Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La Saint-Barthélémy : les mystères d'un crime d'Etat : 24 août 1572

Couverture du livre La Saint-Barthélémy : les mystères d'un crime d'Etat : 24 août 1572

Auteur : Arlette Jouanna

Date de saisie : 11/10/2007

Genre : Histoire

Editeur : Gallimard, Paris, France

Collection : Les journées qui ont fait la France

Prix : 26.00 €

ISBN : 978-2-07-077102-8

GENCOD : 9782070771028

Sorti le : 11/10/2007

... Le livre dont je souhaiterais vous parler s'appelle La Saint-Barthélemy. Il est paru chez Gallimard, dans la collection «Les journées qui ont fait la France», et l'auteur, c'est Arlette Jouanna. J'ai beaucoup aimé ce livre parce que d'une part, il nous éclaire sur un événement qu'on croit connaître absolument par coeur et qu'on connaît très mal, et il associe deux choses : la rigueur scientifique et le suspense qu'on trouverait dans un polar. Il y a une enquête, parce qu'il y a des gens qui sont morts et on ne sait pas vraiment qui les a tués ou pourquoi, ou des gens qu'on a cherché à tuer et on ne sait pas pourquoi ni qui l'a fait. Et au-delà de ça, ce qui est important, c'est que Alette Jouanna déconstruit des rapports de causalité que la mémoire ou l'idéologie ont bâtis de toutes pièces. Ensuite, elle regarde les textes de très près, et elle essaie de dire pourquoi ils sont intéressants, en quoi ils le sont, qui les a écrits, pourquoi et dans quel but, si bien qu'on est en prise vraiment sur le travail de l'historien, et cela nous éclaire sur l'utilité de l'histoire, en quoi aussi cet événement nous touche aujourd'hui où les communautarismes risquent de se réveiller durement dans des mouvements de violence qu'on pense inéluctables, terribles, inoubliables et indépassables. Voilà, c'est pour ça que j'ai beaucoup aimé ce livre. C'est à la fois un travail d'historien sur le passé, et ça nous éclaire aussi sur le futur, sur des choses qu'on imagine ne pas pouvoir guérir. C'est un livre d'espoir au fond, et qui met de l'histoire là où on n'a finalement que de la tradition et des imageries...


Nathalie Espérandieu - 27/11/07


  • Les présentations des éditeurs : 08/11/2007

Le 18 août 1572, Paris célèbre avec faste le mariage de Marguerite de Valois et d'Henri de Navarre, événement (lui doit sceller la réconciliation entre catholiques et protestants.
Six jours plus tard, les chefs huguenots sont exécutés sur ordre du Conseil royal. Puis des bandes catholiques massacrent par milliers " ceux de la religion " - hommes, femmes, vieillards, nourrissons... Comment est-on passé de la concorde retrouvée à une telle explosion de violence ? Comment une " exécution préventive " de quelques capitaines a-t-elle pu dégénérer en carnage généralisé ? Quel rôle ont joué le roi, la reine mère, les Guises, le très catholique roi d'Espagne ? De ces vieilles énigmes, Arlette Jouanna propose une nouvelle lecture.
La Saint-Barthélemy n'est l'oeuvre ni des supposées machinations de Catherine de Médicis, ni d'un complot espagnol et encore moins d'une volonté royale d'éradiquer la religion réformée. Charles IX, estimant sa souveraineté en péril, répond à une situation d'exception par une justice d'exception. Mais en se résignant à ce remède extrême, il installe, sans en faire la théorie, une logique de raison d'Etat.
Cette tragédie, vécue comme une rupture inouïe, suscite une réflexion foisonnante sur les fondements du pouvoir, les limites de l'autorité, la légitimité de la désobéissance ; sur le danger aussi que font courir les divisions religieuses aux traditions du royaume. Mais cet effort de restauration politique va se heurter à la sur-sacralisation du roi, qui ouvre la voie à l'absolutisme des Bourbons.

Arlette Jouanna, professeur émérite à l'université de Montpellier, est notamment l'auteur du Devoir de révolte (1989) et de Histoire et Dictionnaire des guerres de Religion (1998).



  • La revue de presse Jean-Yves Grenier - Libération du 14 février 2008

Lucien Febvre, grand spécialiste du XVIe siècle, avait coutume de dire qu'aux phénomènes religieux, il fallait des explications religieuses. C'est aussi ce que suggère Arlette Jouanna dans le livre qu'elle consacre à la Saint-Barthélemy, cet «objet si déroutant pour l'historien»...
Arlette Jouanna souligne le rôle tenu dans ces événements par la construction de la figure d'un ennemi intérieur, trait qui rappelle bien des massacres commis à d'autres époques. Depuis deux décennies que durent les affrontements, les huguenots sont perçus comme des traîtres à la communauté à laquelle pourtant ils appartiennent tant par leur mode de vie que par leur profession (souvent des artisans). C'est ce qui donna aux assassins la conviction d'agir en état de légitime défense : il faut exterminer les réformés avant qu'ils n'éliminent les catholiques.


  • La revue de presse Jean-Christian Petitfils - Le Figaro du 8 novembre 2007

Une fureur meurtrière qui dura plusieurs jours et fit 3 000 morts à Paris, 10 000 dans toute la France. Des femmes éventrées, des hommes émasculés, des vieillards et des nourrissons précipités dans la Seine, les rues et le fleuve rouges de sang... Si la trame des tueries de 1572 est bien connue, ses causes continuent de diviser les historiens. S'agit-il d'un traquenard du roi ou de la reine mère, Catherine de Médicis, en vue d'exterminer les hérétiques ? D'un complot planifié par l'Espagne, avec la complicité des Guises ? D'un soulèvement parisien contre le monarque et sa politique de concorde, annonçant la Ligue ? C'est à cette énigme aux multiples facettes que s'attelle Arlette Jouanna, spécialiste réputée du XVIe siècle. S'appuyant sur des documents d'archives, affinant l'approche psychologique des protagonistes, Arlette Jouanna démonte avec minutie les différentes phases de la tragédie.


  • Les courts extraits de livres : 09/01/2008

Extrait de l'introduction :

LES ÉNIGMES DE LA SAINT-BARTHÉLEMY

Dimanche 24 août 1572, fête de saint Barthélemy. Ce jour-là, les rues de Paris sont humides, «comme s'il avait beaucoup plu», note un bourgeois de Strasbourg de passage dans la capitale. Mais c'est de sang, et non de pluie, qu'elles luisent.
Avant la fin de la nuit, une troupe de soldats du duc de Guise, le héros des catholiques, est venue tuer l'amiral Gaspard de Coligny, chef militaire des protestants, dans son logis de la rue de Béthisy ; au Louvre, les principaux lieutenants de l'amiral, tirés de leur lit et désarmés, ont été égorgés dans la cour à coups de pique par des gardes suisses et françaises. Tout cela s'est fait avec le consentement du roi Charles IX, consentement auquel le monarque a été amené sous la pression de circonstances dont l'élucidation divise encore les historiens.
Le jour s'est levé sur des scènes de tuerie. Les catholiques, une croix au chapeau et un brassard blanc au bras, symboles de la pureté qu'ils croient avoir perdue, sillonnent la ville et pourchassent les «hérétiques» au nom de Dieu. Des bandes armées fouillent méthodiquement les maisons; les protestants sont traînés dehors et exécutés sans jugement ; les cadavres, dépouillés de leurs vêtements et souvent mutilés, sont tirés jusqu'à la Seine, certains ayant été auparavant entassés sur les places ou aux carrefours puis transportés dans des charrettes. Le fleuve est rouge de sang, si bien que les Parisiens, selon le récit d'un calviniste de Millau, «demeurèrent un long temps sans manger de poisson, causant [à cause de] la corruption de l'eau, de la puanteur des corps». Ceux qui sont massacrés au faubourg Saint-Germain sont précipités dans le puits aux Clercs où l'on avait coutume de jeter les carcasses de bêtes mortes.
Enfants, femmes, vieillards : nul n'est épargné. Des nourrissons sont arrachés au sein de leur mère et jetés dans le fleuve ; des bambins sont abattus avec leurs parents, des domestiques expédiés en même temps que leurs maîtres. Les logis des victimes sont saccagés et pillés. Avant l'aube, le tocsin de Saint-Germain-l'Auxerrois a fait retentir son grondement angoissant, bientôt relayé par les cloches des églises voisines. L'air résonne des plaintes de ceux qu'on égorge, des cris des assassins et du bruit des arquebusades. Affolé par l'ampleur du déchaînement meurtrier, le roi se terre dans le palais du Louvre; les ordres qu'il donne pour faire cesser le massacre sont ouvertement bafoués. La ville est tombée aux mains des catholiques les plus acharnés à éradiquer l'hérésie ; les autres, épouvantés, se retranchent chez eux sans oser sortir. Des corps de garde sont établis dans la plupart des rues, contrôlent les allées et venues, démasquent les fuyards et les livrent aux tueurs ; quiconque veut sortir de la ville doit montrer un passeport en règle. Trois jours durant, les portes de Paris resteront fermées ; les chances des proies d'échapper au piège sont minimes. Un médecin mantouan catholique, Filippo Cavriana, bien que fermement hostile aux réformés, raconte l'effroi que lui a inspiré le sinistre spectacle dont il a été le témoin :

On n'apercevait dans les rues que des corps nus percés de mille coups ; le fleuve en charriait tout autant. On n'avait égard ni au sexe, ni à l'âge, ni à la condition des personnes [...]. On voyait des gens qui fuyaient dans les rues et d'autres qui les poursuivaient en criant : «Tue ! Tue !», de sorte que c'a été un vrai massacre. Mais ce qu'il faut souligner, c'est l'obstination de quelques-uns, hommes et femmes, qui, bien qu'ils aient le couteau sur la gorge et la possibilité de sauver leur vie en abjurant, néanmoins voulurent se faire les martyrs du diable et perdre à la fois l'âme et le corps par leur ignorance opiniâtre [...].
On ne constate pas chez les nôtres cette joie et cette jubilation que l'on avait coutume de voir auparavant, parce que vraiment le spectacle a été horrible et misérable [...]. Tous portent la croix blanche au chapeau ; car lorsque la fête se fit, on portait une manche de chemise au bras gauche, et le mot d'ordre était : «Vive Dieu et le roi !», de façon à pouvoir reconnaître les nôtres et les distinguer des autres.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia