Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. L'écluse des inutiles

Couverture du livre L'écluse des inutiles

Auteur : Jean-François Pocentek

Date de saisie : 31/10/2007

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Lettres vives, Castellare-di-Casinca, Corse

Collection : Entre 4 yeux

Prix : 14.00 €

ISBN : 978-2-914577-37-3

GENCOD : 9782914577373

Sorti le : 31/10/2007

... Le livre que j'ai choisi, c'est un beau petit volume de cent vingt pages sobrement édité, d'un auteur peu connu et qui passe sans doute inaperçu dans le déferlement des éditions. C'est L'écluse des inutiles de Jean-François Pocentek, qui est paru aux éditions Lettres vives au mois de septembre. L'auteur avait déjà publié aux éditions Pleinchamp Les mangeurs de pommes de terre ; aux Lettres vives, Café des immobiles. Il est né en 1958 dans le nord de la France et d'abord enseignant, il a vite choisi de travailler auprès des adultes qu'on dit en difficulté. Actuellement, il consacre une partie de son temps à animer des ateliers d'écriture, et plusieurs textes de ses ateliers sont publiés. Dans L'écluse des inutiles, le narrateur qui s'occupe d'un vague bureau des objets trouvés dans une gare près du canal rend souvent visite aux habitants de quatre petites maisons au bord de l'eau. C'est un récit dans lequel il se passe peu de choses : la mort d'un chien, un repas, une promenade. Mais l'intérêt du livre à mon avis consiste surtout dans l'atmosphère de ce que l'auteur appelle «ce pays immobile», le canal, et auquel il finira par s'identifier, et surtout dans la description des pauvres vies de ses habitants. Il y a quatre personnages qui habitent quatre petites maisons au bord du canal. En fait, le narrateur visite ces quatre petites maisons ; les personnages qui les habitent deviennent ses amis. C'est un livre dans lequel il n'y a aucun misérabilisme parce qu'il s'agit évidemment de la vie de ces personnes, de leurs malheurs. On apprend de-ci, de-là des bribes de ce qu'ils ont vécu. Aucun misérabilisme, dis-je, mais la chaleur de l'amitié et de l'amour. Il y a par exemple, un tout petit passage que je peux vous lire de suite ; c'est à propos du personnage principal Mathilde : «... Elle me dit aussi qu'il ne fallait pas avoir peur d'aimer : les hommes, la bière, les chiennes, l'agneau, les infirmes, les souvenirs, les femmes trolls, les vieux livres, les vieilles dames, le bois qui brûle dans la cheminée, les collections de collections, les enfants debout et sans vie, ses larmes, ses rires, et les anges et les démons, la boue sous nos chaussures, la figure des morts, l'odeur des sentiers, les roues d'un chariot, et même soi-même.» Bref, c'est un livre que j'ai trouvé vraiment lumineux malgré son amertume...


Jean-Pierre - 29/11/07


  • Les présentations des éditeurs : 10/11/2007

Parfois, il n'en faut pas plus. Juste ça. Un qui n'est pas comme les autres, et une sourde haine dans l'ennui des saisons répétées. Dans un silence de canal d'hiver, ils sont arrivés lentement, avec de l'alcool dans la bouche, du rire dans les dents et du froid dans la tête. Ils l'ont pris sous les bras, l'ont amené au milieu de la pièce, et là, sur le plancher, ils lui ont cloué les pieds.

J.-F. P.

Né le 17 mai 1958 à Valenciennes, dans ce Nord où il a toujours vécu, Jean-François Pocentek a quitté l'Enseignement pour travailler auprès des publics les plus en difficultés, dans le cadre d'organismes de formation.


  • Les courts extraits de livres : 10/11/2007

La Clémence du matin

A L'ENTRÉE DU sentier, une femme était là, sur le pas de sa porte. Un seuil de pierre bleue. Elle finissait de laver le sol de carreaux rouges de sa maison, et le petit bout de soleil malade qui nous servait d'illusion en ce frais matin faisait miroiter l'eau restée dans les fissures de la pierre. Elle se mit à genoux, dans une odeur d'huile de lin, un goût de lassitude et une lumière de pauvres.
Quand elle eut fini de tordre sa serpillière, en faisant saillir des veines d'un bleu sombre sur l'avant de ses bras, elle saisit le seau, s'approcha du canal, et laissa couler lentement l'eau bleuie, la mousse fugace et les poils en boules de son chien qui s'appelait sans doute Youki.
Alors, elle posa près de sa porte, contre le mur, son seau renversé, la serpillière pardessus, le balai tête en l'air, et elle quitta le monde. Dans la petite cuisine, elle allait peut-être boire une tasse de chicorée, lire le journal posé bien à plat sur la table, ou encore allumer le poste pour entendre chanter des choses qu'elle ne comprenait pas.
Je n'en sus jamais rien, parce qu'on ne sait jamais ce qui se passe derrière la figure et la porte fermées des gens qui vivent, là-bas, près du canal, au bout des jardins.

Comme ce serait doux...
Comme ce serait doux de faire ses adieux. De se lever un matin pour dire doucement, au monde et à ceux qui y vivent, que la farce est accomplie, qu'il est temps, quoi qu'on nous en dise, de quitter le paysage.
Ce serait doux d'aller vers ceux qu'on aime, avec un coeur qui sourit, des mains et des lèvres qui battent, et des mots au bout des doigts.
Bien sûr, ils comprendraient, puisqu'ils aimaient.
Ils mettraient du vent dans nos sacs, du vent et de légers parfums. Pour la route. Pour le souvenir. Ils donneraient aussi tous les proverbes, toutes les sentences, toutes les paroles qui bâtissent la vie, quand la bouche qui dit est loin de l'oreille qui doit entendre. Ils donneraient l'héritage à celui-là qui veut quitter le paysage.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia