Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le regard bleu d'Arthur Rimbaud

Couverture du livre Le regard bleu d'Arthur Rimbaud

Auteur : Claude Jeancolas

Date de saisie : 16/10/2007

Genre : Arts

Editeur : FVW, Paris, France

Prix : 45.00 €

ISBN : 978-2-914304-24-5

GENCOD : 9782914304245

Sorti le : 16/10/2007

Frank Van Wilder - 11/03/2008


  • Les présentations des éditeurs : 28/10/2007

A peine le modèle original a-t-il disparu dans une Afrique incertaine, on commence à dessiner et peindre le portrait d'Arthur Rimbaud. Le phénomène est unique dans la littérature et même hors de la littérature. Quelle que soit l'époque, quel que soit le lieu, les artistes s'arrêtent sur ce regard, le scrutent, l'étudient, cherchent à le transcrire. C'est qu'interrogeant ce visage, ils s'interrogent sur la création artistique, le génie, notre destin d'hommes et tout autant sur eux-mêmes. Voici une anthologie exceptionnelle : elle réunit des artistes aussi divers que Giacometti, Picasso, Mapplethorpe, Roberto Matta, Patti Smith, Sidney Nolan, Cocteau, Braque, Germaine Richier, Miro, Klee... dans la même ferveur. Par eux, Rimbaud se confirme intemporel et universel. Chacun renouvelle la vision, y intégrant son expérience intime, ses propres souffrances, ses aspirations, son style. Chacun proclame haut et fort : Rimbaud c'est moi !
La première partie de cet ouvrage apporte les clefs de cette aventure artistique jamais finie. Comment Rimbaud se voyait-il physiquement et que nous en a-t-il dit ? Comment les témoins ont-ils rapporté les visions qu'ils avaient eues du corps de Rimbaud ? Comment est née cette photographie de Carjat, d'où tient-elle sa force mythique et quelle est son histoire ? Rimbaud aimait-il la peinture et les artistes, et comment les artistes l'ont-ils peu à peu découvert ? Enfin chaque oeuvre et chaque artiste sont présentés et analysés pour que le florilège soit aussi une source de connaissance, une compréhension supplémentaire de la modernité de Rimbaud.

Claude Jeancolas est l'auteur d'une quinzaine d'ouvrages de référence sur Arthur Rimbaud. Son travail est marqué par la volonté de révéler par-delà l'image flamboyante et trop romantique du Maudit, l'être inquiet, fragile, volontaire, fondamentalement logique, terriblement humain en somme. Il a publié entre autres : L'oeuvre intégrale manuscrite de Rimbaud (Textuel, 1996), Passion Rimbaud (Textuel, 1998), Rimbaud, biographie (Flammarion, 1999), Vitalie Rimbaud, pour l'amour d'un fils (Flammarion, 2004), Rimbaud après Rimbaud, anthologie de textes (Textuel, 2004). Il est aussi historien d'art et a publié récemment aux éditions FVW : Venise et ses peintres, une histoire intime (1999), La Peinture des Nabis (2002), l'Art fauve (2006).


  • Les courts extraits de livres : 28/10/2007

LE BEAU CORPS DE VINGT ANS QUI DEVRAIT ALLER NU

Et lui, comment se voyait-il ? Aucun doute, celui-là qui se cherche un destin et un salut s'est longuement interrogé devant le miroir : «La première étude de l'homme qui veut être poète est sa propre connaissance, entière.» écrit-il. L'autoportrait, certes, n'est pas objectif, il n'est pas soi, mais vision de soi par soi-même, images mêlées de celui que l'on est et celui que l'on veut être, sa vérité mêlée à son rêve. Dans ce regard bleu, clair, lumineux et froid aussi, il put lire la possibilité d'une détermination farouche et retrouver ses exigences d'une vie qui ne fut ni banale, ni médiocre, ni ordinaire ou satisfaite. Ce «je» est l'obsession de son oeuvre et c'est le mot le plus fréquent. Par là, elle devient souvent autobiographie. Il ne s'y peint jamais directement, une pudeur trop forte le retient. Il n'est ni Rembrandt ni Van Gogh. Il est de ceux qui se dissimulent dans la foule, parmi les acteurs. Chaque représentation est une facette de lui-même, jamais l'intégralité et c'est, le lisant, un travail de recomposition du puzzle auquel il faut se soumettre pour l'entrevoir, lui, dans son corps et son âme réunis. Les artistes qui, plus tard, évoqueront son visage, inconsciemment seront marqués par ce qu'il aura dit de lui dans ses écrits, qui sont ses confidences intimes. Ce qu'il aura exprimé par les mots, ils le diront par des traits, des formes et des couleurs : le goût de la liberté, l'obstination, l'intransigeance, la malédiction, la fièvre du salut... Comment Rimbaud se voit-il enfant ? C'est dans Les Poètes de sept ans qu'il faut le lire : yeux très bleus, comme ceux de sa mère, front large, et soucieux déjà, docile mais pas esclave, il sait en cachette «tirer la langue» c'est-à-dire se moquer de l'ordre, des règles, des bienséances obligées. Pour plus de visions il écrase ses yeux avec ses poings et l'on sait que ce geste lui restera comme une habitude. Il est précoce : il mordille les fesses de la petite voisine et emporte «la saveur de sa peau dans sa chambre.» Il est seul et solitaire, lectures et rêveries, un peu voyeur aussi. Dans Les Chercheuses de poux, il se voit les cheveux en désordre et criblés de poux, c'est une invention- sa mère Vitalie ne l'aurait pas toléré- c'est sa liberté dès qu'il échappera à la tyrannie maternelle. Les tantes d'Izambard l'épouillent : tous ses sens sont en éveil, il sent le souffle des épouilleuses, il lui vient des désirs de baisers, de caresses, son corps se perd entre évanouissement de plaisir et «désir de pleurer», la confusion des sens. Dans Sensation comme dans Ma Bohème, il se voit libre, totalement libre, sans attaches, sans devoirs, sans contraintes, insouciant de tout. Il se dit «débraillé comme un étudiant» dans A la Musique et toujours d'une sensualité à fleur de peau, observant les «alertes fillettes», et troublé par une chair entrevue, «brûlé de belles fièvres...» La même ivresse des sens reparaît dans Roman : «On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans... On va sous les tilleuls verts de la promenade... On se laisse griser. La sève est du Champagne et vous monte à la tête... Vous êtes amoureux...» La même intimité de l'âme et du corps dans l'extase d'Oraison du soir : il s'y voit ange, mais «pisse vers les cieux bruns, très haut et très loin». Confusion au ciel, et défi au ciel, extrême liberté, bonheur.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia