qui a des oreilles sans lobes, «comme des parenthèses», et un saxophoniste à l'accent chantant. Tous en scène !


  • La revue de presse Patrick Kéchichian - Le Monde du 19 octobre 2007

Le roman de Grégoire Polet se déploie donc autour d'un noyau de parfait hasard, durant une semaine, du lundi au samedi - dimanche, c'est le repos du romancier ! A l'intérieur du cadre de chaque journée, des épisodes nombreux, divers et pittoresques, drôles ou dramatiques, se déroulent et s'emboîtent. Lors de l'un d'eux, un personnage décrit le tableau de Vélasquez, Les Ménines, qui juxtapose les plans. A l'image du livre. Car en littérature comme en peinture, "le temps passe en cessant de passer". Des personnages apparaissent, qui suivent chacun une ligne propre appelée à croiser, ou à ne pas croiser, celle des autres protagonistes. Un immense réseau de connexions souterraines se crée. A la surface, dans les rues et les avenues parisiennes, des personnages-sémaphores se font signe, se répondent, selon une logique à la fois rigoureuse et aléatoire...
Pour composer la symphonie de cette "semaine de grand vent intérieur", l'auteur, comme Macha, refuse les gros plans. Avec une maîtrise pleine de générosité, avec autant d'humour que de sens du tragique, il embrasse du regard un vaste espace de conscience. Ou de vie...
La joie que ce roman procure est trop rare en cette rentrée pour ne pas être saluée comme elle le mérite.


  • La revue de presse Christine Ferniot - Télérama du 11 octobre 2007

Grégoire Polet ne cherche pas une conclusion à ces histoires plutôt bourgeoises, il préfère poser des questions, décrire des attitudes, zoomer sur des visages. Puis il se retire et nous laisse avec l'impression que chaque personnage nous ressemble un peu dans nos doutes, nos désirs et nos masques qu'il faudrait peut-être songer à retirer.


  • Les courts extraits de livres : 29/09/2007

Paris, six heures trente, un instant avant l'aurore.
Dans la tour de l'église Saint-Sulpice, Mâcha déchire les derniers cartons peints. Essentiellement des portraits, criards, à la manière de Kirchner, peut-être. Toujours des gros plans, sur des feuilles de carton d'un mètre sur soixante centimètres, les yeux profonds et noirs, ou verts et distants, des visages anguleux, excessifs, du bleu sur les joues, d'épais traits rouges pour la bouche et parfois sur les oreilles. Elle les déchire calmement et les jette dans un grand sac-poubelle blanc.
Il est plein. Elle le saisit des deux mains par les bords, le soulève puis le traîne jusqu'à la terrasse où elle le range près des trois autres. À côté des sacs-poubelle, il y a une caisse avec les oeuvres qu'elle ne détruit pas, qu'elle compte emporter, des rouleaux de papier beaucoup plus fins et légers, griffonnés à l'intérieur de dessins minuscules qui s'accumulent sur toute la page et font comme de très grands tableaux à échelle très réduite, au feutre noir sur le papier jauni et curieusement quadrillé au millimètre.
Mâcha pousse un soupir et s'accoude à la balustrade de la terrasse qui surplombe la place, et contemplée par un bon morceau de Paris. Elle embouche la petite cigarette roulée réservée derrière l'oreille et l'allume. Elle a de gros cheveux noirs parsemés de fils blancs - les soucis, Mâcha, les soucis -, comme si elle venait de peindre un plafond. La fontaine aux lions est éteinte, une seule fenêtre est éclairée sur la place, en face, sixième étage. Et puis sa fenêtre à elle : ça doit faire deux. Dernier matin dans la tour de Saint-Sulpice ; une dernière fois cette vue de Paris ; une dernière fois jeter le mégot par-dessus bord et regarder la chute du petit bout d'incandescence orange. À la fenêtre éclairée, sixième étage, c'est étrange, il y a une espèce de lampadaire avec un abat-jour vert renversé contre la vitre, appuyé et de travers, comme un voyageur qui attend le bus. Il a l'air un peu détraqué, l'ampoule clignote. Le premier bus 63 passe sur la place sans s'arrêter; personne n'est là pour le prendre. Mâcha cherche dans la caisse son gros appareil photo, prend la façade et la fenêtre éclairée où le lampadaire clignote. Deux photos en cascade, assez jolies, qu'elle regarde aussitôt sur le petit écran. Dans le premier cliché, panoramique, le lampadaire est allumé. Dans le second, identique, il est éteint.
Mâcha rentre. Il lui reste une pile à déchirer, un sac-poubelle à remplir.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia